Bordeaux-La Gantoise (2-0): la Scapulaire Académie unie dans l’état

?
Femme au volant, mort au tournant. Kamano trouve les cages, la folie dans le Virage. Bernard l’avait dit, chacun son truc. Le nôtre, c’est le partage.

Bordeaux reçoit les Belges de La Gantoise pour le dernier match de qualification avant la vraie Coupe d’Europe. Le nul de l’aller n’a pas entamé les chances de passer et la victoire face à Monaco a même redonné confiance et fierté aux joueurs.

En lever de rideau, un rassemblement de supporteurs a lieu sur le parvis du stade. Les Ultras rappellent le flou entourant les repreneurs (argent, agents, drôles de gens, absence de transparence ou de communication…).

« Hands off FCGB » : purée, j’ai d’abord cru qu’on avait une nouvelle recrue. Un attaquant bulgare ou bien l’arrière petit-fils de Dino Zoff. Mais non, c’était le hashtag rassembleur, défenseur de l’institution. Rappel des engagements de M6 au moment de la cession, inquiétude au sujet des acheteurs et demande de laisser le club en paix. Tiens cela me fait penser à quelque-chose. Chers journaleux de l’Epique, France Toof ou de Gogoal.com : votre zèle n’a en rien aidé le club ces dernières semaines. Entre articles à charge et désinformation vous aurez fait beaucoup de mal. Henry va signer ? C’est une magnifique opportunité pour lui. Henry ne signe pas ? C’est normal, Bordeaux c’est de la merde. Alors, je ne vous dirai qu’une seule chose: « fuck off, by FCGB ». Vous en ferez, comme toujours, ce que vous en voudrez (un futur 9 russe ou une injonction de nous oublier). Mais laissez le club tranquille.


La composition :

Costil (c)

Palencia  Lewczuk   Pablo   Poundjé

Plasil

Lerager       Tchouaméni

Kalu                                  Kamano

Briand

En défense, la présence d’un PPP est logique pour un match au Matmut. Seul Lewczuk vient foutre le bordel.

Bédouet a prévu un milieu apte à PLT les ballons.

Devant, il a misé sur un KK chaud bouillant prêt à fondre à la moindre occasion.

Briand, lui, n’a toujours pas vu Suzette. Il est donc aligné en pointe.

A noter que Vada n’est pas dans le groupe, il doit donc suivre le match depuis les tribunes. Ah mince, non il n’y a plus de place. On me dit qu’il en reste au « nulle part ailleurs ». Le pauvre.


Le résumé:


Le match:

L’entame de match est à l’avantage des Girondins. Kamano et Kalu semblent en forme. Un premier coup-franc est sifflé en notre faveur, le ballon est déposé sur la tête de Briand qui défend bien… Le con. Et s’il ne peut reprendre un centre de Kalu quelques minutes plus tard, on peut déjà penser qu’il se sentira moins seul qu’à l’aller.

Kamano, l’homme providentiel de ce début de saison, ne va pas tarder à se mettre en évidence. Sur un contre fulgurant, Tchouaméni talonne pour François, qui transmet rapidement à Lerager. Le Danois progresse, ignore l’appel de Kalu à droite (« Mais donne-lui ! Qu’est-ce que tu attends, bordel ? Il va être hors-jeu !« ) pour mieux trouver Dieu dans l’axe (« oh le con, bien vu ! ») qui s’en va gagner son duel face au gardien, d’une frappe en bout de course. (1-0, 10è).

Paradoxalement, l’ouverture du score a coupé les jambes de nos favoris. Les Belges se mettent à pousser fort (heureusement que nous ne jouons pas dans une galerie marchande, il y aurait de la merde partout) et la rencontre commence à ressembler à la fin de la première manche. Sauf que là, il reste plus d’une heure à jouer.

L’adresse devant le but n’est pas le fort des jaunes et nos défenseurs s’acharnent à contrer leurs tentatives lorsqu’elles semblent cadrées. Bon, il y a quand-même Poundjé qui aime nous faire peur en perdant des ballons bêtement, mais cela, nous y sommes habitués.

Et puis Bordeaux reprend les affaires en main.

A la demi-heure de jeu, Palencia centre pour Lerager qui s’offre une reprise de volée. Elle est complètement ratée mais je tenais à vous le signaler. Allez savoir ce qu’il s’est passé sous son casque.

Kalu enroule une frappe, captée par le gardien puis s’essaie au coup-franc direct. C’est cadré mais là encore, le gardien s’interpose. Au fait, la faute avait eu lieu sur Lerager, séché pour avoir éliminé un adversaire d’un double contact… Quand je vous dis qu’il y a un truc qui cloche…

La première période s’achève après une reprise de Briand, bien servi par Tchouaméni.

Les Girondins font plaisir à voir. Bien entendu, chaque incursion de La Gantoise provoque des chatouilles au fondement mais ce n’est pas pour me déplaire. Cela me rappelle des souvenirs d’enfant (à la fête foraine dans le grand huit et aussi la fois où je me suis assis sur un Playmob… Euh non, rien). Surtout, cela me rappelle que c’est cela aussi, les matches européens.

A la reprise, les Gigis sont bien en place, ils attendent pour jaillir. Ce que fait parfaitement Kalu, avant d’être taclé irrégulièrement et d’obtenir un pénalty ! En se relevant, il s’adresse au Virage Sud. Mon petit, tu sais marquer des points.

Briand se charge de prendre le gardien à contre-pied, calmement (2-0, 64è).

Deux buts d’avance. Ils sont en passe de réussir !

