RC Strasbourg – ASSE (0-1) : la Forez Académie ne perd jamais

La série sans fin, une de celles qu’on aimerait voir se poursuivre jusqu’au bout du championnat.

Le match résumé en 1 phrase : « Hold-up main opposée Richard »

Après deux très bons mâches face à Nantes et Paris, les Verts n’ont pas su rééditer leur performance face à Strasbourg. Mais finalement, on s’en cogne, puisque Sainté ramène les trois points. Dominé durant une grosse partie de la rencontre, il aura suffi d’une seule occasion en deuxième mi-temps pour coller ce pion qui vaut cher. Avec les contre-performances de Nice, Rennes, Nantes et Montpellier, les Verts reviennent à un petit point de la cinquième place et la lutte s’annonce acharnée avec cinq équipes qui se tiennent en deux points. Et dans deux semaines, Sainté ira jouer à Montpellier : on espère voir les ex de la Paillade (Gasset, Printant, Cabella) jouer un sale tour à la Mosson.

  

La compo :

Pour la première depuis très longtemps, Gasset doit déplorer des absences en défense. Gabriel Silva et Perrin sont forfaits, c’est donc Théophile-Catherine et Diousse qui sont titularisés. Pas de M’Bengue, Gasset préférant mettre un milieu de formation au poste d’arrière gauche. C’est dire la confiance qu’il doit avoir en ce bon Cheikh. Le trio du milieu est classique et devant, retour de Beric en pointe. Toujours pas de N’Tep titulaire, ça sent de plus en plus le bide cette histoire.

  

Le mâche :

Une prestation très moyenne des Verts samedi soir. Ça avait pourtant bien démarré avec Beric qui est bousculé dans la surface (pas de faute), le ballon revient sur Cabella qui tire et voit la balle longer la ligne de but et sortir ensuite (1e). Strasbourg répond avec un tir plongeant de 35 m de Martinez et première parade pour Ruffier, début d’une longue série (4e). Les Verts n’arrivent pas à poser leur jeu, et laissent petit à petit Strasbourg prendre l’ascendant. Bahoken repris par Ruffier dans la surface (21e) ou Martinez sur un retourné sorti par Ruffier (27e) font passer les premiers frissons. On claquera carrément du fessier sur cette balle déviée par Bahoken dans les 6 m, mais Ruffier est encore là (31e). Sainté piétine et ne se procure aucune occasion. Beric est invisible, Hamouma et Monnet-Paquet guère plus voyants, Cabella joue beaucoup trop bas car il ne touche aucune balle près du but adverse. Et Strasbourg continue d’être dangereux : Corgnet tente sa chance de loin, mais Ruffier se détend et repousse (62e). Le meilleur est à venir : Liénard envoie une frappe magnifique qui prend la direction de la lucarne droite de Ruffier, mais le poulpe veille et claque la balle main opposée grâce à une envolée magistrale (76e). Et le coup de poignard derrière : Monnet-Paquet lancé par N’Tep centre en retrait vers Hamouma qui manque sa reprise sous la pression d’un défenseur mais Debuchy a suivi et fusille Oukidja pour ouvrir le score (0-1, 82e). Koné aura l’occasion d’égaliser mais l’ex-quenelle nous rappelle qu’il reste quand même une sacrée burne en queutant sa tête tout seul aux 6 m (90e+2). Dernière action, les Verts empochent les trois points en caressant la chatte à la Dèche.

Sans doute un des moins bons mâches que j’ai vu sous l’ère Gasset. Sainté n’a jamais été en mesure d’inquiéter Strasbourg ou presque, et c’est quasiment sur leur seule occasion que les Verts marquent. Une réussite maximale donc, on va dire que ça efface un peu la déception d’avoir perdu deux points la semaine dernière face à Paris. L’absence de Perrin et Silva ne peut pas expliquer ce trou d’air, sans doute que l’organisation très regroupée de Strasbourg, avec un Lienard qui a quasiment joué comme deuxième arrière gauche par exemple, a énormément gêné les Stéphanois. Les remontées de balle ont souvent été contrariées et j’ai vu pas mal de passes arriver dans les pieds adverses. M’Vila qui est si propre d’habitude a par exemple perdu 19 ballons (il en a récupéré 21 aussi). Il va sans doute falloir se pencher sur le problème qui a été posé samedi au milieu, car cette rencontre pourrait bien donner des idées à nos futurs adversaires. Pour le reste, Ruffier a encore été essepcionnel et Debuchy a planté son 4e but, à seulement une unité de sa saison la plus prolifique (en 2011/2012 avec Lille). Et en deux fois moins de mâches. S’il ne va pas en Russie, on peut quand même dire qu’il aura vraiment tout fait pour.

Elle est grande comment la chatte qu’on a sur ce mâche, Mathieu ?

Le résumé du mâche :

  

Les notes :

Ruffier (l’ange s’est envolé, 5/5) :

L’arrêt de la journée, et sans doute l’un de cette saison pour ma Ruff’. Une détente essepcionnelle pour claquer la balle qui prenait la direction de la lucarne. Il a écœuré une nouvelle équipe samedi soir, et prouve qu’il revient à son meilleur niveau. The Ruff’, the Ruff’ is on fire !

Debuchy (attanseur, 5/5) :

Les deux premières notes sont donc des 5/5. Bon, après, ça se calme. Mais comment ne pas ENCORE souligner la performance monstrueuse de la Bûche. Il ramène encore 3 points avec sa spéciale « je traîne dans la surface pour reprendre un centre en retrait qui vient de la gauche ». Lyon, Nantes et maintenant Strasbourg accroché à son tableau de chasse. Et pendant ce temps là, Diony cire toujours le banc à Bristol avec 0 but au compteur…

Subotic (seul, 3/5) :

Première fois qu’il joue sans Perrin, il a compris pourquoi Sainté était en position critique avant son arrivée. Précieux dans les airs, il a joué juste et relancé propre, rarement pris à défaut sur les duels. Bref, il a fait comme d’habitude. Un mâche correct.

Théophile-Catherine (il m’avait pas manqué, 2/5) :

Le revoir en défense centrale me fait une sorte de fussoir. Bon, je le préfère quand même à Pogba ou Lacroix, mais ça serait bien qu’il fasse quelque chose pour ses pieds : à chaque transversale qu’il envoie, les spectateurs dans l’axe de la balle rentrent tous leurs têtes dans les épaules.

Diousse (pas à sa place, 1/5) :

Ce n’est pas son poste, et ça s’est vu. Mais pour que Gasset préfère l’aligner plutôt que M’Bengue, c’est dire le niveau de confiance accordé à ce dernier. Il a perdu beaucoup de ballons et n’a pas été impérial au marquage non plus. Pas terrible quoi.

==> remplacé à la 60e par N’Tep (non noté), qui n’arrive pas à me convaincre sur ce qu’il montre. Trop brouillon et pas assez incisif.

M’Vila (moteur grippé, 2/5) :

Il a été un peu noyé dans le milieu strasbourgeois, et c’est tout l’équipe qui a toussé. Bien pris en tenaille, il n’a pas eu son influence habituelle sur le jeu malgré un nombre important de ballons touchés (107).

Selnæs (service minimum, 2/5) :

Très discret lui aussi, il a passé un mâche un peu difficile. Jamais en position d’orienter correctement le jeu, le Norvégien a colmaté les brèches comme il a pu, mais pas plus.

Cabella (sentinelle, 2/5) :

Il a jouté très bas, trop bas. Sans doute parce qu’il n’arrivait pas à toucher la balle près de la surface strasbourgeoise. Et en partant d’aussi loin, il était difficile pour lui de créer des différences. Ça doit lui faire bizarre, lui qui restait sur trois journées consécutives avec au moins un but de marqué.

Monnet-Paquet (mieux que d’autres, 3/5) :

Il a démarré ailier gauche avant de finir arrière gauche suite au remplacement de Diousse. Et il finit avec une passe décisive. C’est bieng. Mais sinon, bon, on va pas dire qu’on l’a trop vu non plus…

Beric (ah ?, 1/5) :

On l’a vu impliqué sur la première occasion, à la première minute donc. Et ensuite, il a disparu pendant les 59 suivantes. Avant d’être remplacé. Plus insignifiant qu’un tweet de Ménès.

==> remplacé à la 60e par Bamba (non noté), qui a touché 6 ballons en 30 minutes. Voilà.

Hamouma (constant, 1/5) :

Toujours aussi indécisif, Hamouma n’a plus marqué depuis la 2e journée. C’est incroyable de le voir encore titulaire avec aussi peu d’influence dans le jeu. Comprends pas…

==> remplacé à la 82e par Janko (non noté), hahaha très drôle. Mais ne refais plus jamais ça, Jean-Louis.

  

La question minitel : la question renifle cette 5e place avec envie.

On attend quoi ? Ben le but de Dieubuchy pour nous délivrer. Quel homme, quel jouôr, quelle idole. Remballez vos Cristiano et Lionel, le ballon d’or de mon coeur s’appelle Mathieu. Mais on en retient quoi de ce mâche ?

Une victoire écrasante pour ma Ruff’, qui mérite amplement cette première place. Gros mâche du dernier rempart stéphanois, qui a fait le boulot en l’absence de Perrin. S’il avait été Anglais, il aurait déjà une centaine de sélections. Derrière, ma Bûche est à la lutte avec le traumatisme de 2017, et c’est le latéral droit qui sort vainqueur du duel, comme souvent cette saison. Purée, on va le regretter s’il nous quitte en fin de saison. Enfin, mention spéciale pour Saadi et sa coupe de cheveux, entre le bol de soupe renversé sur la tête et la pièce de deux francs. Oui, ça ne veut rien dire, comme son choix capillaire.

  

Roland Gromerdier

  

HorsJeu recrute donc si le cœur vous en dit, lancez-vous !

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.