France – Uruguay : Rico di Mecouille a cassé son Cojon de cristal !

Impossible de vous retransmettre le match. Dans l’équipe du site, on est bien emmerdé parce qu’on a vu dans l’avenir, peu avant que Rico se le brise malencontreusement devant Angleterre – Colombie, que vous seriez pas mal intéressés par ce match. Du coup on est allé chercher dans ses archives pour voir s’il n’avait pas gardé quelques bribes.

On est vaguement tombé sur le transfert de Neymar au Real Madrid cet été, le ballon d’or de Maxime Lopez en 2027, les nouvelles règles à base de but qui compte double et de tirage de maillot autorisé dans la surface, ainsi que la fusion du FC Metz et de l’AS Nancy-Lorraine (bon, on aurait peut-être pas dû ouvrir la boîte avec marqué « fin du monde », aussi).

Bref, en farfouillant, on a retrouvé de quoi vous offrir un live complet du match. Bien sûr c’est un collage donc il est possible que tout cela soit un peu décousu et parfois même fantaisiste. Dès que le cojon sera réparé, sachez que vous aurez droit à une mise à jour. Même s’il sera sans doute trop tard, la nature résolument casse-burettes du match l’ayant fortement abîmé.

Et surtout pour la première fois, il est possible que nos prévictions s’avèrent inexactes. Les parieurs seront remboursés, la rédaction de Horsjeu.net (mâtin ! quel site) organisera un colloque afin de trouver des dates pour convenir d’un rendez-vous afin de se mettre d’accord sur les disponibilités respectives de ses membres afin de convenir d’une fourchette de dates de huit mois durant laquelle lesdits membres pourraient se retrouver afin de se mettre d’accord sur un communiqué d’excuses auprès de ses huit lecteurs assidus (la plupart anciens académiciens, les plus cruels) et l’auteur de ces lignes sera condamné à regarder Suède – Angleterre, seul dans une pièce dépourvue de meubles, sans alcool ni psychotropes ni objet susceptibles d’être utilisés pour se suicider, le tout avec des commentaires exclusifs de Denis BalbiOOOOOOOH NON BORDEL LES GARS PAS LUIIIIIIIIIII.


Tout de suite, le match :

1 L’Uruguay donne le coup d’envoi devant un public acquis à sa cause. 90% des maillots sont bleu ciel et même si l’on distingue des rayures verticales blanches sur certains d’entre eux, les chants sont bien tous à la gloire de la Celeste. Diego Maradona a pris place en tribune d’honneur entouré des caméras de 80 rédactions.

3 Ouverture du score très rapide en faveur de l’Uruguay ! Un cafouillage dans la surface française est très mal négocié par les défenseurs tricolores qui laissent le ballon rebondir en spectateur. Opportuniste, Luis Suarez lobe le gardien de la tête ! 1-0.

8 Les Français tentent rapidement d’égaliser mais la défense d’acier des Uruguayens est inexpugnable, à l’image de Diego Godin qui s’arrache lui-même des dents en cognant sa mâchoire supérieure contre le front de José Gimenez, ceci pour avoir l’air encore plus terrifiant. Prudemment, Giroud transmet la balle en retrait à Paul Pogba.

19 Le match tombe dans un faux rythme que seul Antoine Griezmann tente de réveiller. Il presse la défense adverse, donne des consignes en espagnol à Lucas Hernandez et des coups de poing dans la tête de Giroud pour le motiver. Une fenêtre de tir s’ouvre pour lui, sept adversaires se jettent à ses pieds mais il a feinté la frappe. Sa passe pour Mbappé n’est toutefois pas assez appuyée car le bolide arrivait lancé. Incapable de ralentir sa course, le jeune prodige dépasse le ballon et finit dans les panneaux publicitaires.

20 Plus de peur que de mal pour le jeune soulier d’or 2021 de Chelsea (désolé pour le spoil) qui reprend sa place à droite de l’attaque française.

25 L’arbitre décrète une pause fraîcheur. Antoine Griezmann commande discrètement à l’équipe médicale des poches de sang illégal barcelonais, tandis que les Uruguayens se font un petit maté tranquille avant de reprendre le boulot.

31 Kyllian Mbappé tombe à la renverse au beau milieu d’une course, stoppé net après avoir heurté ce qui semble être…un mur ? Pendant ce temps, Cristian Rodriguez se replace devant sa défense en époussetant son maillot qui semble avoir un peu rougi.

40 Nouveau but pour l’Uruguay ! Sur un nouveau ballon cafouillé dans la surface, une talonnade au départ anodine d’un ailier sud américain est dégagée n’importe comment par le latéral gauche français, bien peu inspiré. Lloris est une nouvelle fois lobé : 2-0.

43 Les plaintes françaises se multiplient autour de l’arbitre, qui semble clairement avantager la Celeste. Au nom de qui, de quoi, de quel glorieux match aller qui n’a de toute façon jamais eu lieu ? Nul ne le sait.

Mi-temps.

46 Et cela repart très fort avec un penalty pour l’Uruguay ! Sur un service croisé de Bentancur, Laxalt s’enfonce dans la surface dans le dos de Benjamin Pavard. Le malheureux est déséquilibré par la justesse de la passe et dans sa chute, forme un obstacle parfait pour que son adversaire s’empale gaiement dessus. Malgré les récriminations des 23 joueurs, de Didier Deschamps et de son staff, qu’il est obligé d’exclure en intégralité pour avoir pénétré le terrain, l’arbitre reste inflexible et désigne le point.

47 Messi Suarez transforme. 3-0.

52 Tout le monde est occupé à pester contre l’arbitre sur le terrain sauf les Uruguayens qui font un toro avec Antoine Griezmann.

58 Lucas Hernandez s’arrache pour aller chercher le ballon dans les pieds de ses adversaires. À la limite de l’anti-jeu, il est repris par l’arbitre au moment où il soulevait Torreira et Martin Caceres par le col.

62 L’espoir renaît pour la France avec ce but ! Sur un long coup-franc de Pogba, le bien aimé Blaise Matuidi (oui il pourra jouer, attendez voir) parvient à mettre le ballon en retrait pour…Edinson Cavani, revenu d’entre les blessés au mollet avec le coq français tatoué sur son gros sein ! Le Matador fusille Muslera et offre quatre tours de terrain à ses supporters en hurlant VAMOOOOOS suivi par Griezmann et Hernandez, tandis que ses partenaires n’osent pas trop aller vers l’arbitre de peur que le but ne soit pas validé. 3-1.

66 Les Français attaquent désormais comme des dératés, sans trop se soucier de tactique. Les longues transversales vers la tête de Giroud ne fonctionnent malheureusement pas beaucoup contre la défense uruguayenne, qui repousse tous les ballons à l’aide de saltos arrière en prenant appui sur le dos de Gimenez qui s’accroupit. Technique rappelant les Tubifritos, célèbre groupe de musique traditionnelle sud américaine.

68 Les Français entourent encore l’arbitre pour demander une main dans la surface adverse. La faute paraissait évidente même à Diego Maradona du haut de sa tribune, qui a hurlé « EL PIBE DE SU MADRE » avant de s’évanouir trois fois, dont une en convulsant dans du vomi qui n’est même pas le sien (il l’avait apporté pour l’occasion).

75 Antoine Griezmann part dans une folle échappée côté gauche, il entre dans la surface balle au pied, prêt à fusiller Muslera. Mais au moment de tirer, il s’écroule inexplicablement. A-t-il été fauché ? Son pied a-t-il tapé le sol avant le ballon ? Les images du cojon dégradé sont floues. Peu avant le renvoi aux cinq mètres cinquante, Diego Godin confie discrètement un enfant blond et un grand couteau à Oscar Tabarez sur le banc uruguayen puis il jette un regard entendu à son ami français.

84 On approche de la fin du match et les Uruguayens continuent de monopoliser le ballon, n’hésitant pas à se projeter vers l’avant. Benjamin Pavard a pris place en attaque à côté d’Olivier Giroud tandis que les défenseurs et milieux français multiplient les longs ballons pour tenter de les mettre dans de bonnes dispositions, qui pour tenter une reprise de volée, qui pour obtenir des fautes et perdre des duels de la tête. Edinson Cavani est même resté sur le terrain pour les aider.

87 Quel but pour l’Uruguay ! Après avoir obtenu une faute au coin gauche de la surface, Neymar Suarez se charge lui-même de botter le coup franc et place une frappe limpide sous la barre d’un Lloris impuissant ! 4-1

89 Et c’est un nouveau penalty pour l’Uruguay ! Sur un long ballon, Luis Suarez parvient, grâce à un enchaînement gracieux de boucles, de lutz, de jérémiades beuglées en trois langues et d’au moins 18 galipettes, à s’attirer les grâces de l’arbitre après un contact fort peu évident avec Raphaël Varane. L’équipe de France au grand complet, quelques grappes de supporters, des journalistes et même Zabivaka, la mascotte poutinienne de la Coupe du Monde, entourent l’arbitre pour lui signifier leur désaccord, mais une nouvelle fois l’officiel est inflexible.

91 Cette fois c’est Stuani qui se charge de tirer le penalty, pour le même résultat : 5-1 !

96 Le coup de grâce ! Pas décidés à relâcher la pression, les Uruguayens inscrivent un sixième but sur un énième ballon propulsé derrière la défense française. Le stade exulte, l’arbitre célèbre avec les vainqueurs, Diego Maradona s’hélitreuille avec son sexe jusqu’au milieu du terrain pour bénir les héros du jour à l’aide de cocaïne bénite, un mini-séisme ravage l’Uruguay provoquant la mort de plusieurs montagnards mais on s’en fout, et Vladimir Poutine se fend même de son célèbre sourire « à la corse », signe d’une admiration non feinte. 6-1.

Ainsi se termine le parcours de l’Equipe de France en ce Mundial, de manière fort peu glorieuse, il faut bien l’admettre. Mais ne désespérez pas, amis français : le cojon peut avoir ses vapeurs, et l’on sait, dans votre capitale mieux qu’ailleurs, que l’histoire ne se répète pas.

Terminalector

Je suis la majuscule sur ton gentilé. Je suis l'ordre et le chaos de la modération. Je suis la loi en tribune.

2 commentaires

  1. Enculé. Tout cela parce que tu es… bref. Je me comprends.

    J’ai éclaté de rire sur El pibe de su madre. Tellement réaliste pour le coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.