Bournemouth – Arsenal (2-1) : La Gunners Academy pleure

Dans un climat on ne peut plus délétère et incertain, Arsenal se déplaçait sur la pelouse de Bournemouth. Sur le papier, un match parfait pour se relancer, contre une équipe qui plafonne à une minable 17e place, à un point de la zone rouge. En réalité, c’est un match piège qui attend les Gunners. Le genre de matchs à la con que tous les supporters détestent. On le sait, bien sûr qu’on le sait, que ce match peut partir en vrille et qu’on peut repartir avec nos seuls yeux remplis de larmes.

Pour la rencontre, Wenger doit faire face à une multitude d’absents : Özil, Koscielny et Monreal sont blessés, Ramsey et Kolasinac font leur retour dans le groupe mais sont sur le banc. De son côté, l’éclopé chilien, plus que jamais proche d’un départ, n’est pas dans le groupe.

C’est donc un onze folklorique que nous concocte l’apparenté tyran. A un Cech près, c’est en fait le même onze que contre Chelsea. On a obtenu le nul (0-0) contre les Blues, on peut bien dézinguer les Cherries, non ? Le duo Iwobi/Welbeck derrière Lacazette fait peur, Maitland Niles est toujours wing-back gauche, la défense est expérimentale et a prouvé toutes ses qualités de médiocrité. En somme, ça pue.

Le match maintenant. Comme souvent, ce n’est pas le Pérou, ni le Brésil, ni rien du tout. L’entame est plutôt intéressante, on se crée quelques situations. Maitland Niles trouve la barre transversale, Iwobi est très actif et réalise pour une fois un bon match, Wilshere marche toujours sur l’eau. Derrière, c’est beaucoup plus compliqué. Globalement, c’est quand même assez mauvais pour une équipe qui doit absolument gagner et se relancer.

Dès l’entame de la deuxième période, les choses vont s’affoler, pour une fois dans le bon sens, d’ailleurs. Iwobi sent bien le coup et sert Bellerin qui use de sa vitesse pour prendre le dessus sur son adversaire et tromper Begovic, avec un peu de chance. Comme souvent, Arsenal va se reposer sur son avantage, reculer, dormir, se réveiller, refaire une sieste… Et Bournemouth va en profiter. Callum Wilson est servi à merveille du flanc droit, devance la sortie d’un Cech très en retard pour pousser le ballon au fond. Nous sommes à la 69e, et cinq minutes plus tard, Jordan Ibe profite d’une énième errance défensive pour donner l’avantage aux siens. A partir du moment où tu laisses un mec tirer plein axe devant la surface… J’abandonne. Pour le reste, je n’ai pas envie de m’étendre. Ce fut une nouvelle fois douloureux à regarder.

Les artistes…

Cech – 1/5 :
Totalement à l’ouest sur le premier but, il aurait aussi pu mieux faire sur le second. C’est mauvais.

Holding – 1/5 :
Non, non, définitivement, non. C’est trop tôt, pas dans ces conditions, ça ne marchera jamais. Son cas est vraiment énigmatique. Il a joué plusieurs matchs de suite, avant de découvrir les tribunes pendant plusieurs mois, puis de revenir sur le banc, de disparaître à nouveau pour revenir sur le devant de la scène avec les blessures de Koscielny et Monreal. Problème de gestion manifeste.

Mustafi – 1/5 :
Toujours pas. Même sa relance a été particulièrement dégueulasse.

Chambers – 2/5 :
Je ne sais pas exactement pourquoi il n’a pas la même note de ces deux autres compères. Peut-être parce qu’il est sorti avant le deuxième but. Et aussi parce qu’il n’apparait pas une seule fois dans mes notes. No news, good news, non noté, bien noté ? Mais si je suis totalement honnête, il fait un superbe sauvetage en première mi-temps sur une nouvelle séance porte ouverte où Fraser aurait pu marquer.

Maitland Niles – 2/5 :
Il va peut-être falloir arrêter les conneries. Ce n’est ABSOLUMENT PAS un joueur qui peut performer dans cette position de wing-back. Il ne sait PAS DU TOUT défendre, ni se placer, ni rien qui implique des qualités défensives. Ce n’est pas son poste. Du coup, il est toujours à la ramasse. Offensivement, bien sûr, c’est plus son délire et c’est plus intéressant.

Xhaka – 1/5 :
« Allo maman bobo, allo maman bobo ». Où t’étais sur le deuxième but, l’ami ? Et le reste du temps ?

Wilshere – 3/5 :
Le rayon de soleil dans un contexte bien triste. Toujours aussi à l’aise avec le ballon. Un plaisir de le voir comme ça. Heureusement qu’il existe en ce moment.

Bellerin – 2/5 :
Un point pour le but, même s’il a bien failli se foirer. Deux buts de suite. Par contre, la défense, ce n’est toujours pas sa came.

Welbeck – 1/5 :
Je ne peux pas mettre zéro. Mais il ne sert à rien. C’est terrible.

Iwobi – 3/5 :
Oui, mon grand. C’était pas mal, surtout en première mi-temps. Aurait-il compris qu’il fallait jouer plus simple quand ça ne marche pas ? En tout cas, il a montré de la volonté, plein de belles choses. Bon, il y a encore masse d’imperfections mais on ne va pas chipoter, surtout après un match pareil.

Lacazette – 2/5 :
C’est… triste. Comme souvent, il n’a reçu que quelques rares ballons. Aucun dans une position où il aurait pu tirer. Il a souvent décroché pour participer au jeu, probablement frustré de ne servir à rien, lui aussi. Il faut absolument l’alimenter en ballons, réussir à le trouver dans de bonnes zones. Il déprime, ça se voit. Vite, il faut le relancer.

Les intermittents du spectacle…

Ramsey (pour Chambers) – non noté :
A part sa nouvelle coupe de cheveux qui 1) est moche 2) ne lui va pas du tout, il n’a pas réussi à changer grand-chose dans ce bordel géant.

Walcott (pour Iwobi) – non noté :
Deux positions de hors-jeu en cinq minutes. C’était son dernier match. 397 matchs. 12 ans. C’est tout pour moi.

Le temps additionnel…

Comme vous avez pu le remarquer, je ne fais plus dans la dentelle. Si tu dois prendre 1, tu prends 1. Et puis c’est tout. On ne pas se laisser emmerder par une bande de pitres, si ?

Autrement, la période est agitée pour Arsenal sur le marché des transferts. Il faut suivre. On va faire un petit point si vous avez perdu le fil :

  • Theodore James Walcott, après tant d’années de bons et loyaux services (non), a quitté le club. Il rejoint les Toffees qui, on ne sait trop pourquoi, ont déboursé la modique somme de VINGT-CINQ MILLIONS D’EUROS (25, twenty-five, veinte cinco). Ciao l’artiste.
  • Il suit donc le départ de Francis de Laval, l’illustre Coquelin, grand serviteur du club aux qualités parfois limitées mais qui a toujours mouillé le maillot. 15 briques. Vers Valence. Il va retrouver Gabriel.
  • En termes d’arrivées, trois dossiers étaient en réflexion : Malcom, Aubameyang et Mkhitaryan.
  • A priori, un deal Alexis vs. Mkhitaryan (+ des millions ou non) va avoir lieu dans les 48h (depuis une semaine).
  • L’éclopé chilien n’ira donc pas chez son illustre idole Guardiola. Face aux prétentions salaries du joueur et le prix demandé par Arsenal, Manchester City a vraisemblablement lâché l’affaire.
  • De son côté, le transfert d’Aubameyang avance aussi. Giroud pourrait être dans un pack en monnaie d’échange (je trouve cela assez bizarre mais c’est peut-être mieux pour lui).
  • Maintenant, j’ai quelques réserves sur ce possible transfert. Au-delà des qualités du joueur, c’est son utilisation qui me fait tiquer. Comment va-t-on jouer ? Deux pointes ? Aubameyang sur un côté ?
  • Pour Malcom, ça a l’air mort et enterré. Jugé trop cher pour son « inexpérience ». Ca me ferait bien suer de le louper définitivement, parce que cet été, il coûtera une blinde.
  • Ah oui, il s’agirait aussi de réfléchir à renforcer l’équipe au milieu et derrière.
  • Dernier point : Wenger a dit très explicitement que chaque départ serait compensé (au moins numériquement). Parole. Ou foutage de gueule ? A suivre.

Ray Parloir.

Ray Parloir

Franco-australien au cerveau complètement azimuté par tant d'années de dépression

One Comment

  1. J’avais oublié que Walcott et Welbeck étaient deux joueurs différents. Je croyais que vous étiez enfin débarrassés avec Oxlade Chamberlain de tous ces éternels joueurs prometteurs… dur dur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.