La Calcio Académie vous raconte la 8e journée de Serie A et l’actualité des Series B & C.

Ciao ragazz’

Ça va toi ? Je te sers quoi ? Comme d’habitude c’est ça ? Je vois que j’ai affaire à un connaisseur, un esthète même. Alors ce sera une bonne dose de Serie A, bien tassée. Des rêves brisés, des rêves de scudetto, des rêves fugaces et d’autres qui semblent durer toujours. Une charmeuse note de Serie B, onctueuse et sexy, le tout saupoudré d’une bonne cuillère à caffè de Serie C, le secret le mieux gardé de la Calcio Académie. Rajoutez de l’amer à votre guise, et selon l’équipe que vous supportez bien évidemment.

Juve-Bologne (3-0) :

Faire illusion contre des manches à couilles, c’est facile. Dans une cacamiseta couleur prolapsus/ecchymose, les juventini ont donc fait le job comme à l’entraînement. Faut dire que jouer face à des plots, ça rappelle l’entraînement. On notera tout de même le cinquième pion de la saison de Vlahovic, exploit largement supérieur aux 50 buts d’Haaland avec City. Parce que marquer quand on a une équipe de Terminator à son service et qu’on est un T1000 c’est une chose, mais le faire quand on joue avec des trépanés du bulbe, des députés du RN qui reviennent des croisés et
Alex Sandrine c’est quand-même autre chose. Bon OK, il y a Kostic qui relève le niveau (et Milik qui met un joli but) mais n’allez pas espérer quoique ce soit de cette équipe. L’espoir c’est pour les imbéciles. Et vous n’en êtes pas puisque vous êtes ici en train de nous lire.

Sassuolo – Salernitanale (5-0) :

On reprend les bonnes habitudes de se faire ouvrir dans les grandes largeurs sur la côte amalfitaine. Mais on s’en branle de tout ça quand on habite sur la côte amalfitaine, clairement. Sassuolo est dans de bonnes dispositions avant de se déplacer en Lombardie où si l’Inter s’est rassurée en Champion’s face au Barça, la crise guette les ouailles de Simone Inzaghi.

Lazio – Spezia (4-0) :

Pas de but du bomber Immobile, la crise ? Pensez donc. Quand on a SMS dans son équipe, tout va bien. Non pas que Ciro n’ait pas eu l’occase d’inscrire un but, non, il a juste préféré envoyer un saucisson très fort au dessus de la cage de lo Spezia. Zaccagni s’est fabriqué un joli but tout seul comme un grand, bien relayé par Felipe Anderson tout de même. Romagnoli marque lui aussi un joli but, et par joli je veux dire improbable. Deuxième victoire 4-0 de rang pour les laziali qui montent sur le podium et prouvent qu’il faudra bien compter sur eux cette saison. Ce sera compliqué pour les Spezianale (personne ne les appelle comme ça ne cherchez pas).

Napoli-Torino (3-1) :

Face à un Toro plongé en plein doute, Naples n’a pas manqué l’opportunité de s’emparer de la tête du classement. Alors que Spalletti possède dans ses rangs des buteurs comme Raspadori (auteur de deux buts avec la Nazionale) ou Cholito Simeone, c’est Zambo Anguissa qui s’illustre par un doublé. Une tête avec l’aide du montant sur un super centre de Mario Rui pour le premier et un magnifique rush de 50 m pour le second. L’étoile géorgienne inscrit la copie presque conforme du deuxième but de l’ancien marseillais mais côté gauche pour le 3-0. Complètement à la rue défensivement, le Toro peine à exister. Sanabria relance un peu la machine à la suite d’un cafouillage dans la défense des Partenopei. Le match est plié à la mi-temps, plus rien ne bouge en seconde période. Le Toro s’enfonce dans la crise malgré une position honorable au classement. Naples continue son sans faute.

Buts : Anguissa (6e et 12e), Kvara (37e) / Sanabria (44e)

Samp – Monza (0-3) :

Monza ne s’arrête plus, encore une victoire pour le petit poucet (pas si petit), et une Samp qui s’enfonce dans les bas-fonds de la Serie A, partie pour rejoindre son rival le Genoa dans nos résumés de Serie B.
C’est simple, les trois buteurs sont trois recrues, et pas des moindres : Pessina, Sensi et Caprari, de beaux noms du Calcio qui envole Monza à une 13e place (à égalité) qui les satisferait en fin de saison … Sauf si le mercato de janvier post Coupe du Monde s’avère agité … Attention, Berlusconi est bel et bien présent, et ses ambitions ne s’arrêteront pas de si tôt … Même, et hélas, ses ambitions politiques.

 

Empoli-Milan (1-3)

Ce Milan a du caractère. Les champions en titre ont pourtant été malmenés par des Toscans joueurs. D’ailleurs, sur une contre-attaque des locaux qui se termine par une frappe déviée de la main par Ballo-Touré, on a déjà vu des penalties sifflés pour moins que ça. L’arbitre en a décidé autrement. En seconde période, Giroud place son coup-franc mais il heurte la transversale. Tatarusanu préserve sa cage du but quand Bajrami se présente seul face à lui. Il faut attendre le dernier quart d’heure pour enfin voir les filets trembler. A la suite d’une touche anodine, Leao réalise un festival sur le côté droit pour servir sur un plateau le 1-0 à Rebic. Sans être exceptionnel, Milan pense prendre les trois points. Pourtant, Bajrami ajuste le Roumain sur un coup-franc magistral. Pareggio à la 90+2. Empoli se voit déjà avec le point du match nul quand surgit Ballo-Touré au second poteau. L’ancien Lillois reprend une remise de Krunic pour le 2-1. Et ce n’est pas fini. Alors qu’Empoli jette ses dernières forces dans la bataille pour égaliser, Milan place un contre éclair. Lancé en profondeur, Leao conclut sa course d’un ballon piqué pour le 3-1. Les joueurs de Pioli repartent avec la victoire après la défaite face à Naples et restent en embuscade du duo de tête. Empoli aurait sûrement mérité mieux. A l’avenir, il faudra rester concentré jusqu’à la fin pour éviter ce genre de déconvenue.

Buts : Bajrami (90+2) / Rebic (79e), Ballo-Touré (90+3), Leao (90+6)

Hellas – Udinese (1-2) :

Le Friul en folie après la victoire à la 93e de l’Udinese, qui maintient sa 3e place incroyable au classement. Pourtant menée la moitié du match, Udine a les actions et pousse jusqu’à faire plier un vaillant Hellas.
Beto l’insatiable rentre en jeu et marque, comme souvent et Udine devra prendre des points dans la double confrontation qui l’oppose à l’Atalanta et à la Lazio dans les 2 prochaines semaines. Pas simple.

Atalanta – Fiorentina (1-0) :

La Dea n’est plus l’hydre à sept têtes d’antan, alliant à la fois collectif, attaque de folie, pistons buteurs … non, maintenant l’Atalanta est un monstre froid qui tue par un croc et un poison qui se dissipe.
Un seul but, mais une victoire. Seulement 12 pions marqués en 8 matchs, mais que 3 encaissés … Suffisant pour les placer à la 2e place du championnat, malgré l’absence notable de Zapata depuis de nombreux matchs.

Inter-Roma (1-2)

Ne vous fiez pas à la Mou de Jouzé, c’est lui le grand vainqueur de ce match

Le retour de Mou à San Siro est toujours un évènement. Ce match n’a pas échappé à la règle. Simone Inzaghi a une deadline de 40 jours pour sauver son poste. Peut-être que ça n’ira pas aussi loin. Pourtant, Edin Dzeko pensait avoir fait le plus dur en ouvrant le score. Mais la VAR intervient et annule son but pour un hors-jeu très limite. L’Inter ne se décourage pas et montre de belles intentions. Sur une passe lumineuse de Barella, Dimarco prend le meilleur sur Celik et trompe Rui Patricio du droit. La joie n’est que de courte durée. Sur une balle perdue au milieu par Calhanoglu, Spinazzola adresse un centre pour la Joya. Longtemps annoncé à l’Inter, Dybala envoie une reprise en demi-volée dans le but d’un Handanovic loin d’être impérial. En deuxième mi-temps, Calhanoglu propulse son coup-franc sur la barre. Asllani s’essaie à son tour, juste à côté. Mais cette saison, les Nerazzurri sont friables en défense. Alerté par Pellegrini, Smalling se retrouve seul pour tromper le vétéran slovène délaissé par sa défense. Ce n’est pas la première fois que les joueurs d’Inzaghino se font remonter après avoir ouvert le score (Milan, Udinese). Les problèmes milanais sont multiples (sportifs, financiers …) et Inzaghi plus que jamais au bord du précipice mais ce ne sont plus les affaires de Jouzé, trop content dans son bus d’avoir joué un mauvais tour à son ancien club.

