Bourg Péronnas – Orléans (4-0) : La Poulet de Bresse Académie raconte sa première fois

Après quelques faux-départs, la Poulet de Bresse Académie peut enfin prendre son envol (vous l’avez ?) dans la Grande Histoire des articles obscurs résumant des rencontres de bas de tableau de 2e division française.

Mais vu que le foot c’est bieng, même en Ligue 2, je tâcherai de vous parler fidèlement des matchs du club le moins bien prononcé au monde, j’ai nommé le FC Bourg Péronnas. Ayant décidé de vous présenter une académie uniquement après avoir vu le match au stade (à domicile, et quelque fois à l’extérieur), certaines rencontres passeront à la trappe. Mais bon, vu le rayonnement international qu’aura mes articles, je doute du fait qu’on s’en aperçoive…

Je dois bien vous avouer que la Poulet de Bresse Académie aurait dû faire son entrée chez HorsJeu un peu plus tôt dans la saison. Je suis malheureusement tombé sous le coup de la censure dès ma première tentative de publication, puis, on m’a dit que j’avais droit à un nouveau départ lors du FCBP – Lens, qui se jouait à la mi-octobre … Ce match s’étant soldé par la plus grosse défaite de l’histoire du club à domicile (1 set à 0 pour Lens), je suis resté en dépression pendant quelques semaines avant de me ressaisir. Ce que n’ont pas fait les joueurs, ne réussissant à s’imposer qu’une seule fois depuis cette triste soirée. Et c’était en Coupe de France, contre une R2, où on gagne 3-2 en étant mené à 10 minutes de la fin …

L’automne a été rude en Bresse : on permet à Tours d’obtenir sa seule victoire de la saison, on perd lors de l’inauguration de la nouvelle tribune du Stade Marcel Verchère devant une affluence record de 5000 personnes (!), et on aborde ce FCBP – Orléans avec une nouvelle défaite humiliante à Nîmes. Autant vous dire que ma sérénité est mise à rude épreuve ce mardi soir de novembre.

Après, la lose, tu connais un minimum quand tu supportes le FCBP… Pour que vous compreniez le délire, je me permets un rapide historique du club que je ferais commencer en 2008. A l’époque, le FCBP est en CFA2 quand Hervé Della Maggiore arrive comme coach. S’en suivra une montée rapide en CFA, puis en National en 2012 et, enfin, la Ligue 2 en 2015. Tout ceci grâce à HDM, toujours sur le banc des bleus 9 ans après et 3 divisions au-dessus. L’avantage d’être un « petit poucet » permanent, c’est que même quand tu perds, t’es heureux d’être là. On a perdu 4-0 à Nîmes et alors ? Nîmes, c’est le Barça hein ! Y’a 3 ans, les gros qu’on jouait, c’était Lyon et Marseille mais pas les Olympiques non ! C’était La Duchère et Consolat les gars !

Le contexte historique terminé, on peut passer au match qui nous intéresse. Bourk (ça c’est pour vous apprendre à bien prononcer le nom de la plus belle ville de moins de 50 000 habitants au monde) est donc 18e de L2 et réalise son pire début de saison depuis qu’on joue à ce niveau. Pour beaucoup, cette saison sera la dernière du club dans l’antichambre du foot français. Ce qui se ressent dans les travées du Stade ce mardi soir avec une affluence de type faible. Néanmoins, votre serviteur a plaisir à retrouver le Stade Marcel Verchère, ses bénévoles souriants et son vin chaud salutaire !
Trêve de discussion, place au match !

 

Les Bleus :

HDM doit composer avec des blessés importants comme Perradin, patron de la défense mais les croisés en moins. Ce 11 de départ me parait cohérent sur le papier, il reste que ce sont ces joueurs-là qui se prennent des branlées tous les week-ends depuis 2 mois.

 

Le mâche :

On démarre plutôt bien avec une grosse volonté de presser haut, sauf que quand on le fait pas tous en même temps, ça crée des espaces pour l’adversaire, Bègue délaisse totalement Pinaud qui, s’il était meilleur que ça (déjà il ne jouerait pas à Orléans), aurait pu amener 2-3 centres intéressants pour son équipe. On commence donc à souffrir et à craindre le pire.

20′ : Sur un coup-franc joué vite par Faivre, Paye obtient le ballon côté droit, élimine joliment un Orléanais avant de trouver Merdji dans la surface, celui-ci élimine Cambon avant de placer une frappe parfaite dans la lucarne. 1-0 pour Bourk, ça fait du bien !

30′ : Paye prend un jaune pour un tacle moche mais nécessaire juste avant la surface de réparation. Le coup-franc arrive sur la tête de Poha mais Deneuve sort le grand jeu et permet à Bourk de se relancer. Sur le contre, Hoggas lance superbement Bègue qui va marquer le 2-0. Ça fait vraiment du bien d’avoir de la chatte !

36′ : N’Goma détruit Hoggas. Jaune logique, enculé.

La mi-temps arrive enfin après 2-3 frayeurs en fin de période. Malgré le score favorable, je sens peu de confiance dans les paroles des supporters dans notre capacité à tenir le score, c’est dire … Mi-temps, retour du vin chaud et repositionnement tactique dans les tribunes pour ma part, afin d’éviter les sexagénaires séniles présents à côté de moi en première mi-temps.

54′ : N’Goma se lance dans un raid mais perd le ballon à l’épaule contre Sarr. N’Simba récupère et part dans un contre qui s’annonce dangereux. N’Goma, frustré, tente de faire un câlin au latéral gauche burgien, deuxième jaune, c’est rouge. Allez, au revoir !

Nous voilà donc à 11 contre 10, menant 2-0 à domicile, contre une équipe assez faible, malgré Karim Ziani, toujours présent. De quoi y croire !

On procède en contre et on loupe pas mal de balles de 3-0, à cause d’attaquants cherchant trop à se mettre à confiance. Merdji perd un face-à-face après un super travail de Bègue qui quand il veut …

77′ : Énorme travail de N’Simba côté gauche qui parvient à transmettre à Martins Pereira. Celui-ci se retourne rapidement et envoie une merveille dans la lucarne. 3-0. En même temps, les mecs sont internationaux congolais et luxembourgeois, ça te place le niveau !

On domine jusqu’à la fin en voulant préserver notre cage inviolée, ce qui serait assez incroyable cette saison.

90’+ : Hoggas, excellent ce soir, est fauché dans la surface après un crochet. Bègue se charge du péno et s’offre un doublé. 4-0. Soirée parfaite.

 

Les notes :

Deneuve (4/5) :

Pas grand chose à faire mais il sauve l’égalisation et lance l’action du 2-0 juste derrière. Enfin une prestation convaincante. Change rien !

Ponroy (4/5) :

Difficile de prendre la place de patron de la défense. Il l’a fait à merveille sur ce match en étant très autoritaire en début de match puis tout en contrôle du bloc par la suite. Hyper solide.

Faivre (Lent/5) :

Sa lenteur n’a d’égale que son âge mais Aurel’ a eu le mérite de jouer dans une défense, pour une fois, impériale.

Paye (3/5) :

A l’origine du premier but, il a su percuter avant de s’éteindre progressivement par la suite. Défensivement, il a beaucoup couru, notamment pour combler les lacunes de Bègue, et ça a suffit.

N’Simba (5/5) :

Je craque mais ça c’est mon Vital que j’aime ça ! Bagarreur défensivement, il a enfin retrouvé du plaisir dans les phases offensives en dédoublant de nombreuses fois. Passeur décisif, il aurait même mérité de tirer le penalty final.

Nirlo (Capitaine/5) :

Il a ouvert la voie en osant jouer au ballon même sous pression. L’équipe prend facilement confiance quand son capitaine joue juste. Sinon, il s’est appliqué à ce que Karim Ziani se souvienne de lui, si, là, juste derrière les mollets.

Martins Pereira (3/5) :

Un but exceptionnel certes, même si sa célébration laisse à désirer. Mais sinon, heureusement que Captain Jimmy était là pour lui apprendre la vie du milieu de terrain. Pas dénué de talent mais encore beaucoup de boulot. Remplacé par Gamiette (82e), qui réussit encore à faire croire qu’il est joueur de football apparemment.

Hoggas (Kevin avec les doigts/5) :

Quel match ! D’habitude si facilement critiquable, l’ancien d’Évian-Thonon-Gaillard a livré un match référence en la matière. Prises de balles très propres, altruisme, vision du jeu, générosité. Pas de but mais il est à l’origine d’énormément de situations.

Bègue (4/5) :

Il a commencé dans le dur en ne se préoccupant pas des efforts défensifs. Après, il nous sort ce qu’il sait faire le mieux : aller vite en contre et finir par un but. Un doublé sur péno pour conclure cette belle soirée.

Sarr (1/5) :

Recrue prometteuse, Adama s’éteint petit à petit. Ce soir, c’était très pauvre avec beaucoup de mauvais choix même dans des 3 contre 2. Un certain manque de confiance, lâche-rien gamin ! Remplacé par Heinry (63e), rentré avec la volonté d’augmenter le score, c’est bieng.

Merdji (3/5) :

Il débloque le match d’une superbe frappe en lucarne. Il se bat défensivement mais de façon encore trop brouillonne. L’homme qui jouait encore en DH il y a un an est bien présent, ça fait plaisir à voir. Remplacé par Boussaha (75e), hors-jeu.

Au final, une victoire hyper importante mais nous sommes toujours 18e de Domino’s Ta Mère Ligue 2. Les autres sont pas loin devant, à nous de prendre le maximum de points avant la trêve. La suite ? Ce samedi en Coupe à Moûtiers contre Tarentaise (R2), pour ne pas subir l’humiliation d’une défaite. Sans moi, malheureusement. Puis, à Brest, vendredi 8 où votre serviteur sera présent pour aller chercher un petit exploit.

 

La bise AOC,

Marcel Cerdon

Marcel Cerdon

8 Comments

  1. tous mes encouragements à ce nouvel académicien pecno, qui a le mérite de relater les exploits de son club de merde que lorsqu’il se rend au stade

    • C’est clair l’ancien, il a le spirit comme nous autres, c’est pas un branleur des streaming. Bourg on l’avait fait en national dans votre ancien stade y avait des frites tisgra. A l’ancienne narvalo!

      • Le stade Municipal, très belle enceinte. Buvette inégalable aux frites dégueulasses effectivement.
        Vous nous manquez un peu d’ailleurs …

  2. Parce que votre grand club fut un des seuls battus par l’AS Nancy Lorraine cette saison, je vous souhaite la bienvenue, cher homonyme.

  3. « Nîmes, c’est le Barça hein » : cette phrase magnifique figurera dans ma prochaine acad’. Merci à vous cher confrère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *