Ajaccio-Lorient (1-0) : l’Aiacciu Académie livre ses notes

Perfettu est foufou de son Mutu

Evviva ACA ! Giuly merda ! Quand Ajaccio l’emporte un samedi soir, c’est la foire tout le week-end. Dans cet autre « indépendantico » entre Corses et Bretons, ce sont donc les premiers qui sortent vainqueurs grâce à un but de Ronald Zubar. Oui oui, vous avez bien lu, Ronald Zubar. L’ancien joueur de Marseille qui partageait son poste avec Bostjan César. Au terme d’un match pas trop dégueulasse dominé par intermittence par les acéiste : les trois points, qui permettent de maintenir la zone de relégation à 5 points à cause de la victoire de l’ETG. Mais le plus important était bien de gagner et de passer devant le Sporting. D’abord poussés dans leur retranchement par des Lorientais incisifs dès les premières minutes, les Ajacciens ont pris de l’ampleur dans le jeu au fur et à mesure, notamment grâce à une belle assise défensive, à un milieu de terrain conquérant bien que mis en difficulté par leurs adversaires Jouffre et Corgnet et surtout grâce au retour du divin roumain Adrian Mutu, indispensable devant. Ronald Zubar aura inscrit le seul but du match sur une frappe contrée bien moche, mais le principal c’est bien que le ballon ait terminé au fond des filets. Le score aurait pu être plus large si M. Millot avait sifflé deux pénalties pour l’ACA suite à des mains dans la surface de Barthelme et de Monnet-Paquet. Les chiffres sont à l’avantage de Lorient, mais le tableau d’affichage lui, est bien en faveur de l’ACA. Et c’est tout ce qui compte.

acafcl

Pour ce qui est de la composition d’équipe, l’ACA a évolué dans un 4-5-1 habituel. Mais avec les nombreuses absences, Albert Emon adû faire deux ou trois changements, à commencer par le poste de latéral droit qui a vu Anthony Lippini, tout en poil, s’y installer suite à la blessure de Diawara et à la suspension de Chalmé. Côté gauche, c’est Bouhours qui tient sa place malgré son coup reçu au pubis dans le derby après un coup de pied d’Angoula. Felipe Saad, lui, de retour de suspension, restera sur le banc. Autre changement, au milieu de terrain, c’est Lasne qui prend la place de Ricky Faty aux côtés de Mehdi Mostefa. Devant, Adrian Mutu retrouve sa place et là aussi, c’est tout ce qui compte. Il aura été entouré de Cavalli en meneur de jeu, Belghazouani et Sammaritano sur les côtés.

Stats ACA FCL

(RICARDO) FATTI DIVERSI :

– L’ACA a une jolie manie, celle de gagner contre les clubs bretons à domicile sur des vieilles frappes lointaines contrées. Après Mostefa contre Brest, Zubar contre Lorient.

– Les Lorientais Barthelme et Monnet-Paquet ont joué avec leurs mains dans la surface, sans que cela ne soit sanctionné ni d’un carton ni d’un pénalty. On leur dit que le club de volley d’Ajaccio, c’est au GFCA ?

ANNUTAZIONI :

Ochoa 4/5 : bientôt, ses bouts de doigts serviront à faire les dents de sa fille mais pour l’instant ses phalanges servent à détourner les frappes des Lorientais. Encore un match sans erreur qui permet à l’ACA de repartir avec trois points.

Lippini 4/5 : une faute au bout de 30 secondes qui n’augurait rien de bon mais finalement Lippini fut la belle surprise du match. Dans le rôle de l’ours brun, il a mangé les lorientais, a gratté des ballons défensivement mais surtout on l’a vu dans d’excellentes dispositions offensives. De ses belles montées, en aurait découlé une passe décisive pour Mutu rendue désuète par la décision de l’arbitre. Et dire qu’avant le match on avait peur…

Zubar 5/5 : le commentateur de BeIn a bien fait de vite le renommer – involontairement – « Rodolphe » Zubar. Car oui, il a tout compris le défenseur. Même s’il n’a pas frit. Ni fui. Solide en défense et décisif sur sa frappe lointaine. Son premier but sous ses nouvelles couleurs et toujours 470 minutes sans but contre son camp.

Poulard 3 et quelques/5 : encore une fois, sa bonne entente avec Zubar fait des merveilles. Il a, à plusieurs reprises, dégagé le ballon loin de la surface ou en corner.

Bouhours 3/5 : on a peur pour sa descendance après le coup de pied mal-placé d’Angoula la semaine dernière mais pour son présent, pas de quoi s’inquiéter. Sobre, appliqué et pas trop mis en danger.

Mostefa 3/5 : de l’impact dans ses interventions et une bonne présence défensive, surtout dans et aux alentours de sa surface. Plus haut, l’algérien a eu plus de mal.

Lasne 3/5 : s’il a mis du temps à se montrer dans ce match, il s’est ensuite décuplé. Dix Lasne sur le terrain – et non pas Dylan sur le terrain – c’est toujours précieux, surtout quand celui-ci n’hésite pas à tout donner dans les duels. Par contre, niveau frappe, il faudra repasser. Ses deux premiers tirs furent plus écrasés que des chataîgnes en purée. Il se rattrapa juste avant la mi-temps, d’une volée puissante, repoussée des points par Audard.

Cavalli 3/5 : certains pensent que Cavalli est le plus grand bandit corse depuis les frères Bonelli mais force est de constater qu’en fait, il est loin d’être un escroc sur le terrain, même si toutes ses passes n’arrivent pas à destination. Avec des mecs constamment hors-jeu comme partenaire, Cavalli a fait de son mieux niveau précision. S’il a couru partout, il reste un ou deux points noirs dans sa prestation. Celui de s’énerver encore trop facilement, contre lui et contre ses coéquipiers.

Belghazouani 3/5 : pour changer, il est revenu défendre. Pour changer, il a bien débordé et posé des problèmes aux adversaires SANS être précis dans le dernier geste pourtant.

Sammaritano 3/5 : c’est bien beau de courir dans un fort, de marcher sur un tapis roulant avec des sauts d’eau ou de chercher des indices au milieu de rats, de serpents ou d’insectes mais il faudrait surtout penser à marquer et à conclure les occasions en or. Actif, Sammaritano a encore pêché dans la finition.

Mutu 4/5 : revoir Mutu sur le terrain après trois semaines d’absence c’est comme revoir sa copine après un mois loin l’un de l’autre. Résultat l’abstinence a pris fin et tu te rends compte que t’es vraiment amoureux. De la disponibilité, des appels, des hors-jeux, des gestes de grandes classes et un beau toucher de balle mais aussi un but de la tête refus injustement refusé pour un hors-jeu à la 18ème minute. Le genre de joueur qui change tout.

I RIMPIAZZANTI :

Diarra, 64ème minute, NN : Diarra aurait dit : « J’ai marqué un but mais Monnet-Paquet l’a arrêté ».

Faty, 83ème minute, NN : RAS.

Begeorgi, 87ème minute, NN : un jour il jouera plus de dix minutes en Ligue 1. Un jour.

La semaine prochaine, ce sont nos amis marseillais que nous rencontrons au stade Vélodrome, vendredi soir à 20h30. L’occasion de sortir les chants anti-marseillais et d’assister à une victoire de l’ACA.

Perfettu Erignacci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.