Le Onze Mondial de la semaine

Le bel homme revient deux fois plus fort.

Parce que nous aussi on veut faire dans le commercial et mettre nos plumes en avant, nous créons pour vous, un face à face unique en son genre, le onze contre onze.

C’est très simple, afin de tirer vers le haut nos académiciens et les footballeurs notés (ils se ruent sur les notes d’horsjeu.net afin de connaitre leur réel niveau ; les connivences avec L’Equipe font que leurs notes ne valent plus rien, et ils le savent), les gros membres choisissent chaque semaine les meilleurs et les pires performances avec les meilleurs et les pires commentaires de nos académiciens.

Le coach mondial a décidé de déconner, quoi qu’il arrive, il sait d’avance qu’il gagnera la rencontre. Aujourd’hui, le coach décide de ne pas emporter de gardien puisqu’il rappelle Zanetti, il ne peut donc rien lui arriver, ce type défend déjà des deux côtés à la fois. Derrière, il tient à exploser son adversaire en faisant jouer des types pas possibles, cette semaine, ce sera Meriem qui sera récompensé de ses efforts en ayant des équipiers qui savent aligner les pas, les passes et même quelques gestes de classe. Sans plus attendre, voici le Onze Mondial de la semaine.


Carragher, Liverpool : 5/5 A gueulé pour replacer ses partenaires, a gueulé pour motiver ses coéquipier, a gueulé pour effrayer les minots en face, a gueulé pour faire sortir sa défense, a gueulé pour faire redescendre ses attaquants, a gueulé lorsqu’il a balancé des satons à 60m de haut, n’a pas esquissé un bruit lors de son KO et sa sortie sur civière, applaudi par tout un Emirates de connaisseurs. Respect.

Chedjou, Lille (5/5) : Dantesque! Il m’a bluffé par sa sérénité, sa façon d’être ailleurs et de tout à coup mettre la tête qu’il faut, le tacle qu’il faut. Une interception magistrale à la 40è. Peut-être faudrait-il le prolonger ad vitam aeternam.

Zanetti, Inter : 5/5 Pffffff… J’en ai marre que l’équipe ne se défonce pas pour toi Javier. Si dans ce match, tu n’as pas eu à t’employer outre mesure, tu as bien entendu tout réussi, tout couvert, tout dirigé et même tenté une passé décisive pour Amauri !… Tu mérites mieux que ce qu’il nous arrive en ce moment. Capitano est passé latéral droit en 2ème mi-temps, avec sobriété (pléonasme).

Mavuba, Lille (5/5) : Comme l’a très bien expliqué Fred Bompard, sous-Prophète et non pas sous-préfète gros membre n°2 (on n’a pas de shemale chez nous même si De Melo…), à la mi-temps sur Eurosport, Mavuba était là en tant que 3è défenseur central en phase défensive pour permettre à Chedjou et Rami d’occuper le terrain quand nos deux latéraux campaient chez les Niçois. En plus de remplir à merveille ce rôle, il a aussi été le point de départ de nombre d’offensives lilloises.

Lucas, Liverpool : 5/5 C’est ptêt bien le chouchou du patron, mais il se sort sacrement le doigt pour un Brésilien. Récupération, relance du jeu propre, dans les pieds, orientation, tacles et tacles et tacles. Bref l’habituel. Mais hier il a provoqué le coup franc de la 100e minute, qui, tiré dans le mur, lui a permis de provoquer le pénalty de la 101e minutes, ce qui vaut bien au moins un demi-but, voire un 3/4 de but. A prolongé son contrat pour le plus grand bonheur de Gerrard Mouillée et de TOUTE la Reds Academy ! Non mais…

Diaby, Arsenal : 5/5 : Le retour du Diabou qu’on aime et qu’on craint. Enorme à la récup’, énorme sur les deuxièmes ballons, imprenable en conservation de balle. On n’a même pas senti l’absence de Song ! Espérons qu’il ne se pète pas une jambe, et il pourrait revenir en forme pour la fin de saison, et faire souffler un peu le pauvre Jack.

