Amiens-Nancy (1-0) : La Chardon à Cran Académie souffre de la chaleur

L’été. Les rayons dardés sur nos crânes vides d’humains. Pas assez d’UVs, trop de crème solaire pour éviter le cancer généralisé qui résoudrait tous nos problèmes. Pas assez de nuage et d’ombre au-dessus de nos têtes en dépit des ténèbres qui habitent notre for intérieur. Le contraste est saisissant entre notre vie intérieure faite de déchets nucléaires noétiques, de névroses invincibles, de tortures auto-infligées, et un joli hâle qui vu de l’extérieur, laisserait presque croire à des signes de bonne santé. Cette saison de tous les espoirs (déjà) déçus entrevus au printemps, lorsque quelque renaissance semble promise, nous rend à notre condition de batracien à l’haleine putride, à peine plus intéressé par le fait de s’épanouir hors de sa mare de boue que par ce bête sentiment métaphysique d’être toujours menacé la nuit venue par une voûte céleste constellée des étoiles indifférentes que de trop longues années de supportariat ont pourtant commencé à éteindre les unes après les autres. Mais pourquoi je vous parle de tout ça, moi ?


Les notes

Valette 2/5
Il a beau dégager de l’assurance, il encaisse TOUJOURS. ET LE CAS EXTREMEMENT SUSPECT DES ACCUSATIONS QUI PORTENT SUR LUI D’AVOIR TENTÉ DE VIOLER UNE MINEURE N’A TOUJOURS PAS ÉTÉ TRANCHÉ, NON MAIS TU CROYAIS QUE J’ALLAIS T’OUBLIER SOMBRE DOUBLE RACLURE ????

Karamoko 2/5
Footballeur le jour, meuble de camping la nuit, il aurait été surpris entre chien et loup à déplier ses membres pour offrir à ses adversaires un plateau sur lequel poser olives et anisette, le tout en pleine remontée de balle. Il va falloir s’habituer aux nouveaux horaires de match.

Seka 3/5
Il est grand et costaud, certains y voient sûrement un frigo mais dans cette Ligue 2 aux exigences physiques délirantes, il n’apparaît finalement que comme un honnête central capable de livrer des matchs stylés malgré les carences évidentes de ses coéquipiers.

El-Kaoutari 2/5
On l’attendait calme et premier relanceur, on a eu l’Abdelhamid qui envoyait des saucisses directement sur le parking sous pression.

Ciss 3/5
Combatif et plutôt malin, il a pourtant eu fort à faire face à des adversaires qui ont choisi la simulation pour le pousser à la faute.

Haag 3/5
La moyenne pour le jeune nouvel entrant dans le onze, car il a fait un match courageux et ne s’est pas caché. On se doute qu’il ne tardera pas à rentrer dans le rang de la médiocrité, mais en attendant on s’interdit de le défoncer.

Akichi 2/5
Un exemple. Mais pas toujours de ce qu’il faut faire.

Bassi 1/5
On n’avait pas dit que vous deviez partir, jeune homme ?

Biron 3/5
Comme pour Haag, c’est la note d’encouragement qui prime ici car en dépit d’une maladresse qui nous a semblé congénitale (mais nous ne sommes pas généticien – on sait juste comment la repérer au premier coup d’œil, allez savoir pourquoi), il a produit quelques beaux débordements et n’a eu de cesse d’appeler le ballon.

Cissokho 2/5
Essayer, toujours essayer sans jamais se lasser, refaire, reproduire, c’est cela toute l’abnégation de cet ailier qui tel le Robben blanc, réussit à chaque fois son dribble. Ce qui est juste un peu bête c’est qu’il est le seul qu’il parvienne à dribbler et que chacune de ses tentatives se solde par une perte de balle. Mais il essaye ! Comment lui reprocher.

Triboulet 3/5
Ses prises de balle nous évoquent les heures auxquelles l’ASNL comptait des joueurs de foot dans ses rangs. On va voir désormais ce que ses frappes valent, mais pour cela il va falloir que ses petits copains comprennent qu’il a besoin d’être servi dans les pieds.

Note artistique de l’équipe : 2/5

Notre groupe est trop jeune, à l’exception de cadres prétendus qui ne sont pas au niveau. La vente a capoté, avec elle la promesse de recrutements délirants. Garcia est une nouvelle fois obligé de se reposer sur des pousses prometteuses du centre de formation mais on sait bien qu’il est trop tôt pour ces jouvenceaux car s’ils étaient vraiment au niveau, ils auraient déjà filé au Bayern ou au Barca.

On a joué dans un stade au trois quarts vide en raison d’une épidémie qui menace encore d’interrompre la saison et qui avant même les préfets, a déjà eu raison de l’ambiance. Les instances ont encore modifié les règles de manière à avantager les plus larges effectifs sans la moindre concertation.

Le climat de la Lorraine est froid et sec, la sécheresse s’est installée et menace la forêt vosgienne. L’activité économique est en berne et le robinet des dotations fermé. La mairie de Nancy vient de passer à gauche.

Bref, c’est la reprise, le retour du foot, ça fait du bien, on est content de vous revoir.

Marcel Picon

Marcel Picon

Ras le cul de toutes ces conneries.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.