Qui se bat contre Metz finira par se comporter comme un Nancéien.

Certains aiment à affirmer que les supporters de foot sont à l’image de la société : violents, assoiffés de bière ou de sang, haineux et pauvres. Je n’en sais rien, je ne suis pas sociologue. A vrai dire, je ne sais même pas si un sociologue s’occupe de cela. En revanche, je suis certain que les choses pourraient être pires si le monde ressemblait aux Girondins de Bordeaux.

Imaginez… Une Terre post-apocalyptique sur laquelle il devient impossible de bâtir la moindre société. Tout n’est que poussière, seules les ruines du passé nous rappellent qu’on a été. Deux ans déjà que tout s’est écroulé. La monnaie hispano-luxembourgeoise et les NFT ont suivi. Merde ? Non même pas. Car rien ne découragera le plus passionné des Hommes dans ses idées de gouvernance et de réhabilitation. Lui, le Sauveur, s’il ne se promène jamais avec Lucille, est persuadé d’être assez armé pour redonner naissance au monde. Il est quand-même doté d’une expérience notable dans l’organisation d’enterrements de vie de (pas très) jeunes filiales. Un peu sordide comme job mais lui ne l’a jamais vu ainsi : s’il existe un champ lexical de la mort, pourquoi ne pas l’utiliser et le faire fructifier ? Son habitude de racheter des sociétés mal en point le classe dans la catégorie des charognards. Mais lorsqu’il a pris les choses en mains chez nous, le Sublime a eu la lucidité de se dire que passer encore pour un chacal ne serait pas la meilleure des idées. C’est pourquoi il a fait appel à ses deux acolytes Admar et James pour former une sorte de Cerbère. Bien plus classe. Nettement plus « fin du monde ».

Au pays des cadavres, les morts-vivants sont rois.

L’histoire ne dit pas si Gégé s’est fait bouffer le cul par un des marcheurs mais nous avons bien remarqué que certains d’entre eux le suivaient partout. Le peuple lutte contre ces êtres que nous pourrions plaindre si nous en avions le temps – oui, Gégé est parvenu à maîtriser les codes de fonctionnement du cerveau humain dans le but de les utiliser pour former une horde à sa botte – mais le sort du monde est tout ce qui importe pour le plus grand nombre qui n’a pas de place pour l’empathie. Et pendant ces oppositions « à la vie, à la mort », Lui peut travailler sur la direction de son entreprise. Bon, à distance car par manque de chance, le dernier aéroport est tombé lorsqu’il est allé chercher des renforts étrangers de l’autre côté de l’Océan Atlantique. Cela nous fait penser à tout un tas d’anecdotes au sujet du Maître, poissard infini. Lui qui fait tout bien, qui met tout en œuvre pour la réussite, n’a jamais de chance. Ah la la. A qui la faute si les mecs qu’il a installés ne sont pas foutus de mener à bien les missions pour lesquelles ils ont été nommés ? Hein, à qui la faute s’ils n’arrivent pas à faire illusion quant à la véritable raison de leur présence au sein du directoire ? A qui la putain de faute si nous étions à un pas de la reconstruction quand tout s’est de nouveau écroulé ? La faute à Admar, qui n’a pas choisi les bons hommes ni le bon contremaître pour le chantier. La faute à ces bons hommes, branleurs et trop impactés par l’instabilité du monde. La faute à James qui n’a djdodpsmsdksksksdvshzceldheu (quelqu’un sait ce qui est censé rater ?). La faute à David, l’ancien contremaître, formateur de formation. La faute aux rugbymen, les seuls à avoir su s’adapter à cette apocalypse zombie (allez savoir pourquoi) et qui ont niqué le champ de bataille. La faute au canapé déchiré ramené du squat de l’ancien dealer du bras droit et qui a mis les gars un peu trop dans le confort. Mais ce n’est pas la faute de ces enfants âgés de huit ans qui ont cousu des Kevlar bleu marine que sa Sainteté a pu troquer contre des fournitures destinées au Château.

