Metz-Bordeaux (0-3) : La scapulaire académie part en vadrouille

 » Il faut attendre d’avoir traversé toute la rivière avant de dire que le crocodile a une sale gueule » Stephane Borbiconi regrettant amèrement ses commentaires d’avant match.

«Tous au stade» disaient-ils à la Ligue. Tous sauf, bien sûr, les supporters organisés en association désirant se déplacer. Tous sauf, naturellement, les pauvres types qui ne peuvent pas se débrouiller d’une manière ou d’une autre pour arriver au stade avant 19h un mercredi en déjouant les embouteillages et la réalité des contraintes familiales. Tous sauf, cela va sans dire, les paumés du petit matin ou du grand soir qui ne peuvent pas débourser vingt balles minimum une place en virage. Bref, pour tous les autres, rendez-vous à Sympho pour retrouver du foot, quatre jours après le calvaire contre Angers….

Et pourquoi pas une journée le lundi à 15h30 ?

Mercredi, 19h… la pancarte annonce laconiquement METZ Centre 10 kilomètres. Pourtant, bordel, j’avais anticipé. Sans aucune honte et aucun état d’âme, j’avais inventé un rendez-vous médical afin de quitter un peu plus tôt, deux heures de route m’attendaient. Je le savais. Evite cette putain de route du Luxembourg remplie de Range Rover dernier cri et de Mini suréquipées, peuplée de cravateux fatigués. Muni de mon billet et de mon Messin réglementaire assis à côté de moi, je n’avais aucune raison d’être inquiet. Le plan se déroulait sans accroc. Mais voilà, sans prévenir, une file de voiture se dresse devant nous. Impossible de doubler sans risquer de faire une Philippe Schuth ou de choisir l’itinéraire bis sans risquer de croiser une usine Mittal en liquidation. Les minutes s’égrènent inexorablement. Alors oui, au début, c’est amusant de tuer le temps en se rappelant le football des années 90. Si, si,  le FC Metz a connu des belles heures. Souvenez-vous des Aljosa Asanovic, des Isaias, des Pires-Pouget, de la gueule cassée de Kastendeuch ou de la jambe brisée de Michele Padavono (sans compter les Calderaro ou les dreads de Chanlot). Toutes ces conneries permettent certes de patienter un peu mais l’angoisse de manquer un bon bout du match commence indubitablement par l’emporter. On commence sérieusement à envisager des solutions pas très légales comme de suivre le camion de pompier à la sirène rutilante ou de rouler sur cette drôle de voie que personne n’ose emprunter tout à fait à droite de l’autoroute….

L’accès à Sympho.

 

C’est précisément  à cet instant que je sors ma carte « Messin du cru », en deux temps, trois mouvements, nous parvînmes à nous garer à quelques mètres du stade sur une place que nous créons de toutes pièces. Après quelques centaines de marches, me voilà suant au milieu d’une tribune de sauvages grenat. En un clin d’œil, tu toises du regard tes voisins. Tu constates, assez rapidement que la diaspora bordelaise est présente, ici et là, au milieu des Lorrains. Et ce beau monde discute, débat et rigole sans animosité, n’en déplaise à monsieur Ferry et à ses confrères nombrilistes.

Venons-en au match concrètement. Metz n’a pas refusé de produire du jeu. Certes, c’était maladroit, certes c’était par moment poussif mais on ne peut pas nier une vraie tentative de jouer au football. Ça nous change du match contre le mur du  SCO. Pourtant, nous ne faisions pas les fiers. Entre les blessés et le suspendu, Gourvennec est dans l’obligation d’aligner une équipe de rotation avec une attaque Laborde–IKT qui inquiéterait même un amoureux transi de l’esperanto. Une nouvelle preuve qu’il ne faut pas toujours se fier aux premières impressions. L’équipe a non seulement gagné le match mais elle y a mis la manière. Et si nous confirmions contre Caen samedi soir ? Tous au stade ?

 

Les Notes

Carrasso 4/5 Quelques petites interventions. Soirée pèpère pour Cédric qui n’a même pas eu à se fâcher contre ses défenseurs. A la limite de l’emploi fictif.

Contento 3/5 Une fois n’est pas coutume, Diego a fait son match. Il a même adressé un joli centre. Comme quoi tout arrive.

Pallois 4/5 On l’a retrouvé. The Shield au pays des Teletubbies. Mais relativisons. Sans méchanceté aucune, Sarr et Erdinc se seraient fait marcher dessus par Tinky Winky et Po. A confirmer toutefois contre Caen.

Lecwzuk 3/5 Et si notre plombier polonais prenait le boulot de nos plombiers français ? Match très sérieux. A revoir contre une attaque moins timide.

Sabaly 3/5 Parfois pris dans son dos à la façon d’un Morandini, il est toutefois précieux dans l’animation offensive. Son association avec Malcom fait pencher le jeu à droite. Vu le résultat, tant pis !!

Sertic 4/5 Valentin Vada a du souci à se faire. Sertic a régulé le match avec une sérénité qui manquait au milieu de terrain. Postule pour une place en équipe de Croatie.

Plasil 4/5 Jaro a même pris de vitesse Cohade. Et sans courir.

Touré 4/5 Adam Ounas a perdu des points contre Angers en signant une performance famélique. Il en perd, à nouveau, ce soir devant le match de Thomas. Hargneux et courageux en défense, il a su faire la différence sur son coté et prendre l’espace quand il le fallait. A ce rythme, il faut s’attendre au retour de la rumeur Bielsa dès le mois de janvier. Remplacé par Kamano à la 81e qui n’a pas manqué le 4-0 cette fois ci.

Malcom 5/5 Il s’est promené à sa guise sur le flanc gauche de la défense lorraine. Le tube de l’été. Rentre chez toi De Palmas et autres Jul. Remplacé par Traoré à la 74e, sans commentaire. C’est un début.

IKT 4/5 Incroyable mais vrai, notre suédois nous sort sa meilleure perf’ depuis son arrivée. Aussi improbable qu’une interview de Christine Boutin sur Pink Tv. Et pourtant.

Laborde 4/5 Un but superbe, des appels, une faculté à jouer en remise et dos au but. Gaétan réalise une très belle partie, comme l’ensemble de ses camarades. Plus qu’un joker déjà !

 

Chez les camarades de Pascal Pierre

Pas grand-chose à retenir de leur match. Ivan Balliu signe un match à la Bruno Bastos, Cohade marche bien plus souvent qu’il ne se décide à courir et Milan n’est pas très royal. Metz paraissait bien fragile et assez inoffensif. Mais n’oublions que cette équipe a tenté de jouer au foot. En ligain, faut le souligner !!

A noter l’entrée de Vincent Thil, un gamin de 16, International A. Oui du Luxembourg mais quand même ! Le nouveau Robbie Langers ?

 

Kiki Musampala

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

2 Comments

  1. J’aime beaucoup les critiques sur le match du SCO … Quand tes joueurs alignent pas 3 passes (sur un billard qui plus est), c’est pas de la faute de l’adversaire si tu marques pas.

  2. Notre apathie pathétique contre Angers ne dédouane pas la parodie de football proposé par les hommes de Moulin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *