Estoril Porto (1-3) la Dragão académie finit le boulot

Ils avaient 45 minutes pour renverser la situation pendant que tous espéraient un faux pas. Ils ne leur ont pas laissé le temps d’espérer.

Bom Dia,
Rappelle-toi, il y a plus d’un mois nous avions terminé le match contre Estoril à la mi-temps quand la tribune a commencé à se fissurer.
Le Portugal étant ce qu’il est, c’est à dire aussi courageux que la France en matière de sécurité dans les stades (coucou Amiens), le match était à rejouer au moment où il s’est arrêté, c’est à dire avec encore 45 minutes au compteur .
Le but c’est de prendre des points pour creuser l’écart devant les salopes en rouge et les Lézards qui suivent notre rythme infernal comme la techno moisie d’un manège en vogue.
Côté règlement c’est plutôt simple.
Les joueurs qui sont arrivés au mercato après la première partie du match (mi-janvier), ne peuvent être sur la feuille de match.
Les joueurs présent sur le pelouse à la fin de la première mi-temps peuvent être remplacé, mais pas être présent sur la feuille de match.
Bon en gros, Paulinho, Paciencia, Osorio ne peuvent être sur la feuille.

O Equipe :

Sergio doit donc faire sans les joueurs qui se sont blessés entre temps, Danilo, Ricardo et Aboubakar.
Il fait le choix de sortir Sá pour Casillas, Reyes pour Felipe.
Brahimi démarre à la place de Ricardo.
C’est donc l’équipe la plus offensive qui commence.

 

O Jogo :

Dès le coup d’envoi Corona alerte Marega qui part seul et obtient un corner.
On les enchaîne pendant deux minutes mais on ne marque pas.
On joue haut avec un gros pressing, un Brahimi qui dézone et laisse le couloir ouvert pour Telles.
Estoril ne peut que balancer et nous rendre la balle pour se prendre des vagues en retour.
Marcano avance et trouve Soares qui sert Herrera mais le gardien sort une belle parade.
C’est sur un coup de pied arrêté que tout bascule. à 40 mètres Telles joue plongeant dans la boîte, personne ne touche la balle ce qui trompe le gardien.
Au départ les joueurs sont à la limite du hors-jeu mais comme le révélateur est placé après le départ du ballon, la VAR n’annule pas le but.1-1.
Estoril tente de réagir mais sans danger pour Iker.
La mauvaise nouvelle c’est qu’en contrant un centre Telles se fait une entorse du genou et sort remplacé par Dalot.
Pour arranger les choses, Corona tente des flip-flap-zob, et se blesse à la main.
Heureusement sur un raide de Marega, le gardien repousse sur Herrera qui trouve Soares au second poteau pour donner l’avantage. 1-2.
Estoril tente encore de réagir, mais par des ballons balancés, visiblement leur plan de jeu ne prévoyait pas de se prendre deux buts en moins de quinze minutes.
On continue de pousser pour achever le match et se mettre à l’abri d’un coup du sort (c’est un terme technique pour désigner une fucking disgrace) mais ni Marcano ni Soares sur corner ne trompent le gardien adverse.
Chaque coup franc ou centre met la défense d’Estoril en panique.
C’est donc sans surprise que Soares vient coller le troisième à la soixante-septième, sur une frappe repoussée de Corona. 1-3.
Il reste 25 minutes à jouer, on a deux pions d’avance et on pousse pour le troisième face à une équipe d’Estoril qui est en perdition. Encore une fois Soares contré et Marcano ne peuvent marquer.
On laisse venir Estoril pour placer des contres, mais les jaunes ne se lancent pas à l’attaque de peur de prendre une valise (en carton evidement).
Alors que Corona est remplacé par Hernani, le Portugais se met en avant avec un centre pour Soares que le Brésilien ne peut mettre au fond.
Estoril décide enfin de tenter quelque chose dans les dix dernières minutes comme un élève de terminale qui décide de commencer à réviser la veille de la philo.
Marega accélère plein axe et trouve Hernâni mais sa frappe finit dans le petit filet.
Sergio décide de blinder en sortant Brahimi pour André André.
Bien lui en a pris car à la 88e Iker sort sa seule parade de la partie.
L’arbitre donne 3 minutes de temps additionnel pour laisser les supporters courageux qui sont retournés dans ce stade en ruine fêter leurs héros.

O resumo :

O Dragoes :

Casillas (3/5)
Une parade et de la sérénité, tout ce qu’on attend d’une légende.
Maxí (3/5)
Offensif pour revenir, défensif pour assurer, sorte de Robocop de la mission retour.
Felipe (3/5)
Il a fendu les attaquants comme la tribune du stade.
Marcano (4/5)
Dangereux offensivement comme Trump proposant d’armer les enseignants pour éviter les tueries.

La qualité de relance

Telles (3/5)
Juste le temps d’égaliser et de se blesser, tout va trop vite dans le football.
Herrera (4/5)
Il est de partout! A la récup, à la création, à la finition. Il a retrouvé ses 4 poumons d’ici à ce qu’il retrouve les cités d’Or.

Quand tu montres qui est le patron

 

Oliveira (3/5)
Seigneur du milieu et sans l’anneau, prend ça Sauron.

Brahimi (4/5)
On lui a dit tu prends les clés du camion, il a fait un plus gros coup que le casse du siècle : Sans armes, ni haine, ni violence.

Corona (3/5)
De l’activité, des passes bien senties, un tir repoussé qui finit au fond…Oui mais voilà, tu te blesses, je ne sais pas si t’as l’oeil ou si c’est le karma.

Marega (5/5)
Deux but à remonter? Laissez moi faire. Plus efficace que des CRS pour déloger des migrants à Calais.

Pas venu ici pour perdre du temps

 

Soares (5/5)
Guess who’s back, back again
Tiquy’s back, tell a friend
Guess who’s back, guess who’s back?
Bref le Tiquinho qui éclate plus de défense que Rocco de Hongroise est de retour.
Lalalala Lalalalala

Hypnotique comme ses doublés

O Banco :

Dalot (3/5)
Balancé dans le grand bain, il a su nager comme un requin. Ca ne veut rien dire mais je trouvais que ça sonnait bien.

André André (3/5)
Entrée pour assurer, a fait le taf

Hernâni (3/5)
Des qualités de vitesse et d’exécution, mais il manque la finition.

Remarque à la con :

Le match piège évité, les 5 points d’avance validé, la pression est chez les suiveurs, désolés.

 

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

2 Comments

  1. Ça puait la deuxième mi-temps traquenard, finalement on les a enfilé.
    La mauvaise nouvelle c’est la blessure de Telles mais Dalot à l’air de faire le taff. On verra contre les lézards vendredi.

    C’est marrant comment le 1er but a été source de polémique (pour les journaux benfiquistas et sportinguistas) alors que personne touche la balle vu que le but a été attribué à Telles. Les 2 dernières victoires des lézards par contre rien à dire…

    Força FCP

    • Moi ce qui me gêne c’est que la ligne de hors-jeu est mise clairement après le départ du ballon. SInon oui Soares fait action de jeu.
      Après c’est beau, les mecs sont à flot grace à l’arbitrage alors que nous rien ne nous a été donné, surtout dans les classico…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.