Brésil – Allemagne (1-7), la Favela Academião met un terme à sa carrière

facepalm corco

Oh-my-God! J’ai mal à mon Corcovado, j’ai mal à mon Brésil, j’ai mal à ma Seleção. Bref, j’ai mal au cul. Quelle décepçião, quelle désillusião, quelle humiliação, quelle déroutinho! Dîtes-moi pas que c’est pas vrai! Le cauchemar national sous les yeux de la planète entière. Je vous raconte pas l’état des habitants de ma favela ce matin au réveil. Pire qu’après une cuite à la cachaça. Sept buts. Chez nous. En demi-finale de Coupe du Monde. 7! Vous vous rendez compte? C’est encore une magouille de Blatter et de la FIFA, c’est pas possible autrement. Se faire enfiler 5 fois en une demi-heure, comme ça, à ce niveau de la compétition, même une prostituée brésilienne en période de carnaval dans un quartier touristique n’y arriverait pas! Le ridicule ne tue pas, mais les joueurs ont creusé leur tombe toujours plus profond à chaque minute du match au cas où.

Et quitte à évoquer le deuil, autant parler de celui de Scolari, vieille mule morte avec ses idées, resté prostré sur son banc, complètement paralysé, les bras ballants, et le regard vide, tel un retraité décédé dans un hospice en attente de l’arrivée pompes funèbres. La rigidité cadavérique avait même atteint le cerveau avant que le match ne commence. La composition d’équipe préparée par l’ancien sentait le pâté rance: une défense remaniée pour cause de suspension de Silva, un milieu de frêles brindilles, et une attaque techniquement faible et statistiquement stérile (j’omets volontairement le pion de Fred contre le Cameroun). Sans surprise, le service gériatrie de Belo Horizonte demeurait impuissant face au manque de réaction du moustachu, plongé dans un état végétatif malgré le chaos qui régnait sur la pelouse. Les buts défilaient sans qu’aucun changement ne vienne perturber le déroulement sans accroc du plan allemand. A 5-0 et au retour du vestiaire, suite à un ultime soubresaut de l’enveloppe charnelle de Louis Philippe, deux remplacements interviennent enfin, d’un coup! Le même miracle se reproduisit plus tard dans la soirée. Et comme un symbole d’hommage au défunt, ces ajustements furent couronnés de succès, puisque la mi-temps ne fut perdue que sur le score étriqué de 2-1. Et après le coup de sifflet final en guise d’envoi ad patres, nous n’avons qu’un mot à te dire: « RIP l’artiste! »

Après le banc, place au pré. D’un côté les chants d’honneur allemands, de l’autre le champ d’horreur auriverde. Comment a-t-on pu en arriver à une telle extrémité? Tout part de l’ouverture du score précoce. Sitôt le premier but encaissé, les joueurs ont été désorientés. Au lieu de temporiser, de préparer leurs actions correctement, de rester dans la partie alors qu’on en était encore qu’au début, les mecs sont partis à l’assaut, et sans aucune réflexion ni organisation. Sanction quasi-immédiate avec 4 buts en moins de 10 minutes! Entre les contres adverses rapides et efficaces, notre lenteur à revenir défendre, l’équipe coupée en deux, et nos gars qui ne restent pas à leur poste, ce n’est finalement pas une surprise. Et puis comme on est mauvais, autant enfoncer le clou: on arrête de défendre au lieu de bétonner pour éviter une dérouillée inévitable, et quand quelques-uns errent dans notre surface, on préfère garder les yeux rivés sur le ballon plutôt que de surveiller les adversaires qui attendent tranquillement dans notre dos. Quand j’évoluais en poussin dans le club de ma favela, on jouait pareil. Et après on enchaînait les tours de terrains et les séances de pompes pour se faire punir. Après la pause, on s’enlise dans le pathétique. Visiblement c’est la course à qui bénéficiera en premier d’un pénalty. D’où un splendide concours de plongeons, plus ou moins bien effectués. Rentré en jeu, Schürrle mettra 2 autres buts, et Neuer nous dégoûtera définitivement en arrêtant les rares tirs procurés honnêtement. Tous sauf un. Grâce à Oscar qui nous sauve d’un fanny sous le baby. 7-1, rideau.

Zone d’activité de Fred hier soir

Arriver à ce stade de la compétition en jouant comme on l’a fait pendant 3 semaines est déjà un exploit. Depuis la phase de poule on voyait bien que les Brésiliens jouaient mal, passaient de justesse, et ne proposaient pas un jeu alléchant. L’élimination est logique, et le score ramènera certainement quelques joueurs sur Terre. Porter le maillot jaune ne suffit pas, certains ont tendance à l’oublier. Expliquer la déroute collective par l’absence de Silva et Neymar est insuffisant. Scolari a beau assumer cet échec, il n’en demeure pas moins que les mecs ne se sont jamais investis à fond. Pour les prochaines compétitions, il faudra trouver un sélectionneur capable de renouveler l’effectif et qui sera capable de se remettre en questions. Certains jeunes doivent encore gagner en maturité pour évoluer dans la Seleção. Jouer en Europe dans des grands clubs c’est bien, mais pas toujours suffisant.

Ce sera ma dernière académie du Mondial. Pas envie de voir un nouveau massacre. Au mieux, les joueurs feront semblant d’être motivés une dernière fois en attendant les vacances.

Muito obrigado pour m’avoir suivi!

 

Julio Cesar (0/5) complètement laissé à l’abandon par sa défense. Quelques rares arrêts en seconde période sur des tirs de loin, puis de nouveau impuissant face à Schürrle.

Marcelo (0/5) il s’est complètement écroulé dans ce match. Il a littéralement déserté son couloir, et son placement aléatoire ainsi que ses montées incessantes (et ses pertes de balle récurrentes) ont laissé des boulevards aux Allemands.

Dante (0/5) totalement perdu au milieu d’une défense à la rue. Sa présence pour compenser les va-et-vient de David Luiz n’aura servi à rien. Il s’est fait baladé sur tous les buts. Il a certainement fini avec la tête qui tournait, ne sachant plus où donner du crampon!

David Luiz (0/5) plus concentré pour soulever le maillot de Neymar que pour défendre. En cause sur quasiment tous les buts pour cause d’absence de marquage ou d’absence tout court! Il symbolise la désorganisation totale de l’équipe. Infoutu de rester à son poste, le mec a passé son temps partout sauf en défense. En tant que capitaine, c’est affligeant de n’avoir pas su donner l’exemple…

Maicon (1/5) allez, un petit point parce qu’à défaut de défendre, il est l’un des rares à avoir réussi quelques passages de l’autre côté de la ligne médiane. Puis il a sombré comme les autres.

Fernandinho (0/5) sorti à la pause. Pas besoin d’en rajouter ni de l’enfoncer davantage.

Gustavo (0/5) jouer devant la défense, être aussi perméable  et responsable qu’elle, et repartir se faire vanner en Bundesliga dans quelques semaines.

Oscar (1/5) il fait partie de ses joueurs pas encore assez costaud pour postuler à une place dans le 11 de départ. Il évite cependant d’avoir la pire grâce à son but pas dégeu’ du tout.

Hulk (0/5) encore un flop pour Musclor. Avec une sortie dès la mi-temps. Il n’a pas volé cette sanction!

Bernard (0/5) trop petit, trop faible, trop limité techniquement, trop juste physiquement, trop inutile.

Fred (0/5) le graphique du dessus parle de lui-même. Etonnant qu’il ait fallu attendre la demi-finale pour le voir se faire siffler par un stade entier. Jamais vu un joueur être aussi spectateur pendant autant de matchs et rester titulaire systématiquement.

 

Remplaçants:

Ramires (1/5) mouais… Il quitte le Mondial sur la pointe des pieds.

Paulinho (1/5) un chouïa mieux que Fernandinho. Mais vraiment pas beaucoup plus.

Willian (non noté)

 

Bonus brésilienne qui a un grand-père allemand:

Bom dia! Ich bin Kristin.

Bom dia! Ich bin Kristin.

Petit-Louis Fernandel

6 Comments

  1. Attends ne pars pas, Léo et ses copaings peuvent encore vous marcher dessus.

  2. Bernard est quand même parmis ceux qui ont relevé la tête en début de 2è période, n’aurait il pas mérité un petit 1?

  3. Je suis assez d’accord avec Kiki, Bernard a au moins essayé quelque chose. Dur aussi pour Julio Cesar qui en enlève 2-3 qui pouvaient faire mouche. Mais bon c’était tellement mauvais que mettre 0 à tout le monde n’aurait pas été volé. Et sinon PLF a eu son bac ? Avec mention ?

  4. kristin fait très très mal aux yeux, j’espère juste qu’elle a pas un zob planqué dans le string

  5. Vu la prestation face au pays du gouda hier soir, je regrette que tu aies pris ta retraite trop tôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *