Moldavie – France (1-4) : L’Académie Française moldavie à pleines dents

A peine débutée que la trêve internationale s’en prend plein les dents. « On s’en fout ! », « rendez-nous le multi-ligue 1 avec Elie Baup ! » s’époumonent les gens. Bon, on entend moins la dernière phrase quand même. Allez les Bleus, fichtre.


Moldavie, j’écris ton nom. Moldavie, je crie ton nom. Moldavie, je te demande : mais bordel tu te situes où sur une carte ? Incapable de foutre précisément ce pays sur le globe terrestre. Quand je dis précisément, c’est genre : tu me montres le globe, je pointe direct mon doigt dessus. Évidemment, à un continent près, j’avais bon. Honteux ? Bof. Faites pas trop les malins parce que vous savez placer la Transnistrie sur un planisphère. Ce qui compte vraiment, c’est de savoir écrire français d’après les restes de fientes qui ouvrent la porte des Enfers très tranquillement en ce moment, là où le pays stationnait seulement au Purgatoire.

Le prochain qui dit qu’il savait précisément où c’était, je le force à regarder Babysitting 2.

La compo

A part l’absence d’Hernandez à gauche, c’est le 11-type, puisque tous les autres protagonistes ont démarré la finale de la CDM. C’est Coman sur la compo officielle, parce que c’est Coman qui était prévu, mais il s’est fait mal à l’entraînement, et le CM de l’Equipe de France n’a pas mis la compo à jour. On a donc bien un Matuidailier à la place d’un ailier tout court.

Le derrière :

C’est quand que DD avoue l’immunité officielle pour Pavard ? C’est quand le châtiment réservé à Prométhée pour Kurzawa ? C’est quand l’annonce des origines mosellanes de Varane et Umtiti, seule explication possible à leur titularisation ?

Le milieu :

Rappelez-vous le Centre Commercial de Céladopole. Ce pourrait être le petit surnom de ce milieu, car on y trouve tout ce dont on a besoin : une assise défensive certaine (Fer+) qui ne compromet pas l’animation offensive (Protéine+), quelques coups de génies (Calcium+) parsemés de replis en vitesse (Carbone+).


Je veux péter la gueule de ce p’tit branleur de Régis à nouveau.

Le devant :

Ou le retour de l’inamovible triangle Mbappé-Giroud-Griezmann. Olivier, en pleine bourre en Europa League, aura à charge de peser sur une défense moldave certainement fort regroupée. Kylian, en pleine bourre face à Dijon, et Antoine, en pleine bourre sur Fortnite, graviteront autour de lui comme des morpions aux bourses de Christophe Castacon après ses virées nocturnes.

Le match

Naturellement, les Moldaves nous attendent de pied ferme. Enfin, de pied ferme j’en sais rien, mais ils sont 10 dans leur camp. Trois minutes à peine et déjà une ouverture de Pogba vers Giroud, dont la remise ne donne rien (les premières d’une longue série, tant pour les ouvertures que les remises). Même schéma deux minutes après : Giroud réussit à dévier de la tête au-dessus de la charnière moldave, mais aucun Bleu pour reprendre, à croire qu’ils sont tous au mauvais endroit au mauvais moment (votre serviteur s’est rematé John McClane épisode 2 hier).

Fervent amateur de célébrations de but, Kylian, inexistant jusqu’ici, essaye d’en marquer un et se joue de trois Moldaves (trois joueurs de foot moldaves hein, pas des jeunes femmes de l’Est), mais sa frappe est déviée. Pogba, lui, est très présent à la création. Faut dire qu’il a un rayon de no man’s land moldave de 20 mètres autour de lui pour jouer
(plus connu sous le nom de « no country for moldave »). Pour vous donner idée de notre domination, Umtiti joue à 40 mètres des buts adverses. Stérile toutefois, cette domination. Un peu comme si Fifty Shades of Grey ne montrait vraiment aucune scène de cul. Ahahah. Ahah. Ah.

Immanquablement, la nouvelle ouverture de Pogba vers Giroud ne donne rien, comme 1 et 1 font 2. On ne voit pas trop Grizou. Ça circule, ça circule, mais contrairement à ce qu’on a pu voir à de nombreuses reprises depuis la Coupe du Monde, Griezmann ne décroche pas pour jouer au 10. La distribution revient entièrement à Paulo dans le premier quart d’heure. C’est peut-être un peu juste, un seul créateur face à un 4-5-1 dans ses 30 mè… OUUUUUH QUEL BUT ! Griezmann percute à droite de la surface moldave, transmet au centre vers Pogba et sollicite avec ce dernier le une-deux par son appel. Paulo délivre un bonbon au-dessus de la défense, et Grizou envoie une lourde volée dans les filets (0-1, 23e).

Légitime ouverture du score, oui. Mais à peine le temps de dire « but ! » que Varane, malgré son physique de gendre idéal, re-but. Sur un corner de Grizou, Raphaël coupe au premier, tête de l’autre côté. Hop (0-2, 26e). Bon bah comme ça, c’est vite plié. On va s’endormir en deuxième période, mais ça permettra p’tet à DD de faire des changements plus tôt que prévu. En tout cas, les occasions s’enchaînent et les Bleus cherchent le troisième. Après une combinaison côté gauche, Grizou met en retrait. La frappe de Matuidi passe juste au-dessus, mais Kylian fait le ronchon car il voulait le ballon. Ledit Kylian taupe une frappe quelques secondes plus tard.

Sapristi ! Pour la première fois, l’attaquant moldave touche le ballon dans notre camp. Varane le stoppe irrégulièrement selon l’arbitre. Raphaël pas content, Raphaël dégage le ballon, Raphaël prendre un carton jaune. Le coup-franc moldave connaît la même réussite que les 45 coups-francs saisonniers de CR7, sauf qu’au lieu d’aller dans le mur, il va au poteau de corner.

Déterminé à avoir la moyenne, Kurzawa se bat pour récupérer un ballon que tous les Moldaves croient sorti en sortie de but. Mais non : Layvin récupère, pour Pogba, qui transmet le ballon à Matuidi dans la surface, qui donne/frappe pour Giroud, lequel le glisse au fond en le touchant légèrement, comme un symbole de Jean-Luc Lahaye (0-3, 35e).

Et c’est la mi-temps.

Pardon ? Ah, ça a repris ? Scusez, j’avais du pain et un superbe chèvre demi-sec devant moi, j’avais autre chose à regarder qu’une division de Panhard face à trois pelés et un tondu.

Une heure de jeu et ca y est, on y est : on s’emmerde sec. Sec, sec, sec. C’était déjà pas bien envoûtant de la 45e à la 60e hein, mais là, c’est d’un ennui. On peut souligner la bonne frappe de Pogba (66e) repoussée par le gardien sur Pavard qui tente l’extérieur pied droit en lulu, mais ça ne marche pas.

Tout juste note-t-on encore que Grizou a été fauché par derrière aux abords de la surface (aucun carton), ce qui oblige le gardien adverse à une très belle horizontale suite à une non moins belle tête de Paulo sur le coup-franc. Le même Pogba expédie ensuite un coup-franc dans le petit filet, avant le dernier but de la rencontre signé Mbappé sur un bon pressing haut de Lemar (0-4, 87e). Kyky content.

Et voilà, emballé c’est pesé. Eh bien non. Le relâchement des dernières minutes permet aux Moldaves d’exploiter un second ballon sur corner. Les Bleus doivent être à 5 contre 5. Le ballon, à droite, arrive au centre, tête, poteau, ça revient sur un Moldave qui pousse le ballon au fond. Ne pas faire de clineshite face à la Moldavie quand même. Merde. (1-4, 91e).

Le débrief

Aucune conclusion à tirer évidemment d’une rencontre face à la 170e nation au classement FIFA (juste entre les Fidji et Sainte-Lucie). Les Bleus ont pris les trois points qu’il aurait été scandaleux de ne pas obtenir. Ni plus, ni moins. Dans trois jours, l’Islande, comme un symbole de Lilian.

Les notes

Lloris (3/5) :

Rien eu à faire. Et même sur le but moldave, bon…

Kurzawa (3/5) :

Je viens de tilter que son nom me fait penser au citron combawa (c’est un vrai fruit). Plutôt actif sur son côté en première période, plus grand chose à signaler ensuite. Un Digne vaut mieux que deux Kurzawas (merci Carlton).

Varane (3/5) :

La tête de Raphaël compense son duel perdu sur le but moldave. RAS sinon.

Umtiti (3/5) :

Rien à faire, rien à tenter. C’est un bon match pour se remettre de blessure.

Pavard (2/5) :

C’est pas qu’il a été mauvais, c’est que je l’ai pas vu. C’est con, c’était le moment d’aller devant sans avoir peur d’être en danger derrière. Et à la bourre sur le but moldave.

Kanté (2/5) :

Quelques bonnes récupérations, quelques ballons perdus par des passes moyennes. Meilleur en seconde, quand les Moldaves étaient cuits.

Matuidi (2/5) :

Passeur décisif pour Giroud. On peut pas dire qu’un match où les Bleus font le siège du camp adverse le mette particulièrement à son avantage. Remplacé par Thauvin (non noté).

Pogba (4/5) :

Très libre en première période, Paulo a distribué les passes bien senties, notamment par-dessus la défense tracteur-au-cul des Moldaves. Avec succès pour le but de Griezmann. Vrai métronome rayonnant pendant 45 minutes, plus calme ensuite, mais personne pour lui en vouloir.

Griezmann (4/5) :

Soyeux et intelligent en première période, moins en seconde comme l’ensemble de ses camarades. Passeur décisif. Et quelle volée mes aïeux, quelle beauté. Remplacé par Lemar (non noté).

Giroud (3/5) :

Plusieurs appels et remises en première période qui auraient mérité meilleur sort. Olivier a toujours pris le dessus sur la (faible) défense moldave. Et un but du bout du bout du pied. Remplacé par Fékir (non noté).

Mbappé (2/5) :

Quelques dribbles, oui. Mais absent et râleur une grande partie du match. Il peut râler, c’est un buteur tout ça. OK. Mais c’pas de la faute des autres si tu te fais prendre hors-jeu face à la Moldavie. A fini par marquer son but. A réussi à prendre un jaune pour simulation (champion). Et je vous invite à voir le but moldave pour analyser sa tentative de récupération du ballon et son engagement sur l’action (à la fin il est même plus dans le cadre).

Didier Décampe

8 commentaires

    • Oui, bravo pour l’acrostiche, même si bon, y avait pas besoin d’en passer par les mamans (sans jeu de mots) pour insulter ce genre de crevures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.