IRAN – PORTUGAL (1-1) : LA PERSE ET PEAU LISSE Académie finit comme une grande

Shabnam, ma femme, mon amour.

 

 

On a été amis. On a été amants. On a été mari et femme, papa et maman. Tu m’as rendu anxieux, étonné, amoureux, passionné, heureux, fier et serein.

Et pourtant je suis parti…

J’ai accepté ce travail sachant que j’allais m’éloigner de toi. Je me suis éloigné, pour des années en pensant que c’était le mieux pour toi, pour les enfants. Pour moi aussi ? Je ne sais pas… Je crois qu’à l’époque, je ne me rendais plus compte à quel point tu insufflais de la joie dans ma vie. C’est triste à dire, mais je m’y étais fait… D’une certaine manière, j’ai pris le bonheur que tu m’apportais au quotidien comme quelque chose de naturel, de normal.

Quand j’y pense, je trouve ça juste incroyable… Je n’arrive pas à croire que c’est moi qui prononce ces mots… TOUS LES JOURS : tu m’apportais du bonheur… A force : je m’y suis habitué… A la fin : j’ai oublié que j’en avais besoin… Que j’avais besoin de toi…

Et je suis parti…

Shabnam… Mon amour. Pardonne-moi.

Je repense à tes joues que je ne pouvais m’empêcher de pincer avant d’aller au travail… Je pense à ton joli menton que tu posais sur mon torse lorsqu’on s’allongeait, épuisé, le soir sur le canapé. Je pense à ton regard fier lorsqu’il se posait sur moi. Je pense à ta gentillesse. A ton amour infini pour nos enfants. A ta patience envers mes défauts. A ta combativité lors de la disparition de ton frère…

Je… Je… Il y a d’autres choses que je voudrais te dire… Mais… Mais je ne suis pas ce genre de garçon. La douleur que je ressens d’être loin de toi a tout juste réussi à m’arracher ces quelques mots… Mais tu mérites tellement plus que ça…

Je… Je voudrais tellement être le genre d’homme qui saurait t’exprimer tout ce qu’il ressent vraiment pour toi…

Je… Je voudrais tellement arrêter de ressentir cette douleur au fond de mon cœur…

Je… Je… Je m’excuse, Shabnam. Ma femme. Mon amour.

Hmm… Excusez-moi…

Ici… Hmm… le Docteur GrAli… Hmm… Ceci est mon journal de bord – Jour 778… Nous sommes le lundi 25 juin 2018 et… Et… Et je suis ici en mission top secrète à la base nucléaire de Kezab…

 

LE MATCH :

 

 

Que dire de ce match en avant-propos ?

Que l’on s’est battu fièrement. Rien que cela, je pense, veut déjà dire beaucoup. On s’est certes un peu énervé. Mais on a été combatif, déterminé, souvent brillant, et malheureusement : trop souvent imprécis. Par contre, nous nous sommes battus avec nos cœurs, et ça : personne ne peut nous l’enlever.

Qu’est ce que l’on peut retenir de ce match ?

Un petit pont. Encore. Celui de Haji Safi sur Adrien. On dirait que nos joueurs ont pris goût à la taquinerie. Ou alors c’est une manière de se faire prendre tout de suite au sérieux…

 

 

Un arrêt aussi. Celui de Beiranvand. Sur penalty. Face à Ronaldo.

 

 

Le jeu de passes vraiment rapide et précis en contre-attaque, mais pas seulement. Aussi dans la construction. On sent que cette équipe a un puissant sens du collectif. C’est peut-être cela qui manquait parfois. Travailler l’individualité. Une ou deux fois. Juste une ou deux fois. Peut être que cette audace aurait permis d’en mettre un pendant ce match. Je ne sais pas. C’est dur à refaire un match… c’est facile d’en parler en tout cas, donc je préfère m’arrêter là et ne pas savoir s’il y avait rouge ou pas (il y avait rouge !), c’est plus sage.

Stratégiquement, on était au point. On a bien compris que contre l’Espagne, c’était le milieu et les passes qu’il fallait couper. Contre le Portugal, c’était les côtés et les ballons repiqués au centre. On a bien géré tout ça. L’équipe, comme notre coach Queiroz ont été bien inspiré.

Dans le jeu… Nos contre-attaques étaient belles et pertinentes. Malheureusement on a manqué de réalisme. Malheureusement Quaresma est un joueur qui peut faire la différence sur une frappe… Si on rejouait ce match, je pense qu’on pourrait le gagner. Et beaucoup de ceux qui se sont moqués de cette équipe d’Iran avant le début de cette compétition doivent se dire que cette Team Melli méritait d’aller en huitième.

Malheureusement elle est tombée sur trois énormes équipes. La Team Melli, cette petite équipe qui sort comme une grande…

Mais cette génération est jeune, et on la reverra dans 4 ans.

C’est une promesse perse.

 

LA CONCLU DU BARBU :

 

Melli, ma team, ma passion.

Je ne suis pas Iranien. Je n’ai aucune connaissance de près ou de loin avec ce peuple. J’ai vu « Prince of Persia » une fois. Je n’ai jamais joué au jeu. Alors quand j’ai dû choisir une équipe à commenter pour la Coupe du monde, j’ai choisi celle-ci un peu par hasard et aussi afin d’avoir une excuse pour découvrir une équipe, un pays, un peuple.

Et je n’ai pas été déçu.

J’ai vu, sur le terrain, des jeunes combatifs. J’ai vu, dans le public, des Iraniens fous de joie contre le Maroc, déçus mais fiers contre l’Espagne, et en larme contre le Portugal.
J’ai entendu les commentateurs de cette Coupe du monde prononcer l’oraison funèbre de la Team-Melli alors que l’on était encore à la 60e de ce Iran-Portugal. Je ne sais pas quoi penser de ça…

Tout ce que je sais, c’est que même si ce n’était pas ma forcément une équipe de cœur avant cette Coupe du monde, je me sens vraiment triste qu’elle se soit arrêtée si tôt. C’est pour ça que cette acad’ n’a rien à voir avec toutes celles que j’ai pu écrire. Je n’avais pas envie de sombrer sur le terrain de l’humour. J’avais envie de… d’exprimer ce que je ressens vraiment pour une fois. De présenter des hommages propres. Sans tâches. Sans hypocrisie.

C’est étrange tout de même… L’attachement spontané que l’on peut parfois éprouver.

C’est étrange, je trouve… Cette création d’émotions provoquée par ce fameux « grand hasard ».

C’est étrange… Vraiment… De se sentir frère dans la victoire comme dans la défaite avec ces personnes que je connaissais pas il y a 6 semaines et qui eux, ne me connaissent pas du tout, encore aujourd’hui.

C’est étrange comme le Dr GrAli DAEI va me manquer…

Même s’il sera de retour dans 4 ans…

Je vous le jure. Il sera de retour.

C’est une promesse perse.

 

Grali Daei

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.