La Calcio Académie vous raconte la 18e journée de Serie A (20-21) :

Ciao ragazzi,

Comment allez-vous? Ça fait longtemps qu’on s’est pas vus. Une semaine ? OK. C’est pas comme si on tenait les comptes de nôtre côté, tu sais… On est ingrats à la Calcio Académie. On se tape des matches du meilleur championnat du monde, et on en parle comme si c’était normal. Les mecs qui boivent des grands bols de barolo de 30 ans d’âge au petit-déjeuner ne s’en émerveillent même plus. Vous savez. Vous savez pas hein ? En vérité nous non plus. On prend tellement de pied à mater le Calcio qu’on s’en lasse pas. Semaine après semaine, c’est notre barolo à nous (ça et le barolo, parce qu’on est des poivrots qui parlent avec les mains). Et en bonus, on vous offre une journée dantesque avec un Derby d’Italia qui a tenu toutes ses promesses (sauf une pour Roberto Bettegras).


Crotone – Benevento (4-1) :

Et si… ? Et si les Crottes le faisaient ? Avouez que ce serait merveilleux. Déjà, ça fermerait mon claque-merde tellement fort que mes dents en tomberaient (elles sont toutes pourries de toute façon), mais surtout ça récompenserait une équipe qui n’a pas cessé d’y croire malgré une avalanche de branlées toutes plus poignardantes du cul les unes que les autres. Oui mais voilà, les crotonesi vont mieux et ce sont eux qui se trouvent de l’autre côté de la saucisse. On notera le presque but de la saison d’Hetemaj pour le Benevento Calcio. Une reprise somptueuse qui amènera Cordaz, gardien et capitaine de Crotone, à nous sortir l’un des arrêts de la saison. Un match plaisant entre deux anciens pensionnaires de la B qui pourraient bien ne pas la revoir de sitôt.

Buteurs : Glik (4e autogol), Simy (29e et 54e), Vulic (65e) pour Crotone, Falque (82e) pour Benevento.


Inter – Juventus (2-0) :

Le derby d’Italie a tenu toutes ses promesses (quand on ne supporte les juventini). Vidal a une nouvelle fois prouvé son irrépressible besoin de faire parler de lui. Il embrasse les couleurs de la Juve avant de les crucifier sur une tête rageuse. Il fait un câlin à Chielini avant d’essuyer ses crampons sur Ronaldo. Quand il est au centre de l’attention médiatique, Vidal jubile et rayonne. Il a probablement plus couru sur ce derby que depuis le début de la saison tous matchs confondus.

Ne pas confondre « Le baiser de la mort »

avec « Le baisé de la mort »

L’Inter a dominé la Juventus et Conte a battu Pirlo. Le raccourci est rapide et probablement un peu trompeur. Le gang des B a déroulé son talent. Brozovic a maîtrisé le milieu, Barella offre le premier et inscrit le second but et Bastoni a mis dans sa poche tous ses adversaires avec une facilité déconcertante. On prétendait l’Inter moribonde et dépendante de Lukaku, on l’a découvre entreprenante avec une profondeur de banc surprenante.
Le bilan piémontais est bien plus sombre et inquiétant. La Juve s’est montrée fragile et fébrile, sans imagination, sans collectif et sans vista. Le plan, si on peut l’appeler ainsi, consiste simplement à donner le ballon à CR7 et d’espérer un exploit. La Juventus laisse une nouvelle fois des points en route, probablement une fois de trop. Et si le Scudetto restait en Lombardie ? L’Inter et le Milan ne demandent que ça…

Buteurs : Vidal (12e), Barella (52e)


Sassuolo – Parma (1-1) :

Énorme match du Sassuolo qui pourtant ne prend qu’un point grâce à un pénalty à la 94e. Mais les chiffres mentent parfois et c’est bien les Neroverdi qui ont dominé, touché la barre, marqué un but refusé, pour finalement se prendre un but de la tête par Kucka l’ancien Milanais, puis égaliser en toute fin de match.
Comme l’Udinese, bien jouer ne fait pas tout, ça permet néanmoins de maintenir les supporters éveillés et de bonne humeur pendant cette période morne.

Buteurs : Duricic (94’) ; Kucka (37’)


Torino – Spezia (0-0) :

Le Toro a déçu une fois de plus. Ce n’est plus une habitude, ça devient une promesse. La défaite contre le Milan était bien évidement prévisible. Elle était presque déjà comptabilisée avant le match. La réception de La Spezia devait enfin lancer la saison du Toro à domicile. Alors que nous atteignons bientôt la mi-championnat, Belotti et ses petits copains n’ont remporté aucun match à domicile, ce qui, vous le reconnaîtrez aisément, ne fait pas beaucoup beaucoup. Pourtant La Spezia se déplaçait sans sa révélation, Nzola. Pour compliquer un peu plus leur mission, ils se retrouvent rapidement à dix à cause d’un tacle digne d’un artisan boucher-charcutier de Vignali. On joue la neuvième minute. On se dit alors que le Toro va forcément en profiter.

Spécialité culinaire du Toro

On se trompait lourdement. La Spezia a fait plus que résister. Elle s’est créé les plus belles occasions. Baby Agoumé a dominé de sa classe le milieu de terrain. Du haut de ses dix huit ans, il a bouffé un pauvre milieu piémontais. Les ligures ramènent un point amplement mérité. Le Toro n’a toujours pas gagné à domicile et Lo Spezia Calcio peut continuer de croire en son destin.


Atalanta – Genoa (0-0) :

Tellement de tirs, si peu de cadrés… La Dea n’avait pas les yeux en face des trous. Face à un Genoa aussi aventureux qu’un élu d’extrême-gauche au conseil municipal de Neuilly-sur-Seine (#soutine à toi humain imaginaire qui n’existera jamais), ça donne un dzeroadzero pas imbitable à regarder mais qui n’arrange personne. Ni la Dea, qui perd des points sur les équipes de devant sauf la Juve, ni le Genoa qui n’est pas tiré d’affaire, loin s’en faut.


Bologne – Hellas Verone (1-0) :

Match plaisant entre le Hellas Verone, surprise du début de saison et le Bologne de Mihajlovic qui ne fait pas de vague mais qui est confortablement installé dans le ventre mou.
Et avec 28 tirs, ce match était plaisant, aussi plaisant qu’un plat de tortellini aux cèpes, aussi plaisant qu’un filet d’huile d’olive sur une mozzarella, aussi plaisant que notre Calcio adoré.
Bologne glane les trois points sur un pénalty sans contestation possible et stoppe la hype Hellas Verone (qu’on préfère exceptionnellement voir sans ses supporters).

Buteur : Orsollini (19’)


Napoli – Fio (6-0) :

La Napoli a régalé ses tifosi dimanche après midi. Si la Fio de Prandelli ne brillait pas dans le jeu, la défense paraissait solide. Mais les résultats sont parfois un peu trompeurs. Dragowski a tenu plus d’une fois la baraque à lui tout seul. Malheureusement pour les Toscans, le portier Polonais n’a pas fait de miracle au Diego Armando Maradona (On a connu pire comme nom de stade). Faut dire que les Napolitains ont brillé de tous les cotés. Insigne sort un match incroyable. Il marque un doublé et offre un caviar à Lozano pour tuer le match juste avant la pause. La Fiorentina s’est laissée ouvrir en deux et marcher dessus sans réagir. Ils étaient à deux doigts d’en redemander, les coquins. Prandelli s’est excusé pour le match. Il va falloir compter sur autre chose que le choc psychologique pour améliorer la situation à la Viola. Pour le Napoli, tous les espoirs sont permis même s’ils n’auront pas la chance d’affronter la Fio chaque semaine.

Le plan de jeu de La Fio, plutôt fidèle à la recette

Buteurs : Insigne (5e et 72e), Demme (36e), Lozano (38e), Zielinski (45e), Politano (89e)


Lazio – Roma (3-0) :

La Roma attendait le derby de pied ferme. Ahhhh fallait les entendre dans la Gazzetta (oui, les lire), les Giallorossi étaient remontés comme des coucous. On allait voir ce qu’on allait voir. Bon, on a vu. C’était moche. Entre la défense d’une passivité confondante, un milieu inexistant et les erreurs individuelles, les hommes de Da Fonseca ont offert le match aux Laziales.
Dans un stade vide et silencieux, la Lazio a donc fait le travail avec brio. Luis Alberto et Ciro Immobile se sont régalés contre une équipe de ceci foot. On va se contenter de ce résultat du coté romain rouge. Au moins, ils évitent une défaite sur tapis vert. Remarquez, il aurait peut-être mieux valu.

Buteurs : Immobile (14e), Luis Alberto (23e et 67e)


Sampdoria – Udinese (2-1) :

Quel match de De Paul ! On vous a déjà parlé du numéro 10 argentin du Frioul qui, ce week-end, a joué magnifiquement face à une Sampdoria finalement victorieuse sans dominer.
Car oui, Udine joue bien, Udine domine, Udine ouvre le score, touche la barre, mais encaisse une panenka de Candreva et un but de la tête rageur de Torregressa en fin de match.
Pas payée cette Udine séduisante.

Buteurs : Candreva (67’), Torregressa (81’) ; De Paul (55’)

Festival De Paul en mondiovision


Cagliari – Milan (0-2) :

Match tranquille pour un Milan leader.
Ibrahimovic de retour domine les débats, se procure et transforme un pénalty qui fait débat chez les détracteurs du Milan (nombreux cette saison). Mais Ibra ne s’arrête pas là et fait le match parfait, un doublé en deuxième période, une activité devant le but stoppée par le gardien adverse… Bref, le Suédois est de retour et Milan gagne malgré tous ses absents (encore Bennacer, Théo Hernandez, Calhanoglu, Leao, Rebic au coup de sifflet).
Donnarumma se signalera en fin de match, mais aucune grosse frayeur pour la défense milanista qui gère bien (sortie de Kjaer à la mi-temps qu’il faudra surveiller) avec un Kalulu rassurant et un Calabria transformé par rapport aux dernières saisons.

Buteur : Ibrahimovic (7′, 52′)


Note Artistique de la journée : 4/5

De beaux matchs, du spectacle, une Lazio-Roma et un Inter-Juve avec des buts (et des beaux), un Milan qui n’en finit plus de gagner, tout roule en Serie A. Tout sauf la Juve qui patine, qui ne trouve pas la formule gagnante et qui ne voit plus forcément Pirlo d’un bon oeil. Tout sauf le logo de l’Inter, qui va changer ainsi que le nom du club (de Internazionale Milano à Inter Milano) : pas de gros œuvre mais un petit poignard dans le dos à des supporters non consultés et à la maison en ce moment… le marketing a bon dos et les Chinois (qui veulent vendre ?) décident de loin. Loin d’un foot populaire qui de toute façon n’existe plus beaucoup, à notre plus grand désarroi.

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.