L’Ajax academy note Ajax-Utrecht

2

Rhinit Michuls tient la grande forme suite à son dernier shoot….

Rhinit Michuls rejoint les académiciens de horsjeu.net et vous détaille les prestations de ses protégés à chaque fois qu’il peut voir un match de l’Ajax (son métier de photographe érotique d’extérieur est parfois très prenant, la preuve il a raté le match retour à la Juve à cause d’un shoot Aurore boréanale)…

De temps à autre, il arrive d’assister à un « très bon 0-0 ». Plus rare et novateur, le très mauvais 4-0. Face à un habitué du premier tiers du classement, dernière équipe à avoir battu l’Ajax en championnat le 6 décembre dernier, cet Ajax – Utrecht était l’affiche de cette 25ème journée. L’opposition promettait d’être belle et censée me dégager (enfin) les sinus. Paradoxalement, je suis sorti de ce match avec un mal de crâne mais en pleine forme, déprimée par une prestation qui donne le moral. Un sentiment nouveau et contradictoire : celui infect et délicieux de la victoire 4 à 0.

En vertu des pouvoirs académiques qui me sont conférés, voici les notes (sur 5) :

Stekenleburg (3): N’a pas touché la balle, n’a pas pris de but, alors le Stek a discuté le bout de gras avec les supporters derrière les buts pour passer l’ennui. Il est sympa le Stek.

Anita (2): Ne vous méprenez pas. Sous ce nom fleurant bon la coquine russe, se cache un petit latéral qui n’en veut, 21 ans, 1m66, c’est à vous Jacques : – Comment t’appelles-tu mon petit ? Vurnon Anita. – Et d’où viens-tu Vurnon ? Des Antilles Néerlandaises, et non pas de Russie ou de Hongrie. – Et pourquoi Jol t’a sorti à la mi-temps mon petit ? Parce qu’Utrecht c’est des nuls, ils jouaient à 10 depuis la 30e et Emmanuelson est meilleur que moi offensivement.

Verthongen (4): Une passe décisive à plus de 100km/h dans le popotin de Suarez pour l’ouverture du score. Peu de taf défensif à effectuer, les superviseurs de Barcelone reviendront pour un autre match.

Alderweireld (4): A avorté proprement et dans le respect de la personne les quelques fœtus offensifs adverses. Une seule pénétration stérile d’Utrecht dans la surface pendant tout le match. Simone Veilreld aime Toby Alderweil.

Van der Weil (5) : Au dessus du lot en 1ère mi-temps. Il a poursuivi ses efforts en 2ème. Suite à son offensive plein axe qui a déstabilisé Utrecht, il réceptionne le centre de Rommedahl pour inscrire le but du break. « Bon devant, bon derrière, il va finir au Real ou à l’Inter » comme on dit chez nous au centre de formation.

Enoh et De Zeeuw (3): Le premier couple de la soirée. De Zeeuw a participé davantage au jeu qu’Enoh, normal. A part ça, rien. Je ne déconne pas quand je vous dis que c’était vide comme match malgré les 35 tirs de l’Ajax.

Eriksen et De Jong (3) : Le deuxième couple. Au concours de celui qui rate la plus grosse, De Jong l’emporte. Dans un superbe mano à mano en 2ème mi-temps, De Jong réussit à se détacher grâce à une série d’occasions toutes plus ratées les unes que les autres. Eriksen ne s’en relèvera pas. Lodeiro le remplace à la 72ème.

Pantelic (1) : Il a de moins en moins sa place dans l’équipe, comme la tranche de lard chez Quick. Le problème c’est qu’on n’a pas grand monde pour le remplacer. L’ex-idole du Parc des Princes, bousculé physiquement, a joué tout en lenteur. Rommedahl le remplace à la mi-temps pour apporter plus de vitesse.

Suarez (4) : A muté en « Ronaldrogba » des mauvais jours en 1ère mi-temps. Imprécis, énervé, simulateur, il s’est comporté en vilain garnement qu’on meure d’envie de baffer pour lui remettre les idées en place. Pas de rougeurs sur le visage à la reprise du jeu, mais son repositionnement dans l’axe par Jol a profité à toute l’équipe. Luis a abandonné son costume maléfique et mené l’attaque ajacide pour une passe décisive et un doublé. Beau et terrible à la fois, comme son équipe.

Remplaçants :

Emmanuelson (3) : Anita l’a dit à Jacques et Emmanuelson l’a fait. Il a davantage apporté offensivement.

Rommedahl (4) : A centré, a marqué. C’est propre.

Lodeiro (3) : A peine la perle Suarez récoltée, que ce petit pays en forme d’huître en produit une nouvelle: Lodeiro. Arrivé en décembre, Lodeiro, ce héros (voir ici) dispute des bouts de match laissant apercevoir les bribes de son grand talent. Très prometteur pour la suite.

Oleguer (sur le banc): « Les sanglots longs des violons de l’automne, blessent mon cœur d’une langueur monotone… ». Le poète Catalan a passé l’automne sur le banc, il y passera aussi le reste de l’hiver, et sans doute le printemps.

2 thoughts on “L’Ajax academy note Ajax-Utrecht

  1. Pourquoi les joueurs formés à l’Ajax jouent au Barca alors qu’Oleguer et Gabri sont sur le banc???

  2. Echange de bons procédés entre bons amis. Le Barça récupère les artistes et parfois donne ses peintres à l’Ajax.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.