Buts : Dimarco (30e) / Dybala (39e), Smalling (75e)

 

Lecce – Cremonese (1-1) :

Incroyable que la Cremonese ne remporte pas ce match … Tant d’occasions ratées pour le promu, qui s’en remet comme son adversaire à un penalty.
Match nul qui n’arrange personne, la Cremonese reste 19e et Lecce ne s’envole pas.
Cremone reçoit Naples ce weekend … ça ne va pas s’arranger.

Serie B – La villa des illusions brisées

La B sera relevée, serrée et passionnante pour la montée comme pour la relégation. Il n’y aura aucun répit chaque point comptera en haut comme en bas. Cette 7e journée nous en fait encore la démonstration. Cette semaine, nous nous arrêtons quelques instants pour vous parler de la saison des Siciliens de Palermo. Leur situation devient de plus en plus préoccupante. Une nouvelle fois ils s’inclinent à domicile contre un concurrent direct pour le maintien, SudTirol. Ils cèdent sur une gigantesque erreur individuelle de leur gardien Pigliacelli, bien trop lent à dégager au pied.


Une toile digne du Palais Riso

Malgré quelques occasions et un penalty annulé à juste titre par la VAR pour cause de plongeon grotesque, les Aquile commencent sérieusement à nous inquiéter. Floriano a sa carrière et ses jambes derrière lui, Brunori peine à foutre un pied devant l’autre depuis le début de la saison et Elia semble avoir perdu sa fraîcheur du début de saison. Ils sont désormais des candidats affichés pour intégrer la Villa des illusions brisées pour le plus grand désarroi de leurs tifosi.

 


La plus belle action des siciliens ce weekend, la cassata della mamma

Ils seront fièrement accompagnés par la nouvelle équipe de Thierry Henry. La machine à gif doit parfois regretter son investissement. Une nouvelle fois Como s’est fait terrasser et humilier sans sommation préalable. Le frangin Gattuso est probablement sur le point de se faire renvoyer. Rien ne marche, ni la défense fébrile sur chaque occasion adverse ni cette attaque, stérile devant la moindre adversité. Malgré son riche propriétaire et ses ambitions affichées, nous sommes tout proche du plus grand accident industriel de la saison. La vie est douce sur les bords du lac, il ne faudrait toutefois pas oublier de jouer un peu au ballon.

De leurs côtés Pisa et Venezia sortent enfin la tête de l’eau. Victorieux tous les deux à l’extérieur contre respectivement Perugia et Cagliari, ils confirment le léger mieux entrevue la semaine passée. Les toscans infligent une terrible défaite à Perugia, pas encore complètement remis de leur prestation du derby. Quant à eux, les Vénitiens s’imposent sans sourciller en Sardaigne après avoir subi en première période. Mené au score et franchement secoué par les Sardes, ils ont su faire le dos et réagir par l’intermédiaire de vieilles connaissances et de ses recrues estivales. Cuisance s’offre une passe décisive pour le finlandais Pohjanpalo, transfuge du Bayer, qui se charge de l’égalisation. Le russe Cheryshev, en bon supersub qu’il est, signe son doublé et conclue définitivement l’affaire.

Bari Gagnant et les Buffon du Roi

Parmi les autres résultats importants de cette septième journée, il faut souligner la nouvelle victoire de Bari. Plus qu’une simple victoire, il s’agit véritablement d’une démonstration de force. Les galetti ont véritablement balayé Brescia. Walid Cheddira a encore fait parler la poudre. Le Marocain est véritablement la révélation de ce début de championnat, vous commencez (logiquement) par être au courant, on vous en parle à chaque chronique. Il avait commencé la saison en claquant des buts en coppa, il confirme en inscrivant la bagatelle de sept buts en sept matchs. Il est partout. Il sait garder le ballon et jouer intelligemment sur les côtés, il est d’une efficacité redoutable sur chaque action. Sa récente sélection avec le Maroc doit lui donner de la force. Il rêve de disputer la coupe du Monde. Il n’en est plus si loin. Il est surtout le grand attaquant espéré par le board cet été. On ne regrettera certainement pas la non-venue de Zaza et des autres noms évoqués ici au mois d’août. Bari se présente de plus en plus comme le trublion de la saison. Alors qu’ils n’espéraient que le maintien, on imagine bien que les tifosi commencent déjà un peu à s’enflammer. Du coté de Brescia, la défaite est cinglante mais comme dit l’adage, mieux vaut perdre une fois 6-2 que trois fois 1-0 et une fois 3-2.

 


Le résumé à ne pas manquer

Parmi les autres grands gagnants de la journée, nous ne devons pas oublier Parma. Encore enlisé en fin de classement il y a peu, les parmesans ont renversé la mécanique de défaite. Il s’impose face à Frosinone, sans la manière et grâce à deux penalties assez indiscutables. Le match s’est fait surtout remarqué par la chouette distribution de taloches, Fabio Grosso décrochant la palme du jour avec sa tentative de crêpage de chignon. Parma est revenu dans le coup. Il faudra confirmer sans Gigi Buffon, blessé pendant les arrêts de jeu

 

Les autres résultats

Ternana confirme sa victoire dans le derby et s’impose en toute logique à Cittadella. Les vénitiens sont un peu à la rue en ce début de saison. C’est bien d’être courageux mais ça ne suffit pas toujours pour se sauver. Pipo s’incline avec sa Reggina contre le mal classé Modena. Pourtant largement dominateur, les leaders doivent s’incliner sur une tête lobbée en reculant de Diaw, une action qui n’aurait pas fait rougir bobo. L’ancien milanais, sochalien, parisien, monesgasque, bordelais Jeremy Menez a encore de très beaux restes. Il ne passe pas loin de l’action du weekend après un déboulé spectaculaire et une frappe qui vient frôler l’équerre du but de Gagno. Toujours aussi irrégulière, la SPAL s’incline contre une équipe du Genoa sérieuse à défaut d’être brillante. Dimanche, Benevento et Ascoli se sont neutralisé. Ça sera le seul nul du weekend. C’est assez rare pour être souligné.

Rendez vous la semaine prochaine pour notre nouveau feuilleton de la B

Serie C –


Groupe A

Ce n’était pas Noël mais presque. En effet, ce week-end a été marqué par la grande générosité entre plusieurs équipes qui ont décidé de se faire des cadeaux et de partager les points. Avec six résultats nuls sur dix rencontres, cette sixième journée n’a pas permis de tirer beaucoup d’enseignements. Hormis pour Novara qui continue son cavalier seul en tête de la ligue après sa victoire à domicile face à Vicenza, balayé 3-0. Dans le duel du haut de tableau, Padova est freinée par FeralpiSalo mais les deux équipes sont à seulement un point du leader. Le tube de l’été : SG City continue d’étonner en ces premiers jours d’automne. Les promus poursuivent leur très bon début de championnat et infligent une nouvelle défaite à Piacenza qui n’y arrive toujours pas (3-1). Après leur revers à domicile, Pordenone prend un point à Renate et reste dans le coup, dans le sillage des premiers. Dans le bas de tableau, la Triestina gagne enfin son premier match contre le Virtus Verona, toujours englué dans la zone rouge. Tout comme Pro Vercelli, AlbinoLeffe et Mantova.

Groupe B

Après leurs victoires respectives sur les terrains de Pontedera et de l’ancien leader la Carrarese, Siena et Gubbio s’emparent des deux premières positions. Les deux équipes sont toujours invaincues. Déjà défait la journée précédente, la Carrarese enchaîne donc une seconde contre-performance et glisse au classement. Ils sont dépassés par Fiorenzuola qui inflige une véritable claque à la Reggiana (5-0). La défense des Granata a explosé comme un pop-corn et augmente leur total buts encaissés de 250 % en un match. Les cinq équipes de tête se tiennent en deux points. Les succès de Lucchese et Rimini les font remonter au classement et ils intègrent le top 10. Malgré sa première victoire, Montevarchi demeure dans la zone de Play-Out. C’est toujours très compliqué pour leurs poursuivants : Imolese, Pontedera, Recanatese et surtout Alessandria qui rechute après leur précédent succès contre la Carrarese.



Au sud, Catanzaro surfe toujours sur la vague offensive qui les place en tête du Groupe C. Avec un nouveau score large (0-4) en déplacement à Turris, le leader conforte sa position et son impressionnante moyenne de buts marqués (3,5). A ce rythme, ils seront promus à la trêve. Seul Crotone tient le rythme effréné et grâce à leur victoire au Ezio Scida face à la Juve Stabia, les Squali sont moins flamboyants mais tout aussi efficaces. Ralenti à domicile contre Monterosi qui intègre le top 10, Pescara complète le podium. Latina voyage bien et explose la Viterbese 1-5. Potenza persiste à ne pas vouloir ouvrir leur compteur victoire et après cinq nuls, ils concèdent leur première défaite. Dans le bas du classement, Messina signe son premier succès de la saison sur le plus petit écart. Foggia, Fidelis Andria et donc la Viterbese ferment la marche. Les défenses des trois derniers sont toujours aussi friables pour espérer mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.