Salut les p’tits beurres.

Voilà. On est tombé sur plus fort que nous. Pas de regret à avoir pour les Canaris sur ce match, les Dogues sont aujourd’hui au-dessus. Plus de solidité défensive, de talent individuel, de métier, de vice chez les partenaires de Balmont, qui méritent leur victoire. Le but horsjeu.net de Nolan Roux est évidemment un peu rageant, d’autant que sur l’ensemble du match, les occasions lilloises n’ont pas été si nombreuses que cela. Non, c’est surtout un combat que se sont livré les deux équipes, un combat qui a opposé le losange inversé lillois au triangle nantais, comme un symbole de devoir sur table de géométrie de P’tit Louis Fernandel. Rodelin-Gueye-Balmont-Mavuba d’un côté, Touré-Deaux-Veretout de l’autre, voilà des joueurs qui ont certainement bien dormi après le match.

La première période débute par un gros pressing lillois, qui gêne les relances canaries, sans que le LOSC ne profite réellement des nombreux ballons récupérés. Peu à peu, Nantes s’adapte, Gakpé commence à trouver les espaces entre les lignes lilloises. Il manque une pointure à Bessat sur un centre tendu de Veretout et une paire de lunettes à l’arbitre assistant sur un débordement de Touré signalé (à tort) horsjeu.net. Nolan Roux, lui, passera entre les gouttes et ouvre le score en fin de première mi-temps.

La seconde période est plus confuse, les Nantais se découvrent, laissant Salomon Kalou se régaler balle au pied. Heureusement pour nous, il préfère lâcher son ballon uniquement sous la menace d’une arme : Balmont use alors de son plus beau sourire devant l’Ivoirien, mais peine perdue. Roux a l’occasion de plier le match, mais après avoir débordé Oswaldo « La Caravana » Vizcarrondo et Riou, il prend le but vide à contre-pied. Nantes pousse en fin de match, Enyeama surgit sur une reprise à bout portant d’El Colorado, et Djilobodji se rappelle à ses premières amours en se faisant expulser. La toute fin de rencontre est houleuse, les Lillois cherchent à gagner du temps par tous les moyens, Souaré et ses multiples fractures-mais-en-fait-non-ouf-j’ai-eu-peur-tiens-si-je-lui-mettais-un-taquet-au-mec-en-jaune en tête.

Le grand gagnant de la rencontre reste sûrement le public nantais, qui a longtemps applaudi ses joueurs après la défaite. Un gros #coeuraveclesmains pour la tribune Loire, qui n’est pas loin d’être le meilleur groupe ultra de France cette année. Un échantillon de leur talent ici face à Evian.

La comparaison foireuse du week-end de Waldemar Kita : (à propos du soutien de Guingamp à la grève des clubs) « En trois phrases, il y a trois contradictions. Ils sont pour, ils sont contre. Ils défendent, ils ne défendent pas. Il faut faire, il ne faut pas faire cette journée blanche… Je suis un peu surpris. Je trouve ça choquant. Mais vous savez, pendant la guerre, il y a beaucoup de gens qui se sont désolidarisés aussi. » (JDD). Encore un Polonais qui garde 1939 en travers de la gorge…

Bonus Lucas Deaux :

Il est une légende même pour l’univers vidéo-ludique. Les développeurs d’EA Sports n’ont eu d’autre choix que de prendre en compte le début de saison canon de Lucas et d’en faire la seule créature mythologique du jeu, mi-homme, mi-taureau de Champagne.

Une reconversion semble toute indiquée pour Lucas : la NFL.

 

La compo et le but :

terrain

41ème : séquence confuse devant la surface nantaise, le ballon parvient à Rodelin côté droit. Pendant que Bessat fait coucou à sa mémé dans les tribunes, l’ex-Nantais ajuste un centre fuyant dans les 6m de Riou jusqu’à Roux, qui reprend le ballon devant Vizcarrondo. Hors-jeu de cinquante bons centimètres, le but est pourtant validé. 0-1.

 

Les gars de chez nous :

Riou (3/5) : Y’avait peut-être un truc à faire sur ce centre dans tes 6m, non ?

Cissokho (3/5) : Il n’a pas compté les kilomètres ce soir encore, malgré l’opposition de Souaré dans son couloir.

Djilobodji (martyr/5) :  Normalement, une expulsion, c’est 0. Mais quand on voit le match qu’il a fait, c’eut été dur pour Papy. D’autant que l’on a tous eu envie au moins une fois de tacler Salomon Kalou par-derrière. Ou Bonaventure Kalou. Ou Didier Drogba.

Vizcarrondo (1/5)El Patron s’est transformé en soumis ce soir, dans un remake un peu embarrassant de Mickaël Gravgaard, mais avec plein de cheveux.

Alhadhur (3/5) : Une première mi-temps de bonne facture, avant de devoir sortir sur blessure. Remplacé par Veigneau (1/5) (45ème), plein d’allant mais qui a plus fait de passes à Eneyama qu’à ses potos.

Deaux (2/5) : Bon, ça allait vite pour lui. Très vite. Beaucoup trop vite. Et oui, Florent Balmont, c’est pas Olivier Sorlin.

Touré (2/5) : Même note que Deaux, mais je lui accorde une décimale d’honneur car dans l’orientation du jeu, il n’a pas été si en difficulté que ça. Remplacé par Aristeguieta (69ème), sans fusil, ni munitions.

Veretout (4/5) : Quel match ! Tout en courage et en abnégation, le gamin a toujours joué juste sur les rares ballons d’attaque qu’il a eu. Redescendu à la place de Touré en fin de match, il a gratté encore quelques ballons précieux.

Bessat (2/5) : Gros volume de jeu, repli défensif nickel. Sauf sur le but, c’est con. Par contre, incapable de passer son adversaire direct balle au pied. Remplacé par Nicolita (79ème), tout de suite à la bagarre et très intéressant côté droit.

Gakpé (2/5) : Les rares accélérations nantaises sont toujours venues de son côté, mais il a cruellement manqué de justesse dans ses choix offensifs.

Djordjevic (2/5) : Ohé, ohé, capitaine abandonné.

 

Les mecs d’en face (Europe/5) : Une bien belle équipe que ce LOSC. Défensivement intraitable, et avec quelques joueurs de classe européenne (Balmont, Mavuba, Kalou, Enyeama) qui ont fait la différence vendredi soir. Même Rozenhal a été bon, c’est dire. Raynald a bien apprécié l’attitude de Girard (qui réconforte Djilobodji expulsé) et des Lillois après-match, moins les blessures imaginaires de Souaré. Et puis faire rentrer De Melo juste pour le chambrage, franchement… Le Groom a vu tout ça, est content, mais ne suce toujours pas.

 

Raynald n’est pas trop triste, reste 4ème et fournit les images du match.

 

Avant de finir cette académie, petit point sur la Coupe Moustache. En plein tourbillon du mardi fou, Raynald n’a pu assister à la rencontre, mais pour résumer, victoire solide des remplaçants nantais face à la CFA2 lorientaise dans ce 16ème de finale. Les images ici.

Câlins beurrés

Raynald Dunoeud

3 thoughts on “Nantes – Lille (0-1) : la Canaris Académie livre ses notes

  1. On a perdu le doigt dans l’cul ! Le match nul eut été équitable mais bon, c’est l’ football, comme on dit dans ce cas-là quand on veut se la jouer fairplay. Ceci dit grosse équipe Lille !Pendant ce temps là la belle équipe de Guingamp gagne et Rennes met une branlée à Toulouse, les joueurs noirs et rouges prendraient t’ils enfin le Championnat au sérieux en faisant tout simplement leur taf ?! Réponse ses prochaines journées et en attendant… La Bretagne du foot se porte bien !

  2. Pour être honnête un nul aurait été plus logique, mais je vais pas cracher sur 2 points. Apparemment pour cette saison vous n’aurez pas trop à vous inquiéter pour le maintien.

  3. Haha je l’avais pas vu celle-là de Waldou. Il est fort.

    Kjaer a été simplement monstrueux, j’me souviens plus vraiment mais je crois même pas qu’on aie eu une occasion franche. On est tombé sur plus fort, en étant promus fatalement ça va arriver pas mal de fois cette saison. Quand j’en vois qui sont abattus parce qu’ils croyaient qu’on allait jouer l’Europe …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.