Dijon – Rennes (2-1). La Breizhou livre ses notes

C’est une chose d’être une victime, c’en est une autre d’être celle de Florent Balmont.

Le match

Dès la compo on a senti les Dijonnais chambreurs : Kwon et Saïd sur le banc alors que Sabri en est réduit à essayer Adrien Hunou avant centre. J’ai beau être conscient que notre effectif est bancal, j’étais pas préparé à envier les remplaçants du DFCO.

La chambre continue puisqu’après un début de match assez moyen, on encaisse le premier but de Florent Balmont depuis la saison 2014/15. Dijon attaque côté droit alors que Sarr ne s’est pas replié. André sent qu’il va devoir aller aider Baal, prend l’info et fait signe à Bensebaini de couvrir l’espace dans son dos. C’est là qu’une action anodine bascule. André va cadrer Rosier un peu mollement, ce qui lui laisse le temps de servir Balmont dans l’espace pas du tout couvert par Bensebaini. Le Dijonnais est excentré, mais Koubek anticipe le centre vers Tavares et ne bouche pas l’angle (1-0, 30e).

Rennes revient dans le match juste avant la pause. On pense que le centre de Baal est beaucoup trop long, mais ce bon Ludo l’a en réalité mis exactement là ou il fallait : sur le pied droit de Benjamin Bourigeaud. Ce dernier réalise de volée le centre parfait qui fuse entre la défense et le gardien dijonnais avant de retomber sagement dans la course de Sarr (1-1, 41e). C’est un peu chateux, mais les locaux ayant visiblement mis un contrat sur les chevilles de Sarr, c’est aussi bien fait pour leurs gueules.

Et à force de faire des fautes, les Dijonnais nous offrent des coup francs bien placés, ce qui est un peu couillon vu la qualité de nos tireurs. Khazri a déjà tenté sa spéciale “je le tente direct en angle fermé”, mais sans réussir à surprendre Reynet (23e). C’est au tour des deux Benjamin de tenter la leur : coup franc bien travaillé devant le but de Bourigeaud, reprise en extension d’André, mais c’est de peu à a coté (54e).

Hélas à part les accélérations de Sarr et les coups de pied arrêtés qui en découlent, on ne propose pas grand chose, est c’est assez logiquement que Dijon s’impose sur une tête de Tavares (65e), démontrant par là même l’intérêt d’avoir un avant centre dans l’effectif. Comble de l’humiliation, c’est un Florent Balmont virevoltant (oui oui) qui sert Tavares sur cette action. On rêvait de places européennes et on s’est fait bolosser par un milieu défensif hargneux de 38 ans, life comes at you fast en la ligue 1.

 

 

Les gars

Koubek (1/5)
Je suis toujours un peu emmerdé au moment d’évaluer les perfs des gardiens, mais pas cette fois. T’as beau être abandonné par ta défense, jamais Balmont doit marquer aussi facilement.

Baal (pas pire que Mehdi/5)
Ca fait plaisir de retrouver un véritable arrière gauche, mais ça n’a pas résolu grand chose, tout passe encore de ce côté.

Bensebaini (1/5)
Si t’enlève la grosse connerie qui coute un but, son match est correct. Un argument éventuellement recevable pour un attaquant qui se rate en revenant défendre, beaucoup moins pour un central de métier.

Gnagnon (2/5)
Il a du mal quand l’attaquant va le chercher sur ce qui est normalement son point fort, le physique. Il a plutôt bien géré Tavares, mais cède sur le second but.

Traoré (3/5)
Ne s’est pas distingué en mal, ce qui change de ses petits camarades

Gélin (2/5)
Il tente des passes qui cassent les lignes, et ça c’est bien. Mais à force de se les faire intercepter il expose l’équipe, et ça c’est moins bien.

André (3/5)
Il préfère être le milieu qui organise devant la défense, mais sur ce match c’était le taf de Gélin. Benj a du se projeter et à même fini en 10,ce qui ne lui conviens pas vraiment, malgré une jolie passe de l’extérieur pour lancer Baal sur le but.

Sarr (3/5)
Vu le traitement que lui ont réservé les Dijonnais, il est clair qu’il a retrouvé sa capacité à faire la différence. Par contre il n’en branle pas une défensivement, ce qui va être problématique si Sabri veut le fixer dans un couloir. Est d’ailleurs passé avant-centre en deuxième mi-temps.

Bourigeaud (4/5)
Le seul joueur de l’effectif qui reste performant quand le reste de l’équipe sombre.

Hunou (1/5)
Il sent bien les coups, se dépense sans compter et n’a toujours pas trouvé son poste, donc pourquoi ne pas le mettre avant centre ? Parce qu’il est nul, Sabri.

Khazri (2/5)
Il arrive toujours à bonifier des ballons de merde en jouant avant centre, mais sans personne à servir ça ne sert pas à grand chose. L’arrivée de Diafra Sakho va lui faire du bien.

Joris Grognon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *