Manchester United – FC Bâle (3-0) : La Raide et Vile Academy revient triompher en Europe tel le phénix qui renaît de putain le titre est trop long

Chateau de Luke Seafer, salon, intérieur nuit.

Les épais rideaux de velours sont tirés, laissant la pièce dans la pénombre. Seule les vives flammes crépitant au coeur de la cheminée (car fouyaya, vous avez vu comme ça s’est vite refroidi ? C’est déjà l’automne ou quoi ?) laissent entrevoir l’imposant fauteuil fait de bois massif et de coussinets (toujours de velours, c’est plus doux) du maître de maison. Un fauteuil inoccupé ? 

Oui, pardon, haha, je raccompagnais l’ami Carlton à l’entrée du chateau, il avait un métro à prendre. Mais c’est de votre faute aussi, c’est quoi ces manières de rentrer par la fenêtre chez moi ? Sans déconner, faut arrêter. Je fais ça chez vous ? Et d’abord qui vous êtes vous ?
Bref. Vous êtes là pour quoi ? Ah oui le match. Attendez, j’ai griffonné la compo quelque part.

Oui oui, Ashley Young oui. 

 

Le match sinon, oui, alors, le match. Qu’est-ce qu’on peut bien vous dire là-dessus ? Si beaucoup ont moqué notre « regression post-Fergie » que dire de celle Bâle, octoquintuple champion de Suisse en titre (environ), pourfendeur des Raides Devils dans la même compétition lors d’une pluvieuse soirée suisse de 2011 ? Le grand club des Xhaqa, Shaqiri et autres Frei aligne désormais la contrefaçon albanaise du premier cité et surtout Ricky Van Wolfsvinkel en pointe, grantattakan qui n’a pas réussi à s’imposer à Saint-Etienne…

Autant vous dire que c’était bien calme comme match et que l’on n’a pas beaucoup tremblé sur ces 90 minutes (c’est de plus en plus fréquent cette saison, on avait perdu l’habitude), si ce n’est sur la blessure de Pogba au bout de 20 minutes, ou lorsque je laissais madame seul avec Bobby pour retourner chercher un peu de vin en cuisine (le bougre essaie toujours de se recruter de nouvelles poulettes à faire travailler).

De toute façon qu’espérez-vous d’un match où les visiteurs encaissent un but sur une tête de Fellaini à la suite d’un centre laser d’Ashley Young ? Hein. Bon. On connaît des clubs qui auraient quitté le terrain pour moins que ça. 1-0 à la pause et au retour des vestiaires, Lukaku sur un centre de Blind (ça paraît déjà plus sérieux) s’offrent le remake du premier but. En plus classe. Un peu comme True Lies avec La Totale si vous êtes cinéphile. Et puis ça traîne en longueur, ça fait des manières, ça endort, le spectateur on en vient à parler faire des sorties musées entre couples avec Bobby (ne nous jugez pas bon sang) et Rashford entré à la place de Toto Martial se charge de clore la marque pour perpétuer sa grande tradition : « je marque pour ma première » (en championnat, en Cup, en League Europe, en sélection, en League Cup, avec ta maman oooooooh snap!).
Une performance sobre et solide face à une opposition faiblarde si l’on devait résumer ça sans faire de blague ou de paragraphe inutile.
On attendra un peu avant de retrouver les plus chaudes soirées de ta région ‘Europe.

 

Les Diables

De Gea (3/5) : Non mais le laisser sous la pluie, immobile, comme ça, z’êtes pas bien ? Il va attraper froid avec vos conneries.

Blind (4/5) : Tel un patron.

Smalling (4/5) : Son petit sombrero sur un adversaire dès la 2e minute nous a rassuré, on est tombé sur un bon soir.

Lindelof (4/5) : Il a le niveau pour le championnat suisse. C’est déjà ça.

Young (4/5) : Parce qu’après tout, il n’y a pas de raison.

Pogba (NN) : Ah ouais, absent jusqu’en novembre ? Même pour se blesser il en fait trop.

Matic (4/5) : Foutue douane volante. Il laisse rien passer. Et il redistribue aux copains en plus.

Mata (3/5) : Ca manque parfois un peu de vice pour gratter des coup-francs. Ouais c’est un peu la seule reflexion qu’on s’est faite devant son match hier. Mais en même temps, un mec qui reverse 1% de son salaire à des oeuvres de charité et squatte les salons de thé pour lire du Bukowski, vous en attendez quoi ?

Mkhitaryan (3/5) : Apparemment tout se passait sur les côtés hier, donc Riki a laissé faire. Une savoureuse feinte pour laisser passer le ballon à Rashford sur le troisième but rappelle quand même que ce n’est pas n’importe qui.

Martial (3/5) : Parce qu’après tout c’était pas pire que Mata. C’était pas mieux non plus. De toute façon ça voulait faire courir les latéraux ce soir et bosser les centres.

Lukaku (4/5) : Premier but en Ligue des champions… Il était temps ! Comment ça c’était aussi son premier match ?

Les suppôts de Satan : 

Fellaini, pour Pogba, 19e (4/5) : C’est terrible, mais le guerillero de Mourinho est vraiment en train de gagner nos coeurs, alors qu’il partait vraiment de très très loin.

Lingard pour Martial, 69e (NN) : Non vu.

Rashford pour Martial, 74e (NN) : On a bien compris le schéma. Si c’est Martial le titulaire, il marque et vice et versa (et vice et versaaaaaa)

 

Allez, à plus les nuls.
Prochain rendez-vous dimanche avec la réception d’Everton et le retour de l’infernal Wayne Rooney. Ambiance.

 

Luke Seafer

Fils de Satan, fils du metal, fils de la haine, fils de Cobra.

4 Comments

  1. Sur le lineup, Miki est excentré et Poguebas est plus bas que Matitche. Du coup, ce sera 4-/5 pour cette académie, et c’est dommage parce que mises à part ces regrettables écarts graphiques, je l’ai fortement appréciée dans l’ensemble (surtout le titre, héhé, quelle bonne tranche de fun).
    P. S. : Pour la sortie musées, je vous conseille le Guimet et leur expo de paysages japonais. Le
    7 va vous surprendre !
    La bise à Bobby.

  2. Je ne m’attaquerai jamais à la moitié du fils des ténèbres. C’est un principe. Je suis de toute façon plus école Eddie Mitchell que Jamie Lee Curtis, voyez…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *