Toulouse – PSG (0-1) : La Porte de Saint-Cloud académie livre ses notes

Au nom du Prince, de Nass, et du Saint Unaï, je vous salue amis parisiens, et autres provinciaux.

Avant un beau rencard pour la Saint Valentin, petit voyage dans la ville rose, couleur de l’amour.

Petite acad’, pour un petit match, en même temps, j’ai une vie à côté de vous, faut bien que je paie la connexion internet pour accéder aux stream moldaves me protégeant de Stéphane Guy ou Franck Sauzée.


Compo :


Du classique pour Unaï:

tfc/psg


La mètch :


Surperformer : Néologisme utilisé en finance, en gestion, pour signifier qu’une valeur, qu’une entreprise réalise des performances supérieures à la moyenne.

Terme qui s’applique également aux joueurs/équipes qui nous affrontent, et plus particulièrement le TFC, et encore plus particulièrement à Alban Lafont, et plus encore particulièrement à tout ce qui touche de près ou de loin à Dupraz (je suis certain qu’on galèrerait face à l’ETG).

Mais comme dit indirectement dans l’article précédent : « Aimer, c’est donner à quelqu’un le droit, sinon le devoir, de nous faire souffrir. »

Alors on a souffert samedi, souffert parce qu’on s’est fait chier à en finir par se croire à un match du dimanche après-midi. La sieste un samedi à 17h00, sauf si t’as une grosse soirée derrière, c’est contre-productif. Mais conscience professionnelle oblige, j’ai combattu, combattu l’ennui, grâce à Neymar, et Alves aussi, je m’occupe de toi plus tard mon grand.

Donc, Toulouse s’installe dans sa surface, Lafont a pris un shoot d’adrénaline, et lâche des parades de hockeyeur en l’honneur de l’unification sportive des Corée et de ses JO. Corée toujours, le mur toulousain est solide, et laisse les vagues venir pour contrer avec le trio Sanogo/Jean/Gradel, qui a visité le dos de notre défense dès que l’occasion se présentait.

En gros, pour résumer la première heure: Occasions parisiennes, poteaux, barres, parades, contre attaques toulousaines, du classique quoi.

Neymar se rappelle qu’il serait bien de gagner le match accélère et claque l’ouverture du score (oui, Neymar, pas un CSC) (68e). Le but a le mérite d’animer le match d’avantage, regain de moral et fatigue toulousaine font qu’on continue de pilonner, mais même les poteaux du Stadium sont en surrégime et enchaînent les parades pour nous faire croire à un match serré.

L’important c’est les 3 points.


Les notes :


  • AREOLA (2):
    Calme et appliqué, que ce soit sur les rares tentatives, comme les sorties aériennes. Il a fini janvier dans le dur, on dirait qu’il a rebranché son cerveau. -1 parce que je viens de voir la première parade de De Gea contre Newcastle
  • ALVES (0):
    Va te faire enculer. Alves est victime de ce qu’il a aidé à créer : le latéral moderne qui laboure le flanc à vitesse supersonique. Ben il croit toujours qu’il a 25 ans, et se fait manger par tout le monde. Et son coup franc de merde, il s’est cru à Ernest Wallon? On l’attend sur les gros matchs, et il a intérêt à se bouger.
  • MARQUINHOS (3):
    Match tranquille, logique quand t’es accompagné du meilleur DC de L1.
  • KIMPEMBE (3):
    Match tranquille, logique quand ton compère arbore un bouc.
  • YURI (2):
    Notre nouveau Matuidi, en moins brillant faut l’admettre. Un début de match compliqué, puis un verrouillage de son couloir avec cette énergie débordante. Le mâle alpha.
  • LASS (1):
    Pas vu. En même temps, vu la gueule du match, je sais pas ce qu’il aurait pu faire de plus.
  • LO CELSO (3):
    Toujours aussi bon et surprenant, a été bien meilleur lorsqu’il a glissé en sentinelle et retrouvé Marco.
  • RABIOT (2):
    Le Duc, reprise tranquille pour le prochain rappeur victime d’un clash de Booba. « Tu veux tester le Duc ? »
  • NEYMAR (4):
    Il a été partout aujourd’hui, tellement que ses coéquipiers donnent l’impression de le subir aussi parfois. Y a une autre équipe qui a le même syndrome, les Cavaliers de LeBron James, attention à la prochaine fenêtre de transferts.
  • DI MARIA (3):
    Moins bien que la dernière fois, mais toujours beaucoup d’activité et de prise d’initiatives. L’homme aux demi-saisons rayonne, va falloir trancher mon cher Unaï
  • MBAPPE (2):
    Petit match, petit match pour Mbappé. Il a souvent dézonné pour toucher du ballon ou créer. Pas évident pour lui de jouer seul en pointe. Bon courage Unaï pour trancher.
  • VERRATTI (NN):
    Marco s’est trouvé un nouveau binôme avec Lo Celso, et faut admettre que ça nous plaît.
  • PASTORE (NN):
    Toujours aussi beau à voir.
  • DRAXLER (NN):
    Julian est dans le dur, ça reste propre techniquement, élégant, mais moins efficace. Il faut sauver le soldat Julian.

 

Rendez-vous mercredi pour le match que vous attendez tous bande de rapaces, et comme l’a dit un grand homme un jour :

PAPUS

 

 

Papus Camarade

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.