« Hé ! Mais lâche-moi ça, putain ! » PAF !

Désolé. Un chauve en survêtement des Girondins est venu me servir un café dans une tasse à l’effigie du LOSC peu après mon arrivée au bureau et je le suspecte d’avoir mis des laxatifs dedans, je viens de passer la dernière heure à faire des aller-retours aux chiottes. N’ayant plus de papier-toilette à disposition, j’ai mis moins de temps à revenir et j’ai fini par le retrouver penché au-dessus de l’ordinateur. J’espère qu’il n’a pas fait autant de dégâts que moi dans la pièce jointe au bureau. C’est malin, j’ai perdu le fil.

En résumé :

Chaque jour qui passe nous rapproche un peu plus de la catastrophe. Des incompétents aux postes clés. Un nouvel entraineur qui a besoin de temps et peut-être aussi de prendre conscience du niveau de ses joueurs. Ces derniers, incapables de marquer un but tout en ayant perdu la solidité qui faisait la force de l’équipe l’an passé. Vraiment, pas un pour relever l’autre dans ce club et nous courrons à notre perte.

« P… Pas d’inquiét-t-tude, je suis là.

-Ta gueule. Enfin, dis-moi plutôt où est Lopez, du monde le recherche et je ne sais pas à quoi il ressemble ».

La composition :

Johnsonn, Michelin, Bokélé, Barbet (c), NSimba, Cassubie, Diaz, Davitashvili, De Lima, Weissbeck, Vipotnik.

Bon, voici l’organisation de départ. Au bout de deux minutes, cela ressemblait davantage à une fosse commune.

Le match :

« T’es tellement nul que tu raterais le virus de l’herpès en trempant ta bite dans une bassine remplie de crachats de putes ».

Angelica, 10 ans. Personnage de DayBreak mais surtout analyste des Girondins sans le savoir.

https://tenor.com/beBsf.gif

Les notes des 33 :

Johnsonn (2+/5): Toujours peiné pour les retraités qui sont obligés de revenir travailler.

Michelin (0+/5): Son dégagement dans l’axe nous a mis dans la merde. Un « + » quand-même parce que cela nous change des relances à l’extrême-droite.

Bokélé (0/5): Malcom Kdobélé.

Barbet (0/5): Yoann Moustache m’horripile.

NSimba (0/5): Halloween est passé, arrête de faire le zombie ! Comment ça, t’es vraiment mort ?

Cassubie (0/5): Cassubie le pressing adverse.

Diaz (0/5): Encore un qui brillera une fois parti. Bordeaux, c’est Vil Coyote, bordel !

Davitashvili (0/5): Je sais qu’il n’y a plus trop de thunes au Haillan mais le CE a prévu un Noël des gosses cette année ? Si quelqu’un veut une voiture à friction, on en a une en stock. Elle a tapé deux, trois murs mais elle peut encore faire illusion.

De Lima (2+/5): En cas de vagues-submersion, il sera le premier à qui on lancera la bouée.

Weissbeck (0/5): Vivement qu’il se barre dans un club qui vise la Ligain.

Vipotnik (0/5): Zan était pas encore pour cette fois.

Les entrants :

Ekomié : Sans apport, difficile de lui accorder du crédit.

Sissokho est arrivé sans se blesser. Le reste…

Livolant a enfin marqué. Peu importe qu’on prenne une énième branlée, il est content, il profite du moment.

Pitu revient dans la partie. Enfin, il est entré en jeu, quoi.

Badji n’a pas fait tache, rendez-vous compte.

Prochain match, réception d’Annecy. Un avant-goût de Natianal.

En attendant, mettez-vous Horsjeu et venez discuter sur Twitter : @IanWalterFoote et @NauseeSavajicl.

Si vous parlez à l’un, l’autre vous répondra sans doute et c’est sûrement mieux ainsi.

La Scapulaire Académie est également présente sur Twitter, Facebook, Instagram et (nouveauté !) sur Ciel Bleu. Elle n’attend que vous !

A bientôt.

Nausée Savajicl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.