Le Barça humilé ! Real Sociedad-Barcelone (3-2): La Txuri-Urdin académie note

humiliation totale

Aupa !

Avant la partie de branlette collective, rappelons les merdes qu’on a été la semaine dernière. Un 1-1 (but de Vela) à chier la bouche ouverte à domicile contre l’avant-dernier, La Corogne. C’est définitif, on joue la charité avec les branques ct’année. Super rassurant avant de se taper le Barça la semaine suivante. Le Barça j’y viens, calme toi. Avant ça, session Jean-Paul Ollivier.

Ce week-end était le plus attendu de l’année. Pas pour le match, mais pour le 20 janvier. Pourquoi ? Le 20 janvier, c’est jour de Saint-Sébastien. Si t’es pas juste venu entendre parler du Barça, t’auras grillé que c’est le nom de la ville. Le 20 janvier, c’est LE RDV de l’année. 24 heures non-stop de tamborradas, des cortèges de personnes habillées en Napoléon ou en cuisinier (raison historique dont tu te branles éperdument) qui défilent avec des tambours dans toute la ville. Pour être clair, tous les habitants (petits et grands) participent à au moins une tamborrada parmi les centaines qui ont lieu dans la journée. Le genre d’image qu’on verra jamais en France. Et pour recoller à la Real, ce sont les joueurs qui ont clôturé la fête cette année devant des centaines de personnes. C’est ici. Et c’est à faire au moins une fois dans ta vie si t’as autre chose à foutre de ta vie que de mater Ruquier le samedi soir.

Hasard du calendar, la fête la plus attendue de l’année collait avec le match contre le Barça. Alors qui dit week-end très lourd, dit déplacement. Autant dire que je compte insister très lourdement sur le fait que oui, j’étais à St-Sébastien ce week-end et oui, j’étais au stade pour voir la victoire assurée. Pourquoi assurée ? Depuis sa remontée en Liga il y a trois ans, jamais la Real n’a perdu à domicile contre le Barça. Une victoire 2-1 en 2011 et un nul 2-2 en 2012 après avoir été menée 2-0. Mieux, la Real a un bilan positif contre le Barça à domicile dans l’histoire des confrontations. Et puis premier match de la saison à guichets fermés, le jour de la St-Sébastien, l’histoire était écrite.

Descendre, c’était aussi le moment pour parler avec les supporters du cas Montanier. Pas de surprise : il est que moyennement aimé là-bas. Pourquoi ? Trop de compositions improbables, de choix incompris, et parce qu’il laisse les chouchous du centre de formation sur le banc. Et ça, ça passe pas, même avec un bon classement. Montanier justement, pas en reste ce week-end.

Pre-Jokoa :

« Ah ouais, comme ça on m’aime pas trop dans le coin ? On trouve que je fais des choix de merde ? Bah tiens, j’avais prévu de battre le Barça aujourd’hui mais changement de plan. Allez hop Markel, t’as fait un début de saison à chier, tu joues en réserve depuis, bravo : t’as gagné ta place de titulaire à côté d’Illarra. Carlos (Vela), t’es bien meilleur depuis que tu joues aillier, alors je vais te remettre en pointe, là où t’était le plus mauvais. Ouais ouais Antoine, toi tu fais ce que tu veux. T’es jamais plus mauvais que quand je te laisse libre toute façon. Eh tiens, Chory Castro, toi qui joues jamais c’est le moment. T’as gagné ta place de titu. Et surtout, vous occupez pas du nain au milieu de terrain. Ils vont pas être déçus les gars  »

Compo Barça - copie

Barcelone : Valdes-Daniel Alves-Pique-Puyol-Alba-Busquets-Xavi-Fabregas-Iniesta-Pedro-Messi

Jokoaren :

5’ : Seul dans la surface, Messi croise trop sa frappe.

7’ : Relance ratée de Bravo sur Iniesta. Balle à Messi devant 5 défenseurs, enroulé petit filet. Comme chaque année, le Barça marque dans les 10 premières minutes. Le 1er pour Messi à Anoeta. 0-1.

11’ : CF pour la Real. Castro lance Prieto dans l’axe, seul face à Valdes, petit filet extérieur. Même Dieu peut rater une frappe.

15’ : Pedro hérite d’un ballon côté gauche, rentre dans la surface, enroule opposé sur le poteau.

17’ : Alors