Arsenal – West Ham (4-1) : La Gunners Academy livre ses notes

Le premier jour du reste de notre vie de supporters.

Salut les cousines,

Difficile de se remettre à écrire pour la Gunners Academy après un si long hiatus (comme disent les paysans de Warcraft « du travail, encore du travail »). Cette année, je n’aurais pas été des plus réguliers et je m’en excuse, en espérant que ce soit plus évident l’année prochaine. Difficile surtout d’écrire sur un match, comme si de rien n’était, après le cataclysme qui a secoué le club ces derniers jours. On savait que ça arriverait. Mais bizarrement, je n’étais pas prêt à encaisser le choc. Ca y est, c’est officiel, Arsène Wenger joue ses derniers matchs à la tête d’Arsenal. Cet été, il ne sera plus le manager des Gunners. Rien que de l’écrire, ça fait tout bizarre, tiens. C’est colossal. D’ailleurs, c’est tellement colossal que ce serait criminel d’en parler en seulement quelques lignes ici. On préfère prendre le temps de digérer un peu le truc. On vous reparlera très vite d’Arsène et de son départ dans des papiers dédiés, à venir dans les prochaines semaines, et évidemment dans le bilan de la saison.

Pour aujourd’hui, on va se concentrer sur le match contre West Ham, première rencontre donc après l’annonce du départ du coach. Tout le monde espérait un sursaut de la part de l’équipe, tout le monde attendait un premier hommage de la part des supporters. Dans ces deux domaines, l’objectif n’a été que partiellement rempli. Certes, sur le terrain, il manquait du monde : Özil (malade pour le 39e fois), Mkhitaryan tout juste revenu de blessure, mais également Aubameyang, posé sur le banc pour lui donner peut-être une semaine complète de repos avant United.  Le résultat un 4-3-3 avec El-Neny en sentinelle derrière Xhaka et Ramsey, et un trio offensif maladroit aux deux tiers avec Welbeck et Iwobi autour de Lacazette.

Par chance, West Ham ne réussit pas à se remettre du départ de Bilic. Cantonné à la deuxième partie de tableau, voire carrément aux dernières places, le club est-londonien a quand même réussi à se montrer dangereux plusieurs fois, en ayant l’intelligence de jouer directement dans le dos de la défense. Enfin précisément dans le dos de Mustafi, hein. Un choix qui n’a pas vraiment payé en première, mais qui a fait de ce gros con d’Arnautovic une menace permanente. Côté Arsenal, beaucoup de possession, bien peu de mordant. Trop de jeu axial, un Iwobi pataud comme pas permis et un Welbeck présent mais incapable de se montrer pertinent dans ses choix. D’ailleurs l’éclair viendra de l’arrière, d’une reprise topée de Monreal sur corner (6e but du garçon cette année). Mais évidemment, l’annonce du départ d’Arsène ne change pas radicalement le fond de jeu et on finit par prendre un but de con d’Arnautovic sur une action mal dégagée (et très mal défendue). Same old, same old. Mais l’entrée d’Aubam’ à la 70e minute à la place d’Iwobi permet enfin à Arsenal de combiner intelligemment et avec fluidité, et de transformer les phases de possession en occasions. Premier but un peu chatteux de Ramsey, puis doublé de Lacazette, enfin alimenté en bons ballons. Prestation encore un peu branlante mais quelques trucs chouettes offensivement, surtout quand on sait que ni Özil, ni Mkhitaryan n’étaient là.

Prestation encore un peu branlante mais de chouettes choses offensivement (d’autant qu’il manquait les deux meneurs de jeu). On creuse l’écart avec Burnley – quatre points d’avance et un match en moins – mais globalement, vu le contexte, chaque match sera une nouvelle épreuve , durant laquelle les joueurs devront dépasser la tristesse de leur saison, sans penser non plus à ce qui les attends dans un mois. Terriblement compliqué.



OSPINA : 3/5
Sa sortie sur le but d’Arnautovic n’est absolument pas condamnable, s’il avait eu des mecs un peu moins tocards pour l’aider à dégager, c’était un ballon parfaitement anodin.

BELLERIN : 3/5
Eh, mais dis-donc, t’aurais pas balancé un bon centre toi, coquinou ? Dommage que ça tombe sur la tête de Welbeck, c’est gâché.

MONREAL : 4/5
But de renard, chenapan.

KOSCIELNY : 3/5
Personne n’est venu l’embêter.

MUSTAFI : 1/5
Au moins une cagade par match, souvent coûteuse en plus. Ce serait chouette qu’on s’en débarrasse à la faveur du changement d’encadrement. J’en ai marre de Professeur Caca. Le type fait n’importe quoi mais il la joue pédagogue, il instruit ses coéquipiers, il les replace.

EL-NENY : 3/5
Ce qui est bien avec lui, c’est qu’on est rarement déçus. Sauf quand un Mark Noble sauvage sorti des hautes herbes vient lui caler une reprise de volée dans le pied. On espère qu’il pourra ller à la Coupe du Monde, notre Mo.

XHAKA : 3/5
Un prestation tout à fait correcte avec même pas mal de relances intéressantes et un coup-franc intelligemment tiré. Bon évidemment, on l’a pas mis beaucoup en difficulté et je suis sûr que je vais l’insulter en Europa League. Mais bon, pour cette fois, c’était agréable.

RAMSEY : 3/5
Encore un bon match dans la mobilité et le volume de jeu. Il joue simple, il participe, il se montre. Un des hommes forts de cette fin de saison.

IWOBI : 0/5
On commence vraiment à s’inquiéter.

WELBECK : 1/5
Court partout, sert pas à grand-chose. Mais il a le mérite d’essayer.

LACAZETTE : 4/5
En fait, c’est pas très compliqué avec lui : tu lui donnes des bons ballons, il marque. Le plan de jeu est quand même tout trouvé.



MAITLAND-NILES (pour El-Neny à la 44e minute) : Pas vu, pas pris. West Ham, c’était pas fifou.

AUBAMEYANG (pour Iwobi à la 70e minute) : Je pense que Wenger aurait préféré ne pas le faire rentrer. Mais il a fallu jouer le joker, et il a apporté exactement ce qu’il fallait : de la technique, de la vitesse, de la percussion.

CHAMBERS (pour Welbeck à la 87e minute) : Le fameux bétonnage alsacien. Très tardif et souvent inutile.



Visiblement, El-Neny devrait pouvoir rejouer d’ici la fin de saison, en dépit de ses ligaments de la cheville abîmés. Il devrait aussi pouvoir participer à la Coupe du Monde.

La grande valse des noms pour remplacer Wenger a commencé : Arteta, Jardim, Ancelotti, Vieira, Enrique, Nagelsmann, Tedesco… Je vais m’auto-citer pour vous donner mon point de vue.

Le Père Fidalbion

J'ai décidé de supporter Arsenal grâce à FIFA 99 : y avait Dennis Bergkamp sur la jaquette et c'était la première équipe disponible dans l'ordre alphabétique. Ce jour-là, j'aurais mieux fait de me péter une jambe.

2 Comments

  1. « On creuse l’écart avec Burnley ».

    Le nouveau standing d’Arsenal résumé en une phrase.

  2. Est-ce qu’on peut dire que la prestation était encore un peu branlante mais quelques trucs chouettes offensivement ? Je suis pas sûr de l’avoir lu dans l’académie…

    Sinon, Florentin Mustafi, ça dégage, merci. Et pas à Sainté, merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *