Bordeaux-Angers (0-1) : La Scapulaire Académie perd le Ramético

Les matchs après la coupe d’Europe sont toujours les plus compliqués à jouer. Je vous vois venir d’ici. Nous n’étions pas de la partie ce jeudi, c’est vrai. Tout comme, il est certain, que nous n’y serons pas non plus la saison prochaine avec ce genre de prestation.

Après une victoire probante à Lyon, c’est avec l’enthousiasme d’un puceau un peu naïf que nous abordions ce match. La fille semblait facile, pas très farouche. Certes ce n’était pas la plus belle ni la plus fraîche. Mais on s’en contenterait bien. Nous avions mis notre plus belle chemise et la dose nécessaire de déodorant bon marché pour masquer nos phéromones qui évolueront ce soir en 4-4-2. Mais en guise de septième ciel, nous n’avons eu droit qu’à une sinistre descente à la cave. Seuls, déçus, remettant à demain nos espoirs déchus. La route est longue avant la rédemption. Angers est venu nous le rappeler.

Le match ? Un calvaire de 95 minutes, sans rythme, sans énergie ni imagination et quelques petites occasions mollassonnes qui ne peuvent même pas alimenter d’éventuels regrets. Ce fut une litanie de passes latérales et de tentatives à la « Olive et Tom ». Chacun leur tour, Ounas, Menez, Rolan ou Malcom venaient s’écraser inévitablement contre une défense visiblement aux anges. Au milieu du bal, la fille tant convoitée se cassait avec le balourd du coin, à l’haleine douteuse et au sourire édentés. Toko Ekambi réglait le pauvre Carrasso, 0-1. Basta, fin du match. Ah, on retrouve enfin notre Ligain, ses pelouses dégueulasses, ses stades à moitié vide et ses matchs à endormir un bus d’hyperactifs shootés au Red Bull.

 

Les Notes

Carrasso 4/5 Il ne peut rien sur le but, il sauve même le break. Il a assisté aux premières loges au naufrage de ses coéquipiers.

Contento 1/5 On ne peut pas lui reprocher de ne pas être régulier. C’est même ce qu’il fait de mieux. Ce gars arrive à nous faire regretter Poundje, ce n’est pas un mince exploit.

Pallois 2/5 Mais il est où ? De toute évidence, il n’est Pallois. A l’ouest sur le but, il rentre dans un Contento qui se baladait dans le coin offrant un face à face et du boulot pour Carrass. Pas revenu à son niveau. Toulalan et Sertic risquent de lui prendre sa place s’il ne se réveille pas.

Lewczuk 2/5 Hors de question de faire une blague sur les plombiers polonais ou sur les excès de vodka. Nous sommes au-dessus de ça. N’empêche, notre plombier a tendance à trop temporiser, à toujours chercher le petit jeu latéral. Peut-être dû à un sevrage trop rapide et brutal.

Sabaly 2/5 Non seulement, il n’a pas apporté défensivement, mais il a été débordé régulièrement sur son coté. Malheureusement, il n’affrontera pas Kalulu toutes les semaines. Il doit se reprendre mercredi.

Plasil 2/5 Que de déchets, mais que de déchets. Il n’a jamais su donner du rythme au match, rarement dans le bon tempo. Un Tchèque en bois. Remplacé par Ikea Thelin à la 91e et son jeu en kit. Va falloir retrouver la notice, on a du mal à le monter ce putain de meuble.

Vada 2/5 Il paraissait plus en jambes au début du match avant de s’éteindre petit à petit. Remplacé par un Traoré traoresque avec quelques ouvertures en six mètres et des bonnes vieilles passes latérales. Superbe. En espérant qu’il n’a pas marabouté Gourvennec.

Ounas 1/5 Devrait penser à une carrière dans le vélo. Il garde la tête dans le guidon, il s’isole et s’énerve tout seul. Pour exemple, isolé au corner il tente une frappe directe en demi-volée. Euuh Adam, même sur la démo de FIFA 17, tu ne la mets pas.

Malcom 2/5 Auteur du seul centre potable du match et d’une belle combinaison avec Plasil, il a tenté un peu. Pas suffisant mais au-dessus de ses compères de l’attaque.

Menez 1/5 L’oreille et la cuisse. Ça pourrait être un mauvais remake d’un film de De Funès. Rien à retenir de son match hormis cette blessure. Remplacé à la 46e par un Laborde généreux mais brouillon et surtout sevré de ballon.

Rolan 0/5 Il est à l’origine de tous les mouvements offensifs. Enfin, on se calme tout de suite… Une tête et il oublie sur l’action suivante Menez, déclenchant une frappe et l’hilarité du gardien adverse. Trop nerveux, il prend un rouge stupide. Jackpot.

Gourvennec 2/5 Contrarié par la blessure de Sertic, le breton a modifié une nouvelle fois sa charnière centrale. Il défend ses joueurs et ses choix. Normal. On s’accroche comme on peut à la théorie de l’accident.

 

Dans la douceur Angevine

Rien de bien excitant. Angers repart avec 3 points en ayant joué quelques contres et profitant des largesses défensives. Ça c’est le constat brut. Mais au final, L’Equipe de Moulin a résisté (et oui, un petit calembour historique) à toute tentation de jouer un peu au foot, prenant le maquis, nous livrant un somptueux 5-5-0 soporifique.

Dans ce marasme soulignons les éclairs d’Ekambi, la technique et la vista de Capelle et la sérénité de Thomas bien aidé par notre apathie jean michel.

Kiki Musampala

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *