ASSE – MHSC (0-0) : la Forez Académie se rendort

Un mâche qui a tenu toutes ses promesses : c’était nul à chier.

Le match en 1 phrase : « Une équipe décimée, un Ruffier le plus capé »

Les oppositions entre Sainté et Montpellier n’ont jamais été de grands moments de plaisir, sauf quand la neige s’en mêle (ici ou encore ). Cette fois, pas de flocons à l’horizon donc on s’est un peu emmerdé, même si Ruffier a assuré le spectacle dans ses bois.


La compo :

Khazri, Saliba, Fofana, Debuchy, Cabaye, Hamouma, Beric, Monnet-Paquet, Silva. Ce n’est pas le onze titulaire des Verts, et pourtant ça y ressemble. Non, ce sont tout simplement les blessés avant ce mâche. On voit bien que le Glaude n’avait pas forcément beaucoup de solutions au moment d’aligner une équipe au coup d’envoi, du coup il fait avec les moyens du bord. On remarquera quand même, encore une fois, que Diony est absent du groupe et que Puel a préféré prendre Edmilson, jeune joueur bissaoguinéen arrivé cet été, 2 mâches de CFA2 au compteur depuis le début de la saison seulement. Allez, on ne va pas se mentir : ça sent le saucisson pour le Toro Loco qui aura donc vu passer 4 coaches (je ne compte pas Sablé) et à faire l’unanimité sur le fait de l’écarter de l’équipe.


L’avis sur le mâche :

Et ben, c’était pas terrible. Des deux côtés. En fait, ce mâche est à l’image de la Ligain cette saison : deux équipes qui ne manquent pas de bonne volonté, mais qui font preuve d’une maladresse technique assez consternante parfois. Et au final, c’est comme ça qu’on se retrouve avec 5 points d’écart entre le 4e (Bordeaux) et le 15e (Nice) après 14 journées de championnat. Va pas falloir bégayer quand on va se retrouver avec Angers et Nantes à la lutte pour une place européenne à la fin de la saison (et je ne dis pas que ça ne sera pas mérité) : à la veille de l’arrivée de Mediapro et des droits TV colossaux qu’ils sont censés injecter en Ligain, j’en connais qui doivent avoir les fesses qui font bravo. Sur le pré, pas grand chose à signaler si ce n’est que Kolo est toujours aussi nul, Boudebouz a laissé son football dans l’Hérault, et on espère qu’il pourra le récupérer au mâche retour (c’est le 08/02 quand même…), alors que Ruffier confirme une nouvelle fois qu’il est l’un des gardiens les plus dominants de ce championnat. Il rentre dans l’histoire de l’ASSE en devenant le gardien ayant le plus porté le maillot des Verts en première division, avec son 304e mâche, et dépasse la légende Curkovic. Prochain rendez-vous jeudi en Europa League, avec sans doute aucun retour dans le groupe. Gênant à l’heure d’aborder ce rendez-vous de la dernière chance face à La Gantoise : un autre résultat qu’une victoire scellerait sans doute l’élimination des Verts.

Résultat de recherche d'images pour "ruffier"
Durée de la vidéo : 3h45 (sans les bonus)

Le résumé du mâche :

Ce que vous ne verrez pas dans ce résumé:

  • Le tacle « tondeuse à gazon » de Kolo en pleine surface ;
  • Le pied dans la tronche que ramasse Bouanga dans la même surface, en 1e mi-temps ;
  • Boudebouz, mais ça, c’est normal.

Les notes :

Ruffier (que dire de plus ?, 5/5) :

Il sauve encore une fois un point, et je pense qu’un jour il faudra se pencher sur le nombre de points engrangés par les Verts sur lesquels il est directement impliqué. Tout simplement le meilleur gardien que j’ai vu jouer à Sainté.

Moukoudi (mollusque, 2/5) :

Il rentre la tête comme une tortue dans sa carapace sur la grosse occase de Laborde, et c’est dommage parce qu’il n’a pas été le pire dimanche. Mais bon, c’est encore un peu tendre quoi, une sorte de calamar alors qu’on aimerait avoir une bonne pièce de bœuf.

Perrin (ben non, toujours pas, 2/5) :

Toujours pas convaincu par l’apport du cap’tain cette saison. Il a pris un jaune, il aurait même pu en prendre un deuxième. Sur chaque course, il me donne l’impression d’être au rupteur, et je sens que le moteur va pas tarder à lâcher.

Kolodziejczak (Ocean’s five, 1/5) :

L’escroc venu du Mexique continue de se faire une place au soleil du côté des titulaires, profitant des blessures pour jouer malgré un niveau florentinpogbesque. Puel a recadré en conférence de presse certains joueurs qui ne feraient le travail invisible nécessaire pour le haut niveau. Sûr que Timothée Taco a dû sentir ses magrets frémir en entendant ça.

Honorat (on aura ?, 2/5) :

Il a fait quelques bons débordements en première mi-temps, avant de s’éteindre et de disparaître. Honorat-rement titulaire, ce mâche ne risque pas de jouer en sa faveur.

Camara (capillairement parlant, 3/5) :

Il a joué beaucoup de ballons, il en a perdu certains, il a gagné d’autres. Dans le jeu, c’est ni bon, ni mauvais. Par contre, au niveau des cheveux, si on a perdu l’ananas de Diony, pas sûr qu’on y ait gagné avec les œufs brouillés de Mahdi.

Youssouf (brouillon, 3/5) :

Il court vraiment énormément, mais du coup, on a l’impression qu’il se disperse un peu au fil du mâche, et que du coup, il perd en efficacité. Maintenant, on ne va pas engueuler l’un des rares qui essaie de jouer vers l’avant, hein ?

Trauco (el condor no pasa, 2/5) :

On savait que les Péruviens pouvaient être doués pour jouer de la flûte, on en a la preuve avec Miguel. Réputé bon contre-attaquant mais piètre défenseur, il n’a été ni l’un, ni l’autre dimanche après-midi. Rendez-nous Polomat, lui au moins il était capable de se battre (avec ses coéquipiers).

Boudebouz (el mago, 1/5) :

Le temps d’envoyer une reprise du droit dans les tribunes, et pouf, disparu. Ryad se la joue Houdini et ne laisse derrière lui qu’un petit nuage de fumée blanche, dans la plus grande tradition des prestidigitateurs d’antan.

==> Remplacé à la 60e par Benkhedim (non noté), qui a été à deux doigts d’adresser sa première passe décisive en Ligain, goinfrée par les attaquants stéphanois.

Bouanga (éclaircie, 3/5) :

Rencontre après rencontre, il prouve qu’il est le meilleur joueur actuel de l’effectif. Dans Bouanga, y’a de l’eau oui mais pas trop.

==> Remplacé à la 82e par Edmilson (non noté), inconnu au bataillon qui a bien failli marquer pourtant.

Nordin (formation classique, 2/5) :

Il tape l’équerre (Casillas) de Rulli, mais il saccage aussi une belle passe en retrait de Benkhedim. Pas de doute, il a bien été formé à Sainté.


La question minitel :

Toujours pas de défaite, mais c’est pas une victoire non plus. Sainté cafouille une nouvelle fois à domicile, rageant. Mais on en retient quoi de ce mâche ?

Presque 2/3 des votants ont choisi la Ruff’ comme vainqueur. Tellement logique, c’est bien la seule vague qu’il n’a pas su arrêter ce week-end. Loin derrière, bien calé dans son canapé, Loïs Diony vous juge et se dit que, de toute façon, rien ne l’empêchera de palper son salaire en bouffant des chips sur son canapé, pas même vos votes. Encore plus loin,  Kolo et sa défense toute en douceur mexicaine, celle des quartiers populaires de Tijuana. Dernière place pour Boudebouz, qui a presque réussit à disparaître de ce classement là-aussi, un vrai talent décidément.


Roland Gromerdier


HorsJeu recrute donc si le cœur t’en dit, lance toi en cliquant sur le bouton plus bas! Et si tu veux juste nous aider un peu à produire des contenus de qualité, alors tu peux faire un don, en cliquant juste à côté.

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

2 commentaires

  1. Petit correctif si tu me permets : Edmilson est bissaoguinéen, et non guinéen. La principale étant que du coup le français n’est pas sa langue natale, puisque les bissaoguinéens sont lusophones.

    PS : et en attendant, même avec la moitié de l’effectif à l’infirmerie, c’est toujours 0 défaite pour Puel ;)

    • Précision utile, j’avais mal compris du coup. Je vais corriger.

      Et toujours pas de défaite, oui. Mais seulement 2 petites victoires à domicile pour le Glaude depuis qu’il est là il me semble. Jeudi, pas le choix par contre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.