Olympique Thual – FC Metz (2-0) : La Metz que un Club Académie en plus petit

Salut Jorge-Alain Boumsoun,

Tu dis vraiment n’importe quoi. Avec ton petit minois de télétubbies semi-noir sous amphétamine, tout ce qui sort de ta bouche est nul et non avenu. Tais-toi, pour toujours. Change de métier. Deviens vigile.

 

Lyon – Metz :

Bon, normalement Rigobert ne prend pas la plume pour les matchs à l’extérieur qui n’en valent pas la peine. Mais les habitudes c’est pour les vieux et les Juifs. Lyon-Metz ça en vaut la peine juste pour pouvoir placer quelques gros mots sur la famille d’Olivier Thual. Merci.

 

Que celui qui arrive à regarder cette image plus de 5 secondes sans sourire ou vomir se rende directement aux autorités.

 

 

C’était bien :

  • Comment arrêter Lacazette en 2015 ? José Luis PALOMINO.
  • Sylvain Marchal et son âme grenat.
  • Roi Bouna, la petite gazelle.
  • Les supporters messins.
  • La défaite de Nancy à Arles quelques jours avant.
  • La mort prochaine d’Olivier Thual, assassiné à son domicile par un homme torse-nu.

 

C’était pas bien :

  • Voir Smaïn, le petit arabe de Bein et son visage coincé entre deux eaux, fait déjà mal avant même d’avoir vu N’Sor faire ses premières courses.
  • Entendre le gros Boumsong dégurgiter des commentaires de collégienne.
  • Jean-Michel Aulâsse qui prend le contrôle de l’esprit d’Olivier Thual pour expulser le gentil Guido.
  • Olivier Thual qui sans l’aide de personne, n’expulse pas Umtiti et son tacle D2 irlandaise sur N’Sor.
  • Cornet qui court partout avec Lyon après n’avoir couru nulle part avec Metz.
  • Yéni N’Gbakoto et son non-match.
  • Gaëtan Bussmann, Kévin Lejeune. La gauche forte.
  • Olivier Thual.
  • La blessure diplomatique de Malouda, pour éviter d’infliger un triplé à Gerland.
  • La frappe île flottante de Tolisso qui couche le FC Metz.
  • Olivier Thual.

 

Images d’après match :

Olivier Thual, à l’échauffement avant Lyon-Metz. (Merci Gwen)

Olivier Thual, le bâton dans la roue du FC Metz dans la course au maintien.

Le Papa de Maxwell Cornet, serein de voir les premiers pas de son fils contre Guirane N’Daw.

Thual qui contemple l’anus du FC Metz après le match.

 

Les notes :

Johann Carrasso, 2/5 : Quelques parades et une flottante en fin de match. Pas de quoi se faire recruter par Nantes.

Jonathan Rivièrez, 2/5 : Noir sans rein, mais avec des muscles.

Gaëtan Bussmann, 1/5 : Esthète de la passe en touche. Farouche opposant à l’idée de marquage.

Guido Milan, 2/5 : Victime.

José Luis Palomino, 4/5 : Nouveau Gabriel Heinze avec plus d’épaules.

Guirane N’Daw, 2/5 : Grand noir étourdi mais virulent. Et cette frappe de forain aussi.

Chris Phillips, 2/5 : Star luxembourgeoise invisible.

Kévin Lejeune, 1/5 : Kévin.

Florent Malouda, non noté :  Ballon d’or.

Bouna Sarr, 3/5 : Des petites accélérations par-ci par là. Grosse activité. Même défensivement. C’est bien.

Kwamé N’Sor, 1/5 : Diabaté qui ferme les yeux.

Les remplaçants :

Yéni N’Gbakoto, 5/5 : Entrée remarquable.

Sylvain Marchal, 4/5 : Vieux qui veille.

Juan Falcon, non noté : Un ballon touché. Un quart d’heure. Sisi.
Rigobert vous embrasse l’anus si vous le permettez. Le prochain RDV grenat c’est les Gymnastes homosexuels de Nisse à Sinsinf. Sans Milan, sans Malouda, avec Lejeune et peu d’espoir.

 

Mercato : Le transfert de Rigobert au GFC.

Cordianalement,

Rigobert.

 

 

Rigogobert Pirès

6 commentaires

  1. En analysant bien la façon qu’ont certains joueurs à croiser les bras, on peut constater que :
    1/ Kevin Lejeune doit être fan de tuning. Ou bosser comme videur dans une boîte de nuit.
    2/ Bussmann ne sait pas placer ses bras.
    3/Palomino semble planquer ses tchoutchs.
    4/ Bouna Sarr pourrait presque faire le tour de lui-même avec ses bras.

  2. Thual expulse pas Umtiti parce que le grenat part sur le côté, Thual expulse Milan car c’est la double peine. Application strict des règles qui sont, par définition, imparfaites.

  3. Thual expulse Milan parce qu’il annule une occasion manifeste de but. Thual n’expulse pas Umtiti qui annule une occasion manifeste de but. Relire et comprendre les règles avant de les citer c’est toujours mieux.

    La double peine n’est pas une règle.

    Après effectivement, c’est à l’appréciation de l’arbitre de savoir si l’occase était manifeste ou pas. Ceci n’ayant rien à voir avec le centre du but.

  4. Alors allons jusqu’au bout et citons la règle si tu le veux bien

    Les arbitres doivent tenir compte des critères suivants pour décider s’ils entendent sanctionner d’un carton rouge le fait d’avoir empêché de marquer un but ou d’avoir annihilé une occasion de but manifeste :
    • la distance entre le lieu de la faute et le but ;
    • la probabilité qu’a l’équipe de conserver ou de récupérer le ballon ;
    • le sens du jeu ;
    • le placement et le nombre de défenseurs.

    C’est le sens du jeu dont je parle, Ghezzal part vers le but et le grenat part vers le côté du but.

    Pour cela, citons (entre autres hein) Stefano Braschi, ancien arbitre international et aujourd’hui représentant de la Commission nationale des arbitres en Italie (où les arbitres ont les mêmes règles qu’en France) :
    « Il y a annihilation d’une action de but si l’attaquant va vers le but. Si sa course se dirige vers le but, et qu’il y a faute du défenseur ou du gardien, ce dernier doit être exclu. En revanche, si l’attaquant ne va pas vers le but, à savoir qu’il va vers l’extérieur, et qu’il y a faute, il peut y avoir coup franc, pénalty, carton jaune, mais pas carton rouge. Sauf si le geste est vraiment dangereux »

    Relire et comprendre les règles avant de les citer c’est toujours mieux effectivement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.