ASSE / Nîmes (2-1) : la Forez Académie croque les crocos

Unchain my heart, enchaîne les victoires.

Le match résumé en 1 phrase : « On a eu chaud ! »

Oui, les Verts ont eu chaud. En encaissant un but très rapidement, et en voyant Debuchy découper tout ce qui lui passait à côté des crampons, on s’est dit que ça serait dur de gagner ce mâche. Seulement voilà, le karma a rattrapé Ferri (maigre consolation quand même) en lui glissant une peau de banane sous le pied devant Cabella, avant de voir sa victime d’un triste soir de derby venir planter le but victorieux d’un extérieur tout en toucher. Les Verts s’imposent, et ne mettent pas leur championnat sur pause : ils dérobent la 4e place à l’OM et restent plus que jamais en course pour l’Europe.


La compo :

Pas de Saliba en défense centrale, retour de Debuchy à gauche, et Nordin titulaire devant. Voilà pour les nouveautés. Pour le reste, du classique, sachant que Perrin et Silva sont toujours blessés, tout comme Salibur, et que Khazri est encore suspendu. Robert est toujours aligné en pointe pour le plus grand bonheur de Diony (non, bien évidemment).


Le mâche :

On avait l’habitude que ce soit les Verts qui marquent très tôt, pas cette fois. Perte de balle dégueulasse d’Aït Bennasser au milieu de terrain, plein axe, sur une passe manquée, et derrière ça explose. Transmission millimétrée de Savanier d’un superbe extérieur vers Bouanga côté droit qui centre sans contrôle vers Bobichon, tête décroisée en pleine lucarne (0-1, 2e). Les Verts réagissent vite avec Beric qui sollicite 2 fois Bernadoni (du pied, 3e, et de la tête, 4e), sans succès. Nordin va nous faire rêver avec ce dribble derrière la jambe d’appui pour éliminer Lybohy, mais sa frappe du droit est trop écrasée pour surprendre le gardien (18e). Heureusement, les Nîmois ont Jordan Ferri qui va glisser et se chier dessus devant Cabella : le Corse pas encore à Las Vegas va ensuite défier Bernardoni  qu’il efface d’un subtile (Gérard) piqué pour égaliser (1-1, 24e). Les Verts sont mieux et Debuchy va même toucher le poteau sur un centre d’Hamouma (28e). Nordin (41e), Aït Bennasser (42e) tenteront de loin, tout comme Bobichon en face (45e), mais le score en reste là à la mi-temps.

La seconde période verra les Nîmois revenir dans la partie. Si c’est Nordin qui allume la première mèche d’un tir lointain (50e), Bouanga (61e) et surtout Bozok (64e) qui frappe la barre sur une tête à bout portant nous font passer des sueurs froides. La plus grosse descente d’organe aura quand même lieu sur ce pied haut de Subotic sur Bozok qui aurait été sanctionné d’un penalty dans 90% des cas. Pas ici, tant mieux pour nous (70e). Et alors que les Nîmois étaient sur leur temps fort, ils vont se faire crucifier : galette de Vada pour Beric qui reprend de l’extérieur l’offrande et la glisse au fond des filets. L’arbitre assistant lève son drapeau, le VAR lève son doigt : il n’y a pas hors-jeu(.net), le but est validé (2-1, 80e). Ruffier détournera au sol une dernière frappe de Bouanga (90e), mais plus rien ne sera marqué, les Verts l’emportent dans la douleur, mais l’emportent quand même.

Avec de la réussite, mais aussi pas mal de talent (le 2e but par exemple est superbe tant au niveau de la passe que de la finition), Sainté s’impose à domicile, condition sine qua non pour arriver à se qualifier pour une coupe d’Europe la saison prochaine. Debuchy aurait pu quitter ses partenaires très tôt dans le mâche, Aït Bennasser a été catastrophique au milieu, et Subotic a bien failli décapiter Bozok, mais au final ça passe. Même si la manière n’y était pas, le résultat est là, et c’est bien tout ce qui compte dans cette fin de saison. Tout n’est pas non plus à jeter sur ce mâche, avec par exemple un très bon Nordin même s’il n’a pas marqué, un Cabella qui a fait du bien et un Beric toujours aussi décisif. Surtout que le contexte n’aidait pas vraiment les joueurs, avec un stade à moitié rempli à cause d’un horaire moisi (lundi à 20h30), et des Magic Fans qui avaient décidé de donner régulièrement des coups de sifflets depuis les tribunes pour justement afficher leur mécontentement face à ce décalage de mâche. Bon, perso, je ne suis pas convaincu par cette action qui a plus perturbé les joueurs que vraiment emmerdé la ligue. En attendant, les Verts sont 4e, un point devant l’OM et trois devant Reims qui doit encore jouer à Strasbourg mercredi. En espérant que les All… les Alsaciens surfent sur l’euphorie de leur victoire en Coupe de la Ligue, et nous filent un petit coup de pouce dans cette lutte à 3 pour le pied du podium.

https://lh4.googleusercontent.com/yF_-c3fggOGKJ9M69kVFnRRwx6MXk-NvgUSZPKIZ8XKk68H_ZWOXiz4ixZDalsl2smFALLs65g=w752
Directement dans les veines.

Le résumé du mâche :

A venir…


Les notes :

Ruffier (impec’, 4/5) : il ne peut rien sur la tête de Bobichon, mais il a parfaitement assuré le coup derrière en sortant plusieurs parades décisives. Le mec nous aura fait gagner plus de points que Diony et Salibur réunis, le tout en jouant avec un tractopelle devant lui. Masterclass.

Debuchy (grille le feu, 2/5) : il doit prendre un rouge au bout d’un quart d’heure pour deux tacles beaucoup trop engagés. Il s’est ensuite calmé, a mis un poteau et tout est plus ou moins rentré dans l’ordre sur son côté.

Subotic (houraken, 2/5) : son high kick aurait dû lui valoir un penalty, mais en l’absence de mâche dans la banlieue, c’est sur nous que le Dieu Penalty a décidé d’accorder sa bénédiction. Une vitesse toujours négative, on ne va pas juste le garder pour que les Verts restent l’équipe préférée de Klopp en Ligain.

Kolodziejczak (extincteur, 3/5) : avec un côté droit en feu, il fallait bien un pompier pour éviter que la maison brûle. Il a su jouer ce rôle, même s’il s’est fait surprendre par le barbecue allumé par Aït Bennasser au milieu de terrain : c’est toujours de l’intérieur que vient la menace la plus grande.

Polomat (surpuissant, 2/5) : des greuaaaaaaaaaands centres qui partaient au 5e poteau (celui qui sert à attacher les vélos près du tram), des appels au ralenti, de la air-défense. PYP ne sera jamais appelé en équipe de France, mais je pense qu’il s’en bat les couilles.

M’Vila (popopopop, 3/5) : sa passe en demi-volée était superbe, ses transversales aussi. Il a encore rayonné dans le centre du jeu, pas aidé par son binôme pourtant. L’envie d’avoir envie de gagner ces trois points.

Aït Bennasser (allez…, 1/5) : … j’avoue, je pensais qu’on avait trouvé un bon joueur avec Aït Bennasser. Sauf que depuis quelques mâches, il est plus proche de Pajot que de Selnæs. Festival de mauvais choix et de pertes de balles dangereuses, encore un qu’on ne regrettera pas en fin de saison s’il continue comme ça.

==> remplacé à la 66e par Vada (non noté), 1er but la semaine dernière et 1e passe décisive cette fois. Supersub.

Cabella (revanchard, 4/5) : il avait allumé les mecs qui ne comprenaient rien au foot au fond de leur canapé après la victoire face à Caen, mais sans marquer. Cette fois-ci, il l’a fait et il n’a pas bombé le torse sur les rézosocios. Il a été utile dans la construction des attaques, quitte à parfois décrocher très bas pour toucher le ballon, mais il a toujours ces gestes superflus comme ces passements de jambes ou les pires, ces passes aveugles de merde pour un joueur à 3 m de lui et en plein milieu de terrain.

Nordin (manque pas grand-chose, 3/5) : il a été vif et percutant sur son aile, il  lui a juste manqué la finition. Arnaud confirme qu’il est dans une bonne passe, et c’est tant mieux : comme ça, on évite de voir Diony ou Salibur à sa place.

==> remplacé à la 74e par Diony (non noté), le taureau n’encorne plus grand-chose avec ses deux cure-dents. Sa plus belle frappe, il l’a réservée pour la bouteille d’eau au bord du terrain, quand il est sorti.

Beric (même joueur marque encore, 4/5) : il s’est procuré des occasions, et au départ on s’est dit qu’il n’allait pas marquer tant Bernardoni semblait aimanter ses frappes. Et il aura suffi d’un caviar de Vada pour que Robert délivre le stade d’un extérieur soyeux. Beric, c’est 5 buts cette saison pour autant de victoires des Verts. Et on se demande pourquoi Gasset a autant insisté avec la vachette…

Hamouma (quand est-ce qu’on rejoue Caen ?, 3/5) : il a été plutôt bon en début de mâche avec quelques débordements incisifs, puis il a disparu comme trop souvent. Un peu comme ce pote qui veut bien boire une autre tournée, mais qui prend la couleur des murs dès qu’il s’agit de mettre la sienne.

==> remplacé à la 83e par Ghezali (non noté) qui a eu le temps de prendre son jaune, Renaud aime ça.


La question minitel :

Saintétiennecoupedeurope ! Une victoire à l’arrachée, mais une victoire quand même. On va peut-être arrêter de se plaindre quand ça tourne en notre faveur, neuon ? Mais on en retient quoi de ce mâche ?

Au coude à coude comme un symbole, Ferri et Beric. Ils s’étaient croisés dans des ciconstances terribles pour le Slovène, il a pris une petite revanche sur ce mâche. Même si ça ne lui rendra pas ses croisés, Bob savoure son retour en grâce pour celui qui a marqué 86% de ses buts dans le Chaudron. Hommage à la Ruff’, encore une fois. C’est dur pour les gardiens qui sont derrière lui (et notamment les jeunes) parce qu’il ne leur laisse rien pour espérer, il ramasse tout jusqu’à la dernière miette. Dernière position pour le duo anal du côté droit : des bouchers, chacun dans leur style, y’en a un peu plus j’vous le laisse ? Ben un peu mon con, laisse moi encore sur le terrain, merci Karim Abed.


Roland Gromerdier


HorsJeu recrute donc si le cœur t’en dit, lance toi en cliquant sur le bouton plus bas! Et si tu veux juste nous aider un peu à produire des contenus de qualité, alors tu peux faire un don, en cliquant juste à côté.

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.