ASSE – ESTAC (2-1) : la Forez Académie renverse la vapeur

Plus que quatre rencontres à disputer, et les Verts sont toujours invaincus depuis 12 mâches maintenant. Faisez le.

Le match résumé en 1 phrase : « Et Robert est arrivé… »

Après un mâche décevant face à Strasbourg, les Verts retrouvaient le Chaudron avec en ligne de mire cette 5e place. S’ils ne la raviront pas à la fin de cette journée, malgré la victoire, Sainté réalise une belle opération en se hissant juste derrière, à la 6e place donc, à un petit point de Nice. Il reste 4 mâches, dont Montpellier et Bordeaux, concurrents directs dans cette course à l’Europe. Les Verts arrivent lancés, ils pourraient bien réaliser l’impensable et décrocher un ticket pour l’Europa League alors qu’ils étaient seulement 16e au soir de la 22e journée…

 

La compo :

Perrin est toujours blessé et risque même de louper les 2 prochains mâches. Selnæs est quant à lui suspendu. Devant, pas de Beric, et titularisation surprise pour N’Tep qui est pour l’instant la seule recrue de ce mercato d’hiver qui ne donne pas satisfaction.

 

Le mâche :

Les Verts ont pris la sale habitude de mal démarrer leurs mâches. Et ils ne font pas exception à la règle face à Troyes : Subotic foire une relance qui semblait facile, Nivet contre la balle et sert ensuite Niane qui n’a plus qu’à pousser la balle dans le but (0-1, 8e). Les Verts ont la main mise sur le ballon, parce que Troyes s’est recroquevillé dans ses 25 derniers mètres, mais n’arrivent pas à trouver la faille. N’Tep est transparent, et il cède logiquement sa place à la pause à Beric. C’est le tournant du mâche : en six minutes, le Slovène va trouer deux fois la défense troyenne. D’abord sur un coup-franc d’Hamouma qu’il smashe pour égaliser (1-1, 68e). Puis sur un contre, avec un caviar du même Hamouma qu’il glisse au fond d’un plat du pied sécurité (2-1, 74e). Il marquera même un troisième but, refusé pour hors-jeu (.net). On en restera là, les Verts gagnent une nouvelle fois sans forcément convaincre, mais on va s’en contenter.

Sainté s’est tiré une balle dans le pied en concédant l’ouverture du score. Une grosse erreur de Subotic et voilà les Verts obligés de courir après le score. Face à une équipe qui joue sa survie en Ligain, il aura fallu tout le talent de Beric pour percer les deux lignes de cinq joueurs qu’avait dressé Garcia devant ses cages. Et la lumière n’est pas venue de N’Tep, une nouvelle fois très décevant et qui a été sorti à la mi-temps. Il a perdu son explosivité, qui était quand même la base de son jeu. Heureusement pour nous, Hamouma avait décidé de lever au moins une fois sa balle sur un coup-franc, et de retrouver des cannes pour le deuxième but. Vendredi soir, mâche à la Mosson, avec sans doute Selnæs de retour, mais toujours pas de Perrin. Une bonne performance là-bas passera forcément par éviter de prendre un but dans les dix premières minutes, et surtout retrouver un fond de jeu comme on a pu le voir face à Nantes ou Paris. Il reste seulement 4 mâches, ça serait dommage d’être revenu de l’enfer pour craquer à deux mètres du bol de sangria.

Quand dans ton cours de technologie, tes 4e font n’importe quoi avec le poste de soudage.

 

Le résumé du mâche :

 

Les notes :

Ruffier (pépouze, 3/5) :

Il a finalement été peu inquiété sur ce mâche, et quand il a pu l’être, il a pu compter sur sa défense pour le suppléer. En mode RTT.

Debuchy (vengeance, 3/5) :

Il a pris un gnon qui lui a ouvert l’arcade, du coup il s’est payé un mec sur le but de Beric. Faut pas la faire chier, ma Bûche. Énorme retour aussi sur Obiang à qui il enlève quasiment un but.

Subotic (à 2 doigts, 2/5) :

Son erreur a failli nous coûter cher, surtout que c’est sa seule du mâche. Derrière, il a été plutôt tranquille, peu inquiété par des Troyens qui cherchaient plus à défendre qu’à attaquer.

Théophile-Catherine (solide, 3/5) :

Au contraire de son comparse, il n’a pas fait d’erreur. Plutôt bon dans les duels, il a relancé proprement et s’est comporté en patron. Plutôt rassurant quand on sait que Perrin ne revient pas tout de suite.

Gabriel Silva (monte en gamme, 3/5) :

Omniprésent sur son côté gauche, il a été l’un des meilleurs sur le terrain. Même s’il a du déchet, il a poncé son couloir dans tous les sens et s’affirme de plus en plus au sein de cette équipe.

M’Vila (big boss, 3/5) :

Impressionnant, encore une fois. Le mec ne semble jamais fatigué, jamais en-dessous. Il bouge tout le monde sur le terrain, adversaires comme partenaires, et stabilise le milieu : avec lui sur le terrain, tu sais déjà que le milieu adverse va prendre cher.

Diousse (à revoir, 3/5) :

Il a fait les frais de la réorganisation de l’équipe, alors qu’il faisait plutôt un bon mâche. Bon complément de M’Vila, Asssane est sans doute la seule recrue de cet été (hormis Cabella, seulement prêté) qui aura donné satisfaction.

==> remplacé à la 46e par Beric (inspecteur Harry, 4/5), un doublé en six minutes, et une confiance qui revient au galop. L’inspecteur a fait mouche avec son gros calibre.

Cabella (méforme, 2/5) :

Il a touché beaucoup de ballons (117), sans forcément arriver à les bonifier. Il semble marquer un peu le pas, après avoir marché sur l’eau pendant 1 mois. Allez Rémi, il ne te reste que 4 mâches, fais un effort.

Hamouma (double face, 4/5) :

Une première mi-temps insipide, une deuxième décisive. Deux bonbons généreusement offerts à Beric, et Romain vient de découvrir qu’il pouvait de nouveau apporter à l’équipe autrement qu’avec une coupe de cheveux dégueulasse.

==> remplacé à la 78e par Hernani (non noté), aucun souvenir de son mâche. En même temps, il n’a joué que 11 ballons…

Bamba (rôle ingrat, 3/5) :

Il a souvent servi les autres, sans jamais être servi en retour. Quelques occasions dont une frappe de loin sortie par Zelasny, mais pas grand chose non plus.

N’Tep (bide et musique, 1/5) :

Le seul pari que Gasset-Printant auront raté (jusque là) porte un double prénom de tueur en série, mais il est aussi inoffensif qu’un petit poussin. On va voir si les sorciers arriveront à le relancer sur ces 4 derniers mâches, mais j’ai un petit doute.

==> remplacé à la 46e par Monnet-Paquet (moui, 2/5), plutôt quelconque. Mais son entrée a aussi permis aux Verts de jouer plus haut.

 

La question minitel : la question ne compte pas s’arrêter là.

Et ben on s’en sort bien, encore une fois. Beric claque son doublé, et place les Verts dans une très bonne position avant d’aller jouer Montpellier. Mais on en retient quoi de ce mâche ?

Robert loin devant sur cette question. Son doublé a marqué les esprits, normal. En tout cas, ça fait plaisir de le voir scorer régulièrement dans son jardin puisque 14 de ses 16 buts sous le maillot vert ont été marqués dans le Chaudron. Deuxième place pour le patron M’Vila qui est en train de retrouver un niveau qui pourrait le porter en équipe de France, rien de moins. Dommage pour lui qu’il n’ait démarré sa saison qu’en janvier. Enfin, ça n’est pas arrivé souvent mais il y a une égalité parfaite pour la 3e place : vous n’avez pas réussi à départager la relance anale de Subotic et les deux passes décisives d’Hamouma. De mon côté, y’a un des deux gestes que je n’ai plus envie de revoir.

 

Roland Gromerdier

 

HorsJeu recrute donc si le cœur vous en dit, lancez-vous !

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

Un commentaire

  1. Bravo à nos jouôrs, que le stade a quand même sifller à la mi-temps ! Après une si belle série, fallait oser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.