Bourg Péronnas – Quevilly (3-5) : La Poulet de Bresse Académie a vu un piètre match de rugby

Le score, la ligne des 22 apparente, des beaux plaquages dans la surface, c’était total régal à Verchère. Pourtant, l’US Bressane ne jouait pas …

Comme vous le savez peut-être (ou pas, vu que vous en avez certainement rien à foutre), le stade Marcel Verchère est avant tout l’antre de l’US Bressane, club de rugby jouant en Fédérale 1 et possédant un des meilleurs publics du ballon ovale français (la tribune Nord est ainsi surnommée « CGT », vu que c’est celle « qui gueule »). Depuis son accession en Ligue Deux, le FC Bourg Péronnas partage donc l’enceinte avec ses collègues rugbymen car le mythique Stade Municipal de Péronnas et ses mille places assises à tout casser n’est plus assez grand pour recevoir la ferveur populaire bressane.

Néanmoins, ce mardi soir, les joueurs du FCBP ont visiblement tenu à rendre hommage à l’USB avec ce score digne des plus sombres purges que le rugby peut proposer. 3-5, une pénalité par-ci, un essai non transformé par-là. Sauf qu’en foot, ça fait 8 buts et que ça arrive pas si souvent ! L’ennui, c’est que ça a pas tourné en notre faveur et contre Quevilly ça fait un petit peu mal. Quand on sait qu’on a déjà perdu sur un score de tennis contre Lens, j’ai peur des futurs hommages au handball ou basket dans les prochains matchs …

3-5 bordel ! 5 buts encaissés ! Par Quevilly merde !
Tout ceci en menant 2-1 à la 80e … Mais sérieux, ce mental digne de nos meilleurs tennismen !

On va quand même tenter, pour vous chères lectrices et chers lecteurs, de vous parler de ce match qui n’avait pas si mal démarré pour les Bleus. En plus, l’ambiance était correcte pour un mardi soir et le vin était bien chaud à la buvette du stade. Franchement, il y avait de quoi passer une bonne soirée.

 

Quelques lignes sur le contexte du match :

Côté mercato (c’est marrant de parler transferts pour le FCBP, je vous assure), après Kevin Hoggas, c’est une icône du club qui s’en va en la personne de Lakdar Boussaha, 4 ans et demi au club et 54 buts marqués, de quoi laisser un petit vide. L’Algérien rejoint le GF 38 et on attend tous avec impatience le barrage d’accession contre le 3e de National où Lakdar plantera le but de la montée grenobloise contre son ancien club …
Pour compenser, on enregistre, les signatures de Fabien Tchenkoua, qui s’entraîne au club depuis l’été, Yoann Court, un bon expérimenté de L2, Jordan Pierre-Charles, l’homme aux trois prénoms et Kevin Koubemba, qui nous vient tout droit du CSKA … Sofia ! Pour résumer le mercato hivernal du club, je citerai un de mes collègues brestois : « Ça craint… Vous commencez vraiment trop à ressembler à un club de L2 comme les autres. », le genre de phrases qui fait mal.

Côté sportif, le FCBP a repris le championnat par une défaite 2-0 au Paris FC, en sombrant là encore dans les dernières minutes. Avant le match, nous sommes 18e et donc en position si confortable de barragiste. L’US Quevilly FC Rouen Métropole ch’ai pas quoi est 19e, deux petits points derrière nous, et donc premier relégable. La suite va vous étonner !

 

Les bleus :

On va se souhaiter bonne chance hein !

Merdji et Nirlo ayant rejoint la longue liste des abonnés à l’infirmerie, Hervé Della Maggiore nous concocte une belle petite équipe avec les recrues et les moyens du bord. Apparemment, Gamiette est considéré comme un joueur de football par le coach. Autant vous le dire tout de suite, c’est pas ce match qui m’a convaincu qu’il fallait, moi, que je le considère comme tel …

 

Le mâche :

L’entame est clairement à l’avantage de Quevilly qui se crée quelques opportunités dans une atmosphère plutôt crispante vu l’enjeu de la rencontre. Sery (6e) puis Gakpa (9e) foirent leurs occases mais ça annonce la couleur concernant nos capacités défensives. Un peu contre le cours du jeu, le FCBP obtient un pénalty après un joli plaquage de troisième ligne de Sery sur Martins Pereira. Bègue transforme et ça respire dans les tribunes (1-0, 24e).
Du coup, tétanisés par le fait de mener au score, les Bleus ont beaucoup de mal à ressortir proprement le ballon et sur une action assez confuse, Basque égalise (1-1, 35e). La fin du premier acte est clairement à l’avantage des Jaunes et je ne vous cache pas mon appréhension pour la deuxième période.

Mais voilà, on attaque la deuxième mi-temps avec une envie certaine et un jeu enfin libéré. Les occasions s’enchaînent, notamment ce combo arrêt-transversale-poteau bien frustrant, où Gamiette s’illustre en fracassant la barre d’Hartock à deux mètres des cages, grandes ouvertes (54e).

En renard, Heinry et Bègue récupèrent un ballon dans les pieds de la défense normande. Court est servi et voit sa frappe se faire contrer par une tête adverse. Pris à contre-pied, Hartock est battu (2-1, 58e). Premier match à Verchère et premier but pour notre nouveau n°12. Parfait, Quevilly faiblit carrément et on a la main mise sur le match.

On récupère les ballons assez haut, notamment grâce à un très bon Martins Pereira, mais au lieu de construire comme on l’a si bien fait entre la 45e et la 60e, on balance des grands ballons sur Bègue et son mètre 32 … La pression monte et la sérénité n’est pas au rendez-vous, surtout quand tu regardes le temps restant et que le panneau d’affichage te répond « environ 1h12 connard » …

Ce qui devait arriver arrive donc. Sur une balle en profondeur, Mamilonne est clairement hors-jeu mais l’arbitre stipule que c’est un bleu qui l’a touché en dernier. Cela est vrai monsieur l’arbitre, cependant, la passe de Taufflieb est bien à destination de Mamilonne, qui lui est bien hors-jeu à ce moment-là … Bref, le n°15 marque (2-2, 81e). Dans la foulée, Boujedra, ancien de la maison, est accroché par Faivre, vieux de la maison, dans la surface. Pénalty, Basque marque son doublé (2-3, 84e). La tribune est carrément vénère mais les Bleus ne lâchent rien. Un corner est obtenu et Pierre-Charles, lui aussi pour son premier match à Verchère, égalise en deux temps (3-3, 88e) ! A ce moment-là, je sens bien une victoire 4-3 pour les Bleus tant ça serait logique sur la deuxième période.

Que nenni, le coup-franc obtenu dans la foulée par Quevilly permet à Mamilonne de mettre lui aussi son doublé de la tête grâce à un air marquage sensationnel de Ponroy (3-4, 89e). Le match est fou, comme le public de Verchère. Les Bleus poussent et se découvrent forcément. En contre, Taufflieb s’en va inscrire le huitième et dernier but de la partie, celui qui m’a permis de causer rugby sur Horsjeu.net (3-5, 90e+4).

Fin du match.

 

Les notes :

Deneuve (1/5) :
Quand tu prends cinq buts, difficile de dire que t’y es pour rien. Même si c’est compliqué de le voir fautif sur le coup.

Ponroy (0/5) :
Désastreux. En conf’ d’après-match, le coach a ciblé les défenseurs centraux comme les joueurs « pas au niveau » de l’équipe. C’est sévère, mais juste.

Faivre (Pas mieux/5) :
Pas mieux, voilà.

Martin (2/5) :
Intéressant quand il fallait accompagner les offensives. Pour le reste, tu en as pris 5, comme tes collègues.

Pierre-Charles (3/5) :
Recrue qui me paraissait pas vraiment bénéfique vu ses antécédents. Mais bon, vu qu’il réussi à marquer …

Gamiette (Perdu/5) :
Néant total. Il aurait pu marquer avec un plat du pied-sécurité à 2 mètres des cages mais a préféré balancer une mine sur la barre à la place.

Martins Pereira (3/5) :
En l’absence du capitaine Nirlo, le Luxembourgeois m’a agréablement surpris. A l’aise techniquement et hargneux à la récupération, dommage que l’équipe n’ait pas suivi son exemple.

Heinry (1/5) :
Bien qu’il récupère le ballon qui amène notre deuxième but, il s’est précipité à chaque fois qu’on pouvait jouer quelque chose lorsqu’on menait 2-1. Derrière, on s’en prend quatre …

Court (4/5) :
Sorte de Jason Berthomier du pauvre. Très bonne recrue avec une patte gauche assez intéressante, un but en prime. Remplacé par Tchenkoua (77e), quand le score était encore de 2-1.

N’Simba (2/5) :
Repositionné ailier gauche avec l’arrivée de Pierre-Charles, Vital ne s’occupe plus des tâches défensives, dommage, des fois, ça sert.

Bègue (3/5) :
Un but sur péno, une belle activité devant mais quelques mauvaises transmissions qui nous ont pas permis de nous mettre à l’abri avant l’humiliation finale.

HDM : Un seul remplacement et des titularisations plus que discutables. Je veux bien qu’on ait des blessés mais si Nirlo est absent plusieurs matchs, on sera obligé de voir Gamiette porter le maillot du FCBP, y’a pas une autre solution ?

 

Nos adversaires du soir nous repassent devant et chipent notre place de barragiste qu’on occupait depuis un bout de temps. La situation n’est pas des plus idéale.

Allez, on va essayer de repartir du bon pied et de pas être trop pessimiste. Ça tombe bien, on reçoit le leader Reims vendredi, de quoi bien se relancer, non ? Perso, je n’y serais pas et c’est pas si grave.

Par contre, dans nos prochaines aventures, vous saurez ce que le FC Bourg Péronnas aura produit contre le Téfécé en Coupe de France, mardi prochain. Ça peut être rigolo tiens …

 

La bise AOC,

Marcel Cerdon.

 

Marcel Cerdon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *