Barça – Seville (2-1), La Blaugrana Académie dessaoule et livre ses notes

Traumatisme post San-Siro ?

 

Voilà les Catalans revenus à leur cour de récréation. Une Liga pliée et déjà en poche. Cette réception de Séville était plus dans le thème de la remise en question, « suis-je toujours le plus fort ? » ou encore « ma tactique marche-t-elle toujours quelque soit la situation ? ». Une question existentielle qui trouvera un semblant de réponse chez l’équipe des remplaçants. Villa et Sanchez titulaires en même temps, Fabregas et Puyol dans les tribunes en compagnie d’un revenant, Xavier sur le banc de touche et V2 capitaine du soir. Plusieurs éléments qui laissent perplexe. Ce turn-over est d’autant plus normal vu le Clasico de ce Mardi pour le compte de la demi-finale retour de la Coupe de Juan Carlos.

Et autant le dire tout de suite. Tous ceux qui ont pris part à cette mascarade milanaise ont laissé transpirer le doute dans chaque toucher de ballon, chaque passe et chaque contrôle. Ils ont été atteints au plus profond de leur colon. Naturellement, seul le Don jouait dans son registre, à savoir, percussions et accélérations avec sa classe naturelle.

Séville en bon élève, appliquait la tactique de l’autocar, bus ou bus-tram,  c’est selon, si bien exécuté par Milan. Et cette première mi-temps leur a bien réussi, à ces Sévillans, laissant sentir comme un air de déjà-vu.

Bon, je vous refais pas cette première mi-temps. Il s’agit de la copie conforme de la deuxième mi-temps à Milan. Barça qui domine mais qui n’y arrive pas, Séville qui réussit le hold-up parfait sur sa seule action dangereuse et ouvre le score. Là, je vous raconte pas la tronche des barcelonais. C’est crispé, c’est constipé et ça a failli chialer. Messi qui n’ose plus aller au face-à-face et préfère distribuer le jeu et se débarrasser du cuir, la peur au ventre, Valdes qui n’en peut plus des errements défensifs de son avant-garde, Alves qui pense déjà à aller s’exporter en Chine, avec tonton Seydou. Autant dire que c’est la panique dans la demeure, surtout quand ils rentrent menés au score.

Note marrante : 75% de possession de balle pour les locaux, 25% pour les autres. Les adversaires du Barça ne veulent plus du cuir et préfère jouer la tactique du scorpion. Rapide et létal.

Sauf que la grâce divine s’abat dans les travées du nouveau camp et sauve ce club si cher à mon cœur d’une humiliation dont il se serait passée à l’approche du double Clasico. Tonton Laporta doit se marrer, mais à moitié. Faut pas abuser quand même. Les prochaines élections  à la présidentielle s’annoncent marrantes.

Alves sur un centre trouve la tête de David qui plante l’égalisation d’une tête à reculons. Tout le stade respire.

Messi qui force son moment d’inspiration et fait sa spécialité, dribble transversal, décale Michel Tello du côté gauche qui le  trouve pour le 2-1.

Après ça, se succèdent une multitude de tentatives catalanes avec moins de réussites ou bien sans conviction, c’est selon. Le score ne bougera pas et le Barça gagne d’extrême justesse, ne convainc pas et n’a toujours pas dissipé les doutes. Ca promet pour après.

 

 

Les notes :

Victor Valdes 4/5 :  Je ne me serai pas imaginé dire ça de lui un jour, mais décidément, ce refus de prolonger lui a fait pousser des ailes. Il ne peut rien sur le seul but adverse et sauve les cages plusieurs fois. En ces temps durs et avec une défense pareille, on a besoin de toi Victor, ne nous laisse pas tomber, bordel.

Montoya 2/5 : Assez moyen le jeunot, il a fait ce qu’on lui a demandé, ni plus, ni moins. Un poil moins rapide que Jessica, mais plus carré et réfléchi que l’autre hystérique sous amphétamine.

L’homme Masqué 0/5: Need i say more ?

Piqué 3/5 : Piquémbauer tout en relance et en interception. Il reste la victime préférée des arbitres et se prend des jaunes tout aussi ridicules que sa barbe. Un séjour en Italie agrandirait sa palette du gros fdp des familles. Il est encore trop naïf, la faute à Puyol qui se la joue chevalier du pauvre.

Alves 2+1-1/5 : +1 pour la passe-dé pour David et -1 pour sa couverture freestyle sur le but de Botia. C’est une catastrophe défensive et maintenant que le Barça s’expose de plus en plus défensivement, ça saute irrémédiablement aux yeux.

Song 3/5 : Song aurait été précieux contre Milan. Ce n’est que mon avis, mais devant l’agressivité sévillane, il a physiquement répondu très présent. Techniquement, pas très dégueulasse. Ca ne fait toujours pas Yaya, mais c’est mieux que rien.

Thiago 3/5 : Tout en Joga Bonito, moins en freestyle, Thiago a réalisé quelques jolis dribbles. Ce qui a eu le don d’énerver le Messi. Ses passes et ses contrôles font plaisir à regarder, mais tente de moins en moins quand une opportunité de frappe se présente devant lui. Symptôme Messi-je-te-fais-peur.

David 4/5 : Alors, il a marqué le but de l’égalisation et n’a pas fait grand-chose durant le match. Mais comme le public catalan, j’ovationne David aussi et lui donne un 4 pour l’encourager. Si tu lis mes acad’ David, ne lâche rien, gros big up à toi et à ta barbichette !

Alexis 1/5 : Ca me peine de le dire et j’aime le joueur, mais pour le bien de ta carrière, il vaudrait mieux que tu partes à la Juve. Ce Barça n’est pas pour toi, tu ne t’exprimeras jamais, malheureusement. Dommage.

Messi 3/5 : Un peu tétanisé par le spectre milanais, il a néanmoins montré quelques trucs un poil rassurant, mais pas trop. Ca n’est toujours pas le Messi quadruple ballon d’or. J’espère sincèrement que sa phase à vide ne va pas trop durer, parce qu’il veut tout marquer, eh bah, qu’il assume.

Les remplaçants

Michel Tello 3/5 : Il a montré de belles choses par moments, comme cette passe-dé pour le Messi pour le 2-1. Néanmoins, sa façon de dribbler est humiliante de prévisibilité. C’est fou comme en 2013, on puisse prendre les défenseurs pour des chèvres et penser qu’on peut les éliminer en accélération façon PES 3.

Xavi -/5 : RAS.

Busquets -/5 : RAS.

6 thoughts on “Barça – Seville (2-1), La Blaugrana Académie dessaoule et livre ses notes

  1. Une équipe chiante à mourir. je supporte plus cette manière de jouer au foot. si j’ai envie de voir du handball, je vais regarder un match de handball…
    m’enfin, c’est toujours mieux que le chelsea de 2012.

  2. j’aurai appris une chose aujourd’hui : je ne connaissais pas cette expression idiomatique du ai-je besoin d’en dire plus

  3. Free Alexis Sanchez! Une seule équipe ne peut pas concentrer tous les phénomènes du foot.

  4. Alexis, Afellay, Henry, Villa, ils sont tous partis à Barcelone pour disparaître.

    Et si la Catalonya n’était que ce long tunnel tout sombre et qui sent pas très bon?

  5. @Gustave Suppute :

    Ils choisissent le meilleur club du monde. Faut pas leur en vouloir.

    En bon fan d’Arsenul, tu devrais être content qu’Henry ait rejoint le Barça. Sans ça, il aurait jamais remporté de C1.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.