Les dessous de l’éviction de Willy Sagnol

Bien que l’éviction de Willy Sagnol n’ait été rendue publique qu’en fin de journée, Claude Pèze a pu assister à son entretien avec la direction du club dans l’après-midi. Les propos tenus sont édifiants.

 

Le Haillan, 14 mars, 14h

Triaud : Ah, Willy, tu tombes bien, faut qu’on parle

Sagnol : Vous voulez rompre avec moi c’est ça ?

Triaud : Mais non, tu dramatises, assieds-toi. Nicolas de Tavernost est là, ça te dérange pas ?

Sagnol : C’est qui ?

Triaud : L’actionnaire principal du club, tu te souviens ? C’est lui qui signe les chèques pour le recrutement.

Sagnol : Ah il tombe bien celui-là. Alors il me faut un gardien, 2 défenseurs, 4 milieux, 3 attaquants, un préparateur mental, physique, de sandwichs et 4 nouveaux médecins. Non parce que ceux que j’ai là ils sont nuls. Surtout Bernardoni et Contento. Si je tenais le con qui les a recruté…

Triaud : C’est toi qui les a demandés.

Sagnol : C’est bien ce que je disais, ils sont nuls et j’y suis pour rien, c’est un problème de génération. Du coup c’est d’accord, j’appelle Stéphane Courbis pour qu’il me trouve des recrues ?

Triaud : Non Willy, Nicolas est ici pour te parler d’une chose plus importante que ça. Nicolas ?

De Tavernost : Pardon, je regardais les audiences de M6, Willy je suis très mécontent…

Sagnol : Ouais, Top Chef fait moins d’audience cette année. En même temps le concept est à bout de souffle.

De Tavernost : Non Willy, mécontent de toi. Mais comment ça le concept est à bout de souffle ?

Sagnol : Rien n’a changé, on voit toujours des cons cuisiner sur la musique de Pirate des Caraïbes et…

Triaud : CE N’EST PAS LE SUJET DU JOUR !

De Tavernost : Oui c’est vrai. Donc Willy je suis là en qualité de… président ? Non, d’actionnaire principal du club. Ça ne va pas du tout Willy, tu viens de prendre 4-0 à Toulouse, A TOULOUSE BORDEL, c’est même pas de la Ligue 1 !

Triaud : Si, pour quelques semaines encore.

Sagnol : Mais c’est la faute des joueurs.

De Tavernost : Et le nul contre le Gazélec ?

Sagnol : Les joueurs.

Triaud : Tu peux pas accuser les joueurs de tous les maux. A Reims aussi c’est leur faute ?

Sagnol : Non

Triaud : Ah c’est bien d’assum…

Sagnol : A Reims c’est la faute de la météo.

De Tavernost : Ouais et contre Nantes aussi ?

Sagnol : Non, Nantes c’est la faute de Sané, comme presque à chaque fois.

Triaud : Mais contre Saint-Etienne, il jouait pas, t’as quoi comme excuse ?

Sagnol : Mon thème astral. Comme vous le savez je suis poisson ascendant cancer et ce jour là mon horoscope disait mot pour mot : « Aujourd’hui vous allez prendre une branlée ». Et celui de ma femme annonçait : « Aujourd’hui, votre mari va prendre une branlée ». Vous voyez donc bien que j’y suis pour rien.

Triaud : Willy, on va pas tourner autour du pot. Il va falloir être fort très fort, en un mot comme en cent, je n’irai pas par quatre chemin, j’irai droit au but, je te parlerai franchement, je vais te parler franchement, je vais pas tarder à te parler franchement, je te laisse la parole Nicolas.

De Tavernost :  Les aventuriers de la tribu ont décidé de vous éliminer et leur sentence est irrévocable. Putain ça pète comme phrase Jean-Louis, tu crois qu’on pourrait avoir Denis Brogniart pour l’annoncer la prochaine fois ?

Triaud : C’est pas le moment…

Sagnol : Comment ça je suis viré ? JE VIENS DU BAYERN MOI. L’ECOLE ALLEMANDE !

Triaud : Tu sais quoi Willy ? Les Allemands ils ont jamais été foutus de gagner une guerre. Ben toi c’est pareil. D’ailleurs ton staff est viré lui aussi.

Sagnol : Vous retrouverez jamais un entraîneur comme moi !

Triaud : C’est l’idée.

Sagnol : Et vous me remplacez par qui ? Garande ? J’en étais sûr, il me déteste.

Triaud : Non.

Sagnol : Dupraz ? Renard ? Girard ? Hantz ? De toute façon tout le monde me déteste en L1, c’est pas de ma faute, c’est eux.

Triaud : Non Willy, on te remplace par Ramé et Chalmé pour la fin de saison en attendant de trouver une solution à plus long terme.

Sagnol : Vous savez quoi, c’est pas vous qui me quittez, c’est moi qui vous quitte !

De Tavernost : Donc tu oublies tes indemnités ? Parfait !

Sagnol : Oubliez, on se reverra.

Claude Pèze

Plus proche du comptoir PMU que de l'homme, licencié des emplois fictifs de la Mairie de Paris, supporter bordelais depuis 3 générations, j'ai décidé d'associer mes passions en résumant les matchs des Girondins en picolant et en faisant croire qu'il s'y passe quelque chose.

12 commentaires

  1.  » Willy, on va pas tourner autour du pot. Il va falloir être fort très fort, en un mot comme en cent, je n’irai pas par quatre chemin, j’irai droit au but, je te parlerai franchement, je vais te parler franchement, je vais pas tarder à te parler franchement, je te laisse la parole Nicolas.  »
    Superbe hommage à Coluche.

  2. J’avoue que pour Chalmé, je reste encore un peu marqué psychologiquement par sa fin en tant que « joueur » sénateur au club. J’ai donc du mal à trouver son retour dans le staff réjouissant, ça sent un peu les clans et jeux d’influence en interne tout ça… C’est une remarque totalement gratuite et subjective que je pose là.

    Mais prenons déjà le temps de savourer le moment présent et ses promesses de composition d’équipe cohérente (c’est à dire sans Poko, Poundjé et Traoré).

  3. Chaque année, je fais un pari absurde sur les relégations. L’an dernier j’avais joué le Milan. Cette année j’ai mis Bordeaux. Je trouve le départ de Sagnol décevant.

  4. Bien trop rare en effet… Comme un symbole d’académicien de qualité

  5. excellent, mais tellement rare que je ne venais presque plus …^^

    tu a retrouvé ton clavier Claude ?

  6. Je suis déçu que Claude n’écrive plus rien sur nos Gigi… un coma éthylique ça ne dure pas aussi longtemps…
    Vivement qu’il nous revienne!

    • Hélas, le bon vieux Pèze nous quitte officiellement. Il est CM des Girondins à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.