Arsenal – Everton (5-1) : La Gunners Academy livre ses notes

Ou comment un Arménien, un ancien Stéphanois, un Gallois et le Dr Globule ont fourré des Toffees.

Salut vous tous,

Après notre défaite habituelle en terre galloise, nos Gunners reçoivent Everton, club connu pour pratiquer le recyclage des joueurs de Premier League (Walcott, Rooney, Schneiderlin…), avoir un surnom évoquant les Quality Street offerts par ta tatie Alzheimer à Noël et pour son CM français doté du pouvoir de résurrection.

En règle générale, Arsenal a tendance à ne faire qu’une bouchée des Toffees. Au match aller notamment, nos joueurs ont ainsi réussi à réciter leur football, après un début de match pourtant  moins réussi que la carrière ministérielle de Thomas Thévenoud.

 

Pour cette nouvelle confrontation, Tonton a décidé d’aligner nos deux nouvelles recrues, Aubameyang et Mbhvbj, Melki, Mkhitaryan. Cette simple perspective m’émoustille comme une jeune Twi’lek à la veille de sa première rencontre avec un Rancor. On notera également le retour de blessure d’Aaron Ramsey, qui permet à Wilshere de souffler un peu au lieu de rechuter. Sinon, pour la déconne, Xhaka et Iwobi sont toujours sur le terrain.


ZE GAME


Au bout de trente minutes, on voyait fleurir ici et là des appels à prier pour Everton. Il faut dire qu’on n’avait pas donné l’impression de dominer autant une équipe depuis des lustres. Même le début de match contre Crystal Palace paraît aujourd’hui insipide, comparé à la première mi-temps de nos troupes.

Nos recrues n’ont pas tardé à se mettre en évidence. Au bout d’à peine six minutes, Mesut alerte Aubameyang à l’entrée de la surface. Aubam, masqué pourtant, dévie à une touche de balle pour Mkhitaryan, qui centre en première intention. Ramsey, qui a bien suivi le mouvement, en profite pour planter Pickford (1-0). Trois passes, vingt mètres parcourus, six défenseurs battus, et tout ça le temps d’un battement de cil. Que se passe-t-il ? Arsenal aurait décidé de jouer au football ?

Dans la foulée, nos joueurs montrent même des progrès sur les coups de pieds arrêtés offensifs. Özil dépose un corner sur la tête de Mustafi, au premier poteau, lequel dévie le ballon pour Koscielny, abandonné au second. Le capitaine ne se fait pas prier pour scorer (2-0). Entre-temps, Aubameyang a rendu un bel hommage à Bendtner en dévissant sa frappe, après avoir été parfaitement servi par Ramsey.

Puisque l’on parle du Gallois, ce dernier se met à nouveau en évidence après un contre mené côté gauche par Özil et Iwobi. Le Nigérian voit Aaron esseulé dans l’axe et le décale, ce qui permet à Rambo de frapper sous la barre et de marquer avec l’aide de Mangala (3-0).

Vient ensuite le moment des occasions manquées, de part et d’autre. Walcott est d’abord victime d’un retour épatant de Mustafi, avant qu’Aubameyang ne salope un caviar d’Özil en tirant sur Pickford. L’ancien Vert se rattrape toutefois quelques minutes plus tard lorsque, hors-jeu, il hérite d’une passe pleine d’amour de Mkhitaryan, avant de tromper Pickford d’une jolie pichenette (4-0).

Un avantage de quatre buts à la pause, des combinaisons, de la vitesse, que demander de plus, me direz-vous ? J’avoue à ce moment-là n’espérer qu’une chose : que le relâchement de nos joueurs en seconde période ne soit pas trop brutal, afin de prolonger l’euphorie.

Manque de bol, les Toffees font montre de beaucoup d’orgueil en début de première mi-temps. Un beau centre de Walcott en première intention trouve Niasse. Heureusement, la sortie de Cech empêche le Sénégalais de marquer, mais pas de blesser notre portier, lequel finira par s’incliner quelques minutes plus tard sur une tête de Calvert-Lewin (4-1).

Et nos offensifs, dans tout ça ? Ils ont quand même continué à mettre Everton sous pression. En témoigne ce ballon récupéré en bord de touche par Mkhitaryan. L’Arménien lève ensuite la tête et voit que Ramsey a mis les gyrophares à l’entrée de la surface. Évidemment que le ballon a fini au fond (5-1).

Toujours pas de clean sheet à signaler, mais si c’est pour voir ce genre de matches, je signe sans problème. Maintenant, reste à voir ce que cette équipe peut faire dans le North London Derby à venir. Je ne vous cache pas mon regain d’optimisme.


ZE BÂCHES :


Cech (3-/5) : Difficile d’apprécier sa performance. Il n’a eu que deux vraies occasions à endiguer. Sur la première, il se blesse en se jetant dans les pieds de Niasse. Sur la seconde, il prend un pion qu’il n’aurait jamais concédé en temps normal. Au moins, sa blessure nous aura permis de revoir Ospina en championnat, mais notre Kebabista n’a pas eu le temps de se mettre en évidence.

Bellerin (2+/5) : Plus discret qu’à l’accoutumée. Il faut dire qu’entre ses nouvelles fonctions de Leader Suprême du Premier Ordre et l’orgie qui se déroulait plus haut sur le terrain, il n’en a pas  vraiment eu l’occasion.

Mustafi (3/5) : De l’envie, un apport offensif certain, des interventions pleines de hargne et des absences préjudiciables. Du Mustafi pur jus, quoi.

Koscielny (3/5) : Sur la même ligne que son compère de la charnière, que ce soit sur les corners ou lorsqu’ils disparaissent dans un trou de vier sur un contre adverse.

Monreal (4/5) : Nacho continue à régaler, mais cette fois le poteau et le sacrifice d’un défenseur l’ont empêché de marquer. Remplacé par Kolasinac (2/5), beaucoup trop impliqué sur le but encaissé à mon goût.

Xhaka (2-/5) : Quand tout le monde joue vers l’avant, qu’il y a des appels dans tous les sens et que l’équipe adverse est au bord de la rupture, il fait la passe à notre gardien. Ouste.

Ramsey (5/5) : Je l’ai suffisamment taillé dans ces pages pour reconnaître quand il nous sort une grosse performance. On a vu le Rambo qu’on aime, toujours disponible, multipliant les appels, et jouant simple, à l’instar de ce qu’il faisait pendant l’Euro. Et comme je l’ai dit à l’époque, quand il joue comme ça, il n’a pratiquement pas d’équivalent à son poste. Remplacé par Wilshere, des fois que l’on n’ait pas eu notre dose d’amour.

Mkhitaryan (5/5) : Trois passes décisives pour sa première titularisation. Rien à ajouter, le mec a régalé comme c’est pas permis, il pue Arsenal par tous les orifices (il paraît même qu’on ne le voit pas dans les gros matches) et a joué suffisamment bas pour faire oublier, le temps d’un match, le regretté Cazorla. Je pense que je vais apprendre l’arménien, pour lui déclarer ma flamme si ça continue.

Özil (4+/5) : C’est marrant, quand ses coéquipiers bougent autour de lui, la machine à passes marche beaucoup mieux. Il gagne même le fameux « demi-point interdit sur Horsjeu » pour avoir prolongé.

Iwobi (3+/5) : On commencerait presque à y croire. Presque.

Aubameyang (3+/5) : Pas d’enflammade, certes il a marqué, mais il a aussi beaucoup croqué et son but était méchamment hors-jeu. Par contre, il a eu quatre-vingt-dix minutes pour s’exprimer, lui. On verra comment la concurrence avec Pénalzette se passe, mais sa complicité avec Mkhitaryan est un énorme atout.

Walcott (4/5) : Enfin un bon match de Théodore James. Disponible, appliqué et pour une fois peu pris en défaut par les juges de ligne. Comment ça « il jouait en face » ?


IF NOTE :


  • C’est la règle : quand Aaron Ramsey marque, quelqu’un trépasse. Alors, quand il en plante trois… La victime cette fois s’appelle la carrière de Delle Alli. Je vous laisse chercher les images vous-même.
  • On est là, on est bien, on essaye de profiter de la vie et le collègue Ray Parloir vient nous ramener à la triste réalité. Des images obscènes, à ne surtout pas montrer aux enfants.

  • Rassurez-vous, Olivier n’a pas porté chance aux Blues, qui ont pris une volée contre Watford. Vous pouvez vous moquer.
  • Pendant ce temps, Alexis Sanchez
  • Enfin, pour l’avis d’en face, je vous invite à jeter un oeil du côté de la Caramel anglais Academy. Et je leur souhaite bon courage pour la rédaction.

Sur ce, BA sur vous et à la prochaine

Johny Kreuz

Johny Kreuz

J'ai autant de clubs de cœur qu'Alex Oxlade-Chamberlain a de neurones. Seul supporter non-basque de Bilbao et Cazorliste convaincu.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *