Fruit of the doom

Aujourd’hui, je suis pour. Tout est là.

  • Avec la création de la Super Ligue, plus de polémique pour Benzema. Florentino Perez a senti que Deschamps allait craquer face à la pression de l’équipe du soir.
  • L’Atletico fait tout comme le Real. Le Real restera donc le meilleur club de Madrid.
  • Le Barca a recruté Braithwaite, forcément, faut assurer ses arrières. Cela permettra à Griezmann de partir la tête haute.
  • Tottenham s’assure une place chaque année en coupe d’Europe et peut arrêter de faire semblant d’être champion.
  • City peut enfin espérer aller plus loin qu’une demi-finale et évite Monaco et Lyon pour l’éternité.
  • Arsenal sera européen en assurant tranquillement sa relégation.
  • Le Milan et la Juve pourront corrompre sans avoir peur d’être relégués.
  • L’Inter sera toujours aussi détesté par tout le monde mais tout le monde aura une bonne raison.
  • Chelsea fait du Chelsea et continuera de n’intéresser personne.
  • Manchester United révèle enfin sa véritable identité, celle de ne pas en avoir et d’avoir bâti une légende grâce à deux entraineurs en 140 ans.
  • Liverpool… tout le monde croit au mystère. Vous croyez vraiment qu’après le championnat en 2020, le club allait attendre 30 ans pour essayer d’en gagner un autre.
  • Et Nasser peut enfin gagner la Ligue des champions.


Arrêtez de jouer les vierges effarouchées. Arrêtez de nous les briser sur fond de trahison, de dévoiement, de vengeance à venir, de perte du football de papa. Arrêtez de faire semblant de ne pas avoir applaudi de vos bras infirmes la surenchère depuis 25 ans sur les formats de la Ligue des Champions : hein L’Équipe ?

Parlons déjà des réactions. Papier, TV et net, pas une rédaction pour trouver dans ses archives des papiers d’alerte sur cette dérive parce que les affiches proposées permettaient de vous mettre à l’abri avec des tirages intéressants la semaine entre mars et mai en faisant de sombres 1/8e de finale des « finales avant l’heure », quitte à travestir même le principe d’une compétition à élimination directe. Chers oies engraissées qu’on égorge, permettez-moi de vous haïr. Mes doigts brûlent de cette encre qui souille tant de pages depuis si longtemps.

Le scandale de cette Super Ligue n’est pas la Super Ligue en elle-même, c’est ce qu’elle met en lumière de méprisable et de lamentable chez tous ceux qui se sont gavés grassement à la table d’un football à la dérive. Et tout le monde est coupable, comme tous ceux qui sont bêtement de son avis, L’Équipe, c’est une évidence.

Coupable de roter bruyamment l’indigestion de la vache à lait qu’elle a engloutie, puis vomie, puis sirotée. Alors oui, le restaurant est fermé, allez on dégage, tu vas te contenter des miettes. Ah on rigolait bien des matchs de légende toutes les semaines, c’est sûr qu’on se foutait bien de la gueule du supporteur. Et tous tes petits potes vont aller à la soupe, ils vont ramper pour avoir des droits et ils vont regarder les matchs, ils vont en parler, ils vont faire leur petit boulot de plumitif sans plus de courage que maintenant, qu’aujourd’hui. Je lisais sur Twitter, un journaliste qui était contre la Super Ligue mais qu’il allait regarder « (pour le travail) ». Et voilà le niveau de l’éthique, même pas de quoi maintenir un avis en 280 caractères. ALORS OUI SI C’EST POUR LE BOULOT REGARDE MON CON. En revanche, toi le supporteur qui regrettes la ligue des champions version années 2000, toi, tu dois boycotter ou prostituer tes enfants pour voir ou te contenter du National, parce que bordel, tu ne travailles pas pour cela alors porte haut tes convictions.

Quel monde étrange. Venir donner des leçons d’indignation hypocrites, comme l’époque sait tellement en produire, d’illustres et des anonymes, vous pensez tellement que le supporteur est dupe. Qu’il suivra. Et bien le supporteur, il n’en peut plus. Il craque, il est bord du break. Il ne veut plus de vous, pas moins que la Super Ligue. La Super Ligue, c’est la Ligue des Champions version élite, c’est la Ligue des champions voulue par les plus gros clubs. C’est la réponse à la soif inextinguible d’affiches. C’est la suite donnée aux réformes de l’UEFA. Tant de monde contre que cela donne envie d’être pour.

15 équipes perpétuelles, 5 invitées, réparties en 2 poules de 10. 180 matchs au premier tour, des matchs d’août à mai du mardi au jeudi. Une ligue fermée financée par JP Morgan à hauteur de 4 à 6 milliards d’euros. Qu’un seul type vienne me dire que cela ne ressemble aux 1/8e de finale de la Ligue des Champions, modulo les cycles des grands clubs de 10-12 ans et on est à peu près bons. Qu’un seul type vienne me dire que la Ligue des champions actuelle n’ait pas comme seul objectif la maximalisation du profit, comme la Super League. Qu’un seul trouduc vienne me dire qu’il a envie de voir le FC Bruges jouer. Qu’un seul homme honnête vienne me troubler en me chuchotant dans l’oreille des obscénités comme le PSG ne gagnera jamais une vraie compétition européenne. Alors on dit toujours non ? Un format NBA, personne n’est pour ? Hein ? Est-ce qu’un seul fan de NBA a un jour fait l’effort intellectuel inverse : vouloir faire de la ligue fermée NBA, une coupe méritocratique ?  Soyez cohérents. Des transferts fermés, des clubs nourriciers pourvoyeurs de pépites, des tournées mondiales, des matchs en pleine nuit, des matchs holiday on ice, des matchs mer de sable, des concours de jongles comme les concours de dunks, des spécialistes de l’entertainment, des shows, des scandales et des robots dopés faisant tourner des ballons sur leur tête et Mylène Farmer qui chante à la mi-temps.

D’ici demain, lisez horsjeu.net et lisez Hors Jeu de Bilal et Cauvin, cela date de 1986 et tout est écrit putain. Vous faîtes semblant de ne pas voir et quand vous ouvrez les yeux, vous vous plaignez de la lumière. Tellement hâte de voir City gagner et montrer au monde que Guardiola peut gagner en Europe avec une autre équipe que le Barca de Messi et de lire l’analyse de Riolo dans sa revue de droite.

Frantz-Christophe Van Dustgroski

Je travaille pour un employeur fantôme et ce n'est pas un emploi fictif. Je parle comme je veux de ce que je veux quand je veux. Tu n'es pas obligé d'aimer. Tu n'es pas obligé de lire. Tu es obligé de savoir que je suis là

2 commentaires

  1. C’est confus. Je suis confus. Ce monde est confus. Nouvel âge d’or du confusianisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.