Fabregas, Arsenal : 4/5 : Il y a encore des imperfections, des passes ratées, un peu de trop de facilité dans le jeu parfois. Mais ça reste du Cesc, donc du très, très bon. Ses passes dans la surface sont toujours aussi meurtrières, et sa complémentarité avec van Persie et Nasri a été à la base de beaucoup de mouvements dangereux des Londoniens. Et puis, bon, il obtient le péno aussi…

Dirk « Duracell » Kuyt, Liverpool : 4/5 Un peu maladroit dans ses contrôles, mais a la lucidité de placer au ras du poteau un pénalty à la 102e minute d’un match où il aura couru 101 min et 35 s, et malgré le plongeon du bon côté de Szczesny. D’ailleurs, le temps que Gerrard écrive ce nom, Dirk a eu le temps de faire un tour de terrain à l’entraînement. Son 32ème, pour décrasser…

Meriem, Arlavignon (4/5) : Camel ou le mythe de Sisyphe. Il tente de remonter son équipe, de la tirer vers le haut et, arrivé aux 30 mètres, il passe à un coéquipiers qui foire son contrôle et lui fait tout recommencer. Encore et encore. Sans jamais y parvenir. Pour la survie de son système psychique, il est heureusement sorti blessé.

Malouda, Chelsea : Jésus/5 : Si l’on offrait un PEZ à Malouda, il passerait à coup sûr à travers la paume de sa main car ce n’est plus Malouda mais Jésus que nous avons devant nous. La résurrection annoncée par Adam prend la couleur d’un beau bleu, et Malouda, non content d’être omniprésent dans le jeu, marque deux buts. A noter qu’il est maintenant certain que la crête des Dom-Tom fait de son dynamisme capillaire un objet de campagne pour le recrutement de Neymar en été, avec le soutien de Kalou et Bertrand.

Drogba, Chelsea :  5/5 : Le président, vice-président, conseiller du président et ambassadeur de la Côte d’Ivoire continue de se révolter contre le prix exorbitant que l’on offre pour Torres quand le Fener ne propose que 12M pour ses services. Partout sur le terrain, en dessous de chaque centre (il fait la déviation pour le premier but de Malouda) et dans toutes les combinaisons (il donne le ballon à Bertrand pour sa passe décisive et à Kalou pour son but), il s’est également montré spontané et opportuniste avec des frappes à distance certainement plus efficaces que celles de l’OTAN et qui auraient pu faire mouche en taon de grâce.

Il reste un peu d’anal en plus, on vous le laisse ? C’est par ici.

12 thoughts on “Le Onze Mondial de la semaine

  1. En même temps si Diaby est là, alors qu’il a passé une mi-temps à perdre tous les ballons qu’il touchait, n’importe qui peut y avoir sa place, même Gourcuff ou Kaboré…ce onze mondial est vraiment basé sur l’objectivité toute relative des académiciens.

  2. « Imprenable en conservation de balle ». Hélas un match ne s’arrête pas à 45 minutes. Jamais un joueur n’avait réussi à m’énerver autant dans un match où ses coéquipiers se montraient complètement à l’aise. Aussi en deuxième mi-temps.

  3. Meriem… J’espère vraiment qu’il va retrouver un club à son niveau et redevenir sublime, car putain il fait vraiment parti du top gâchis de la décennie.

  4. @Claude: si tu comptes bien, Il n’y a qu’une moitié de Zanetti de chaque côté, mais ils ont promis de le recoudre à la fin du match.

  5. Je dois avour que je suis circonspect quant à la présence de Diaby qui m’a exaspéré au plus haut point contre Liverpool…

    Fabregas, pareil, même s’il a des circonstances atténuantes (il joue avec Diaby)

  6. 7 joueurs de Premiere league, c’est douteux quand même. Surtout s’il y a Lucas. Si en plus tu rajoutes Meriem, enlève le goal et multiplies Zanetti par 2, alors ce 11 mondial est très très douteux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.