FCSM/PSG (1-4) – LA PORTE DE SAINT-CLOUD ÉMOTIVE

Au nom du Prince, de Nass, et du Saint Unaï, je vous salue amis parisiens, et autres provinciaux.

Mes amis, face à la montée d’émotions que m’entraîne un voyage dans le Doubs, terre de miracle, région jadis conquise par le soldat Diané, permettez moi de m’égarer il y a presque une décennie en arrière.

10 ans en arrière, on débarquait à Auguste-Bonal avec le slip serré, les poches vides, mais de grosses couilles, répondant au doux nom de Yepes et Camara (cœur sur toi mon héro).

On démarrait le match le couteau entre la raie, un international loufoque dans les cages, un pasteur sur le flanc droit, un roux sur le gauche, une doublette Brouillon/Clément digne de Maqueulele/Vierace, un quatuor offensif avec un égo qui n’a d’égal que son amour le club à gauche, Chantome (le futur de l’EDF) à droite, et la plus belle doublette d’attaquants jamais vue chez nous (oui, je suis un type objectif).

fcsm/psg

La 79e minute appartient à l’histoire, te souviens-tu ? Te souviens-tu de ton premier baiser ? Te souviens-tu du premier stop que t’as pris par [insère le prénom de ton choix], et des 17 qui ont suivi ? Mais t’es un battant toi, c’est pour ça que tu viens lire cette académie, c’est parce que tu espère qu’un jour elle soit bonne, comme pour ton histoire avec cette jeune boutonneuse ornée d’un appareil dentaire du plus belle effet.

Et ben cette métaphore aussi belle que la coupe tendance de Richert à l’époque, elle a pour but de te faire imaginer ce qu’un but aussi moche, aussi mou, limite pittoresque, peut devenir un magnifique moment.

Parce qu’on a beau aimer le beau football, rien ne vaut le but à l’arrachée, la victoire de raccro, l’action de merde, celle qui te fait passer de l’ombre à la lumière, du puceau de ton équipe au prince de la cours.

Je vous prie de m’excuser, ma vue est brouillée, mon souffle raccourci, mon estomac noué, l’amour quoi.

Merci Amara
amara

 

 

Pour me faire pardonner, permettez moi de vous offrir les notes de la balade d’Angel.

fcsm/psg

 

Les notes :

    • TRAPP (2): Today was a good day. Kevin ne peut rien sur le but, est serein sur le boulot qu’il a à faire, et se prend un rouge très très très sévère.
    • MEUNIER (2): Un terrain gras pas fait pour la berline belge, même s’il n’a pas fait de conneries, il couvre nos amis sochaliens sur le meilleur moment de leur saison.
    • SILVA (3): Serein, presque buteur, la classe sur et en dehors du terrain pour l’anti-parisien local.
    • KIMPEMBE (3): Comme son tuteur du soir, avec la classe en moins, mais les interventions viriles en plus.
    • KURZAWA (2): Un match kurzawesque, décisif devant, fautif derrière, des erreurs techniques (à rire ou en pleurer c’est toi qui vois). 2pac semble avoir des troubles de la concentration potentiellement dramatiques d’ici peu.
kurzawa

Quand 2Pac se balade du côté Ouest

  • LASS (2): On se demande encore quel est son niveau. Il sait jouer au ballon, face à une L2 certes, mais il est proportionnellement aussi explosif que Bodmer.
  • VERRATTI (2): Verratti a fait son match, comme toujours, grattage de ballons, simulations, négociations avec le corps arbitral, régulation du trafic au milieu, carton jaune. T’as intérêt à continuer. Joli enchainement avec Kurzawa pour offrir le but aux Sochaliens (-1).
  • DRAXLER (3): Intelligent, un temps d’avance sur les gars d’en face, du pressing malin, une technique à faire croire que le terrain est bon.
  • MBAPPE (2): Suspendu, Kyky a des fourmis dans les jambes, et des fourmis dans les jambes d’un sprinteur, ça fait beaucoup de dégâts, même sur un terrain pourri. Manquait plus qu’un but.
  • DI MARIA (5): Je pense que Paris ne le paie que pour la moitié d’une saison, aucune autre explication plausible à cette schizophrénie saisonnière.
  • CAVANI (2): A assuré son minimum syndic’anal.
  • ALVES (0): Je l’ai dans le collimateur, de grands post Instagram, des déclarations pleines de maturités pour ne faire que des fautes, et gueuler sur l’arbitre. Son passage dans les cages sauve sa prestation.
  • PASTORE (NN): RAS
  • MOTTA (NN): Sentant Lass, il a décidé de sortir de l’infirmerie.

 

 

PAPUS

 

 

Papus Camarade

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *