Le Onze anal de la semaine

Un Onze anal qui vit des heures assez sombres, et qui ne sent pas très bon.

L’annonce d’un retour de la sélection du Onze anal a suscité beaucoup de vocations, et nombreux ont été les postulants cette semaine. Et plus que leur niveau de jeu parfois proche d’un cucurbitàlair, ou tout autre légume dont je ne connais pas le nom et à la rigueur je m’en secoue le poireau mon cher Hercule, c’est leur attitude d’authentiques losers, voire même de Jean-foutre, qui leur vaut leur place au sein de cette équipe. Comme vous le verrez dans le schéma tactique, quitte à être un peu cons on les mets sur les bords et au milieu, une brebis égarée. Nul doute que le Onze mondial va chier dans notre froc. Attendez, non…


Ruffier (capi-flemme, 2/5) : après le 1er but, il s’est mis en veille, refusant de sortir sur la chandelle du 2e but. Va falloir bouger la souris d’ici mercredi, pas envie de voir les fenêtres Windows voler dans son regard.

Smalling (1/5) : Chris a vendu son âme pour passer une saison dans la peau d’un très bon défenseur central. Depuis il rembourse. Et ça coûte hyper cher apparemment.

Théophile-Catherine (pyromane, 1/5) : il a tellement allumé de chandelles que mon cul a pris feu. Une relance aussi défaillante qu’une excuse de Fillon.

Mustafi (0/5) : Ah quand il s’agit de gueuler sur les coéquipiers mal placés, il y a du monde. Manque de bol, quand dans le même temps tu laisses complètement filer ton joueur, tu passes pour un jambon.

Pogba (futur blessé, 1/5) : ça y est, on commence à le voir tirer la langue. Et c’est pas parce qu’il essaie de lancer une danse à la con avec son frangin.


Dolly (1/5) : A le nom et le niveau de jeu d’une brebis clonée.

Selnæs (désossé, 1/5) : Ole s’est fait cambrioler récemment. Visiblement, ils ne lui ont pas tiré que sa télé, mais aussi son talent.

Saivet (indispensable selon lui, 1/5) : il se sent mieux dans le jeu. Moi, je le sens mieux sur le banc en ce moment. Et à Newcastle en fin de saison.


Iwobi (0/5) : Il n’a donc pas (encore ?) le niveau, ni le mental pour ce genre de matches. Il est rentré sur la pelouse avec l’assurance d’un lanceur de couteaux atteint de Parkinson et n’a rien réussi de toute la rencontre. Une certaine Kimberly me souffle que la prochaine fois, c’est peut-être lui qu’il faudrait prêter au Sporting Portugal.

Roux (casse toi, 0/5) : tu boudes, et t’es nul, tu veux qu’on te dise quoi ? T’as écrit ta légende à Brest, retournes-y. Présence due uniquement à nos attaquants en cristal.

Sanchez (0/5) : Stop, je n’en peux plus. Que tu pestes parce qu’on ne gagne pas de titre et contre le niveau de jeu de certains coéquipiers, passe encore. Mais dans ce cas, essaye au moins de te montrer irréprochable dans l’attitude. Parce que là, tu goinfres à peu près chaque putain d’occasion pour le plaisir d’aller t’empaler sur trois mecs.


3 matchs, 3 défaites : le Onze anal est vert.

Franck Ripoux

Fondu de l’eTG, je porte ma Croix de Savoie académie dont je suis le papa, en relation ambiguë avec Pascal Diot-Maid avec qui j’ai trouvé la Tomme crochue. Je suis adepte du pragmatisme, et même Dupraz tique.

8 Comments

  1. OK Mustafi a été mauvais et il mérite amplement salace dans ce onze anal.

    Mais de là à lui mettre le maillot de sainté, je trouve ça dure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *