Manchester United-Leicester City (2-1) : La Raide et Vile Academy livre ses notes.

Salut à tous !

La Raide et Vile Academy ne supporte pas les vacances, autant dire qu’elle rongeait son frein durant cet interminable été. Alors comme la saison reprenait enfin ce 7 août pour un match entre le champion d’Angleterre et le vainqueur de la Cup, autrement dit Leicester contre Manchester United, elle a immédiatement décrété que ce jour était marqué d’une pierre noire sur la porte des enfers. Retour au lupanar géant de Wembley, lieu de tous les délices les plus extravagants après les effusions fort agréables du 21 mai dernier.

Au passage, nous saluons l’arrivée récente de Zlatan Ibrahimovic, comme nous vous l’annoncions lors du bilan de la saison (bientôt La Raide et Vile sur l’equipe.fr), et en ce jour définitivement béni par Satan en personne, la signature du meilleur joueur du monde, Giresse blanc devant l’éternel, enfant du club parti se renforcer un peu dans un championnat créatine créatif, et ce pour la modique somme de 857 milliards d’euros, record absolu de la dépense la plus déraisonnable de tous les temps (alors que foutre le PIB du Sénégal dans l’achat d’avions de guerre à un papi vérolé jusqu’à l’os, ça ne choque personne).

Bref, welcome back home Paul, puisses tu écrire désormais les pages du football du bout de ton pied trempé dans l’encre du succès, et rendre honneur à ton illustre homonyme roux.

If you’re five five five, then I’m six six six.

Après ce détour, parlons de ce Trophée des Champions qui nous intéresse. Suite à des matchs de préparation parfaitement illisibles (défaite piteuse contre Dortmund, avalanche de buts contre Galatasaray, match nul et non avenu contre City), on était en droit de se demander ce qu’il allait advenir de cette première rencontre officielle pour nos gagneuses et leur nouvelle maquerelle. Force est de constater que l’on n’a pas eu beaucoup d’éléments de réponse, au contraire : vu la composition proposée par le Mou, une certaine continuité van galienne qui n’était pas pour me déplaire donnait déjà des premiers hoquets de rage aux nombreux fans qui se sont époumonés avec leurs « van Gaal out » toute la saison dernière.


COMPOSITION INFERNALE

Sir José nous a concocté un mixte de jeunes entraîneuses et de fieffées rombières, pour notre plus grande surprise. Fellaini, par exemple, doit montrer des choses hors du commun à l’entraînement pour se trouver ainsi obtenir les faveurs de notre nouveau coach. Si quelqu’un en sait plus que moi, qu’il se manifeste. En revanche, Mkhitaryan s’assoit sur le banc.

4-2-3-1 classique du Mou, avec déjà quelques choix forts : Rooney et Martial à la même place que sous van Gaal, un double pivot qui aime bien marcher et foutre des coups, le retour plus qu’attendu de Luke Shaw.

La nouveauté c’est bien ?


LE MATCH

Peu d’occasions de part et d’autre durant la première mi-temps, les deux équipes semblant manquer de souffle (à part Vardy, monté sur batteries solaires probablement, qui accueille gentiment Eric Bailly en Angleterre en lui collant un petit pont au bout de cinq minutes). Il faut attendre la 12e minute pour voir une frappe cadrée : une tête de Rooney loin d’être dangereuse, sur un centre de Shaw.

À la vingtième, Okazaki tape la transversale, juste après avoir manqué le cadre de peu sur un contre mené ventre à terre par Vardy. Les Foxes sont toujours dangereux sur leur exercice favori, et si Vardy ne peut pas compter sur Marhez qui est en dedans, il peut en tout cas s’appuyer sur sa vitesse pour emmerder son nouveau jouet (notre numéro 3).

C’est au beau milieu d’une torpeur footballistique assez éreintante que Jesse Lingard avale une pilule qui le transforme en Leomessi de jeu vidéo et part seul au but au prix d’un slalom géant qui le voit éliminer toute l’équipe adverse avant de battre Schmeichel fils d’un plat du pied à l’entrée de la surface. Wembley rugit, tandis que j’en reste sans voix. 1-0 (31e).

Le début de la deuxième mi-temps voit Fellaini nous gratifier d’un enchaînement de haute volée : d’abord une récupération très propre dans les pieds de Vardy, puis une magnifique ouverture dans le dos de la défense pour ce même Vardy qui se jette sur l’offrande comme un mort de chien, contourne De Gea et marque pépère. Formidable. 1-1 (51e).

Compte tenu des six changements (dont celui tout à fait polémique de Mata, entré puis sorti dans les dernières minutes par Mourinho, soi-disant pour apporter de la taille afin de défendre le score), cette deuxième période se dispute sur un faux rythme baignant corps et biens dans le chiant. Les rouges diablesses tentent timidement de venir à bout de la défense regroupée de Leicester, mais se heurtent la plupart du temps aux physiques imposants et disgracieux de leurs adversaires, quand ce n’est pas à leur propre maladresse ou aux hors-jeu à répétition du Z, qui brille plus par sa transparence que par sa légende.

Bien évidemment, il suffit de commencer à penser cela pour que ledit Zlatan se sorte les doigts et claque une tête gagnante un mètre au-dessus de Wes Morgan sur un centre de Valencia. Ce qui nous donne la victoire, et n’améliorera certainement pas l’égo du monsieur. 2-1 (82e).


LES NOTES

De Gea 3/5 : Journée assez tranquille. Il a eu l’intelligence de ne pas foutre Vardy au tapis sur le but de Leicester, se protégeant ainsi d’une suspension pour la reprise de la PL. Fellaini peut le remercier.

Valencia 3/5 : Encore doté de sa vitesse prodigieuse et de sa puissance de T-800 chargé à bloc, le bon Antonio n’a en revanche toujours qu’un seul dribble : crochet extérieur pied droit pour se déporter vers la ligne de but et centrer. S’il y a encore des naïfs pour s’y faire prendre, on ne va pas se priver.

Bailly 2/5 : Alors je ne vais pas me faire des copains, mais le Man of the match, je l’ai plutôt vu se faire manutentionner par Vardy tout le match, se faire sauver le cul à plusieurs reprises par Blind, et manquer de peu l’exclusion à cause de ses retards et de sa brutalité. Même si on ne peut nier qu’il est présent au duel, et qu’il trouvera donc très probablement sa place dans l’équipe en championnat.

Blind 3/5 : Voilà, les défenseurs, je les préfère comme lui, en fait : subtils, toujours la tête levée, compensant leur physique gringalet par l’intelligence de leur placement, et leur vitesse de John Deere par leur lecture du jeu. Ah et puis il semble que ce soit le seul de nos défenseurs à savoir relancer, aussi. De Gea le place au poteau sur les corners, et Shaw prend sa place au marquage individuel. Génie tactique.

Shaw 2/5 : Prestation en demi-teinte de sa part, en particulier offensivement. Il souffre de la comparaison avec Valencia, qui a passé tout le match devant la surface adverse. D’un autre côté, Mahrez a été porté disparu pendant presque toute la rencontre, signe que le blondinet était plus vigilant qu’emprunté.

Carrick 2/5 : Il a beaucoup laissé le ballon, se contentant de fluidifier la circulation et de jouer latéralement. Il devait se demander pourquoi Pogba n’était pas encore sur la feuille de match…

Fellaini 2/5 : le Mou l’a placé à côté de Carrick dans un double pivot, un peu plus bas que d’habitude sur le terrain. Mal lui en a pris, car hormis ses qualités évidentes à la récupération, il n’a réussi qu’une passe décisive contre son camp.

Martial 2/5 : Même s’il ne semble avoir rien perdu de son coup de rein (sauf pour son ex mouahahaha), il a paru lessivé par son euro épuisant. Euh…quoi ?

Rooney 2/5 : Lui aussi semble avoir besoin de reprendre du poil de la bête. À commencer par perdre un peu de gras, hein Wayne ?

Lingard 4/5 : pour une fois, le terme de « virevoltant » n’est pas usurpé. Même s’il est souvent accolé au substantif « ailier », ce que Jesse n’est pas du tout. Son but l’illustre d’ailleurs parfaitement : c’est dans l’axe qu’il est définitivement le plus à l’aise.

Ibrahimovic 3/5 : Comme mentionné dans le descriptif du match, il a fait du Falcao (période red) dans un premier temps, puis a décidé qu’il en avait marre de se faire bouger et a fini par imposer sa carrure de golgoth, puisqu’on l’empêchait d’exprimer sa technique subtile. Bien lui en a pris, car c’est probablement comme ça qu’il marquera le plus cette saison…

SUBS

Herrera pour Carrick, Mata pour Lingard, Rojo pour Shaw, Rashford pour Martial, Schneiderlin pour Rooney, et Mkhitaryan pour Mata sont entrés, ont couru, touché le ballon…bref, ils ont joué au foot, mais ne justifient pas pour autant l’obtention d’une note.

Bobby Carlton.

En cadeau bonus, les images :

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

3 Comments

  1. Bonsoir.

    Bailly homme du match ? Diantre je n’avais pas vu ça. Il a quand même fait peur par moments, même s’il a une faculté à s’imposer au duel somme toute impressionnante, lorsqu’il n’est pas en retard / en avance / aux fraises. Donc une fois sur quatre. J’exagère un peu mais il laisse entrevoir de belles choses, cependant, mais dans des considérations athlétiques plutôt que techniques. S’il progresse vite et bien, et qu’il remplace son surplus de fougue par un meilleur placement, on le verra souvent titulaire. Mais du coup, quid de Smalling qui sort de la meilleure saison de sa vie ? Je ne parle pas de Jones qui sera blessé 10 mois sur 12.

    Heureux de revoir Shaw gambader, j’ai beaucoup d’affection pour ce garçon, et si aucun boucher ne vient lui découper l’autre jambe, on sera à l’abri de voir Rojo trop régulièrement, on ne va pas s’en plaindre. Je croise aussi les doigts pour Valencia (<3 <3 <3), l'homme-mobylette, qui a fait une bonne préparation et qui semble bien en forme, avec une nouvelle passe décisive à la clé (il en avait donné 3 contre Galatasaray il me semble).

    A voir désormais comment tout ce beau monde réussira à s'entendre devant, je place d'ailleurs énormément d'espoirs en Mkhitaryan, qui est à mon sens (l'avenir nous le dira) la signature la plus sensée du mercato mancunien.

    Vivement la reprise.

  2. On n’a pas vu le même match !! A part le petit pont de bienvenue d’entrée, Bailly a mangé Vardy (avec en point d’orgue un tacle parfait couilles sur la table dans la surface en première période) et n’a rien raté. Il a fallu une passe décisive de Fellaini pour que Vardy marque. J’avoue que je n’avais jamais entendu parler de lui, mais ce qu’il montre est extrêmement prometteur et fait passer la pilule du transfert de Stones à City et de l’énième vent de Varane. Bailly est puissant, rapide, grand, il a ce qu’il faut pour réussir en PL.

    Si Zlatan fait ça à chaque match (jouer en marchant, se faire oublier, mais surgir quand il faut et marquer des buts importants), ça me va. On s’en fiche qu’il disparaisse par moments si c’est pour qu’il marque un but par match.

    Comme tu l’as dit, Valencia est épatant, à se demander ce que Mourinho lui a fait.

    La grosse question vu les matchs de préparation, ce match et le premier match de championnat c’est : combien de temps Mourinho va accorder à Rooney ? Parce que continuer à jouer à ce niveau et pourtant rester titulaire juste parce qu’il est capitaine, ça n’est plus possible. Surtout avec le retour de Pogba qui peut assurer le rôle de capitaine/tête d’affiche sportive et commerciale. Mkhitaryan on l’a peu vu en préparation et j’avoue peu le connaitre, mais il a été élu meilleur joueur de Bundesliga l’an dernier et les stats le prouvent, ce serait injuste qu’il cire le banc pour que Rooney continue à jouer.

    • Hello André,

      Effectivement on n’a peut-être pas vu le même match concernant Bailly. Je ne nie pas son énorme paire de couilles, mais je l’ai perçu proche de l’analité sur quelques actions… Mais comme je le disais dans mon précédent commentaire, il laisse entrevoir de belles choses, et je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il a ce qu’il faut pour s’imposer. On en reparlera dans quelques matchs, et je serai ravi de te donner 100% raison.

      Quant à Rooney, oui, son but masque à peine le fait qu’il est dans la lignée de la saison dernière. Intouchable (pour combien de temps ?) parce que capitaine, mais avec un niveau de jeu en attaque en berne depuis trop longtemps. Son gros apport défensif joue sans doute en sa faveur… mais je doute que cela soit suffisant sur l’intégralité d’une saison, vue la concurrence que vont lui offrir Pogba et Mkhitaryan, dans des profils différents.

      Malgré tout, Pogba devrait en toute logique venir compléter l’embouteillage du milieu aux côté d’un Carrick / Schneiderlin / Fellaini / Herrera (ou même Blind, d’ailleurs, si on imagine une charnière Smalling – Bailly, sans doute moins complémentaire qu’avec le hollandais), alors que Mhkitaryan devrait – probablement – jouer sur le côté droit en rotation avec Mata ou Lingard (en tout cas c’est à droite que Mourinho le fait rentrer en cours de match…).

      On verra bien. En tout cas l’effectif est bien plus étoffé que la saison passée, on ne va pas s’en plaindre. Elle a même carrément de la gueule, cette équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *