Tours – AC Ajaccio (1-1) : L’Aiacciu livre ses notes, I Sanguinari y était

Et si I Sanguinari avait vécu son pire déplacement de la saison à Tours ?

12695099_753709951397093_188852034_o

Qui dit déplacement à Tours dit forcément passage à l’hôtel des joueurs. Et à Tours, un personnage est incontournable : le collectionneur de photos dédicacées de joueurs relou et un peu limité mentalement qui parle à tous les gens qu’il croise. Pas facile de s’en débarrasser, surtout quand il croit que tu es un dirigeant de l’ACA.

Une fois cette difficile étape passée, s’en présentait une autre : celle des stadiers. Et comme souvent, ils ne sont pas au courant de ce qu’il se passe dans leur stade. Le premier affirme que le parcage visiteur est “à l’autre bout du stade, mais il est fermé aujourd’hui”. Le second (celui à l’autre bout du stade donc) n’est pas d’accord “Oui, bien sûr qu’il est ouvert, mais il est de l’autre côté.” Devant tant d’incompétence, on finit bien sûr par se décourager, surtout que la nouvelle tombe : le kop visiteurs n’est vraiment pas ouvert. I Sanguinari vivra donc le match dans la tribune d’honneur.

Idéal pour écouter les insultes des ultras de Tours, qui auraient dû ouvrir le “dictionnaire des synonymes des insultes dans un match de foot” avant la rencontre. Ils commenceront par des “Pantaloni est une salope”, avant de s’en prendre à Vincent Marchetti, qui les a chambré après son but, avec des “Marchetti est une salope” et des “Marchetti, ta mère est avec nous”. Ils finiront enfin avec des “Cavalli est une salope”. De quoi égayer un match que l’ACA avait pris du bon bout en marquant sur leur première et seule véritable occasion de la rencontre. La suite ? Comme un peu trop souvent depuis le début de la saison, l’ACA recule, blinde sa défense, renonce à ses velléités défensives et contre trop rarement. Et comme toujours, sur leur seule erreur, l’ACA finit par se faire rejoindre au score. Le point du match nul est mérité, l’invincibilité continue et I Sanguinari est frustré de ne pas avoir vécu le match comme il le voulait. Mais promis, on se rattrape à Laval.

(Ricardo) FATTI DIVERSI :

– La dernière fois que l’ACA était resté aussi longtemps invaincu, c’était pendant les dernières vacances d’été, en juin.

– Fousseni Diawara, à la retraite, et Samuel Bouhours, blessé, ont assisté à la rencontre et ont rendu visite à leurs anciens collègues acéistes.

ANNUTAZIONI :

Riffi Mandanda 3/5 : Bien aidé par sa solide défense, il n’a dû faire qu’un seul arrêt.

Anthony Lippini 3/5 : Il a tout le temps défendu debout, comme s’il jouait dans des toilettes turcs. Ce qui lui a permis de passer devant ses adversaires à chaque fois. Du coup, il s’est seulement énervé dans les cinq dernières minutes.

Zakaria Diallo 3/5 : Il a tellement bien muselé l’attaque adverse que les supporters handicapés de Tours se sont levés de leurs fauteuils roulants quand Kouakou a réussi un dribble. Mais si Diallo a été infranchissable tout le match, c’est quand même lui qui est à l’origine du but du TFC, après une perte de balle évitable près de sa surface.

Pape Cissé 3,5/5 : Un ballon arrive : BIM. Un autre ballon arrive : BOUM. Encore un : BAM. Cissé ne s’emmerde pas, quand la balle arrive il dégage loin et fort. On rajoute une bonne couverture de balle et un bon jeu de tête.

Zié Diabaté 3/5 : Rien à redire. Bon signe, non ?

Laurent Abergel 3/5 : S’il fallait un joueur pour partir à la guerre, c’est lui qu’on choisirait.

Vincent Marchetti 4/5 : À chaque déplacement, deux questions reviennent inlassablement à son sujet. La première : “Mais il a quel âge lui ?”. La deuxième : “Comment il s’appelle votre jeune là, parce que c’est le meilleur sur le terrain ?”
On répond alors qu’il a 18 ans, qu’il s’appelle Vincent Marchetti, et que oui, il est le grand espoir du club. Encore plus à Tours, où il a marqué son deuxième but en une semaine et où il a tenté d’ajouter un peu de technique dans un match dégueulasse.

Claude Gonçalvès 3,5/5 : Si on l’a moins vu en deuxième mi-temps, c’est qu’il avait été partout en première, touchant énormément de ballons.

Marvin Diop 2,5/5 : Le pape a plus de chances de coucher avec Kim Kardashian que Marvin Diop n’avait de chances de marquer contre Tours. La cause ? Très de peu de ballons offensifs joués et une propension pour l’ACA de jouer du côté de Nouri.

Riad Nouri 3,5/5 : Il a profité des largesses de la défense tourangelle en première période, apportant plusieurs fois le danger sur son côté gauche, où il a touché énormément de ballons. Il est d’ailleurs à créditer d’une passe décisive et d’une grosse activité défensive. En deuxième période, il a changé de côté. Ce qui a poussé le jeu acéiste à le suivre, et à passer par le côté droit.

Mouaad Madri 3,5/5 : Il s’épanouit de plus en plus à ce poste d’avant-centre. À Tours, il a tout fait : il a pressé, pris des ballons de la tête, lancé parfaitement Nouri sur le but de Marchetti, pris la profondeur, joué en pivot…

I RIMPIAZZANTI :

Johan Cavalli, NN : Lui aussi s’est fait insulter, mais lui aussi a été sérieux dans son travail défensif.

Hugo Vidémont, NN : Pas beaucoup plus de ballons touchés que Diop. Donc peu de danger apporté.

Rayan Frikèche, NN : J’ai remarqué qu’il était entré seulement dans le temps additionnel.

Perfettu

Perfettu Erignacci De l'Aiacciu

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.