Poundjé aimait aussi les Playmobils, alors il offre une nouvelle occasion aux adversaires en perdant encore le ballon. Le tir finira à côté du but de Costil. Face à l’incapacité des Belges, le Max décide de prendre les choses en main. Ce n’est pas très esthétique… Sa conduite de balle trop longue lui donne de l’élan pour tenter sa chance de loin. Mais il manque de tomber, sa frappe s’envole.

Préville et Youssouf fraîchement entrés, ils vont tenter leur chance également,d’une frappe de joueur de district au lendemain de la soirée choucroute organisée par le club.

Le score n’évoluera plus. Bordeaux l’emporte ! Bordeaux se qualifie !


Les notes des 33:

Benoît Costil (5/5) :

Un match sans faute qui vient achever sa belle journée, marquée par son retour en Bleu.

Sergi Palencia (4/5) :

Il a rassuré sur sa capacité à défendre. Petit mais costaud. Il semble aimer poursuivre ses actions, même au cœur du jeu, ce qui peut faire varier notre animation. À confirmer.

Igor Lewczuk (3/5) :

Un bon match de sa part. Il n’est pas toujours rassurant mais il permet de bricoler en défense. Un bout de sparadrap pour colmater une fuite un dimanche en attendant de se rendre au magasin le lendemain. Tant que cela tient…

Pablo (5/5) :

Il est heureux à Bordeaux et nous le sommes qu’il le soit. Que dire d’autre ?

Maxime Poundjé (2/5) :

Il était heureux avec ses Playmob’ et nous le serions qu’il le soit encore.

Jaroslav Plasil (3/5) :

A fait sa part dans le travail défensif mais je crois que pour Papy, c’est l’heure de la sieste. Il l’a bien méritée.

Lukas Lerager (5/5) :

Une magnifique passe décisive, un abattage hors norme et une faculté à faire péter les plombs aux adversaires. Une très belle performance.

« Merci Edna, d’avoir fait de moi un vrai joueur de foot! »

Aurélien Tchouaméni (3/5) :

Il est à l’origine de plusieurs occasions, dont celle menant à l’ouverture du score. Il a encore du mal à garder le rythme toute une partie mais cela viendra.

Samuel Kalu (5/5) :

Eh bien, il ressemble fort à LA bonne surprise de l’été. Quelle activité ! Il sait tirer les coup-francs, obtenir des pénos… Le successeur de Malcom sait aussi s’intégrer. Quand deux mains se tendent pour le relever, il tend la sienne vers le Bordelais et non vers son ancien coéquipier. A laissé sa place à Youssouf car nous aussi, on a le droit d’applaudir le bon Sam.

François Kamano (5/5) :

Encore une fois décisif, il a mis l’équipe sur les bons rails. Il n’a cessé de provoquer et a su protéger le côté gauche en phase défensive. Indispensable.

Jimmy Briand (3/5) :

Lorsque l’équipe joue plus haut, c’est beaucoup plus simple pour lui. Il s’est créé des occasions avant de nous mettre à l’abri en inscrivant le second but du match. Il sera capable de nous faire du bien. Bédouet l’a fait souffler en fin de rencontre. Préville aura eu le temps de nous désespérer une nouvelle fois, en enchaînant contrôle du genou/frappe du gauche depuis l’entrée de la surface. Un tir dévissé, mou, incroyablement « prévillien ».


Point transferts:

Aucun départ n’a eu lieu ces derniers jours.

Côté arrivées, nous avons fait signer deux joueurs: Karamoh et Cornelius ! Oui, nous avons notre 9 ! Certains feront la fine bouche. Nous avons espéré un jeune brésilien, nous récupérons un moins jeune danois. Cela fait moins rêver mais attendons avant de le juger. C’est un profil que nous n’avions pas : costaud, pas maladroit et bon de la tête. Et il a de l’expérience. J’ai bon espoir qu’il soit le neuf idéal pour notre poule.

Quant à Karamoh, il peut occuper les deux côtés de l’attaque et pour la rotation c’est parfait. C’est cohérent, tout du moins. Préville n’a plus qu’à plomber la Nationale 2. L’ancien Caennais a fait parler de lui en Italie. Évoluant à l’Inter, il a eu des propos désobligeants envers le Milan AC. Rassure-toi gamin, ici tu n’auras que l’embarras du choix, entre les jaunes, les violets et les bleu ciel.

A l’avenir, il faudra quand-même que quelqu’un explique aux Ricains que s’ils veulent faire du bénéfice, recruter des jeunes c’est bien, mais éviter les prêts, c’est mieux.

Pour conclure :

Bordeaux est donc de retour en Coupe d’Europe. Nous affronterons le Zenith, Copenhague et Prague. La course à la qualification a démarré lors de la réception de Lille la saison passée. On peut dire que c’est mérité pour les joueurs. Ils se sont arrachés, ont su dominer les évènements contraires et trouver une force en ces jours mouvementés. Les voir s’enlacer, sourire, mêlant fierté et soulagement, c’était magnifique. Tout comme le partage avec les supporteurs. Cette victoire est aussi la leur. Quelle ambiance ! Et quel amour pour le club. Tout ce qui gravite autour de l’équipe n’est pas rassurant. Mais Bédouet et ses troupes sont en train de créer quelque chose et tous les fans l’auront bien compris : les joueurs ne trichent pas et l’union avec leur public peut les amener loin.

Tels de vrais Européens que nous sommes, nous allons encore enchaîner, avec un déplacement à Rennes. Cela sera l’occasion de procéder à une rotation d’effectif. Kiki sera donc votre homme pour vous relater cette rencontre. Nous nous retrouverons après une trêve méritée.

A bientôt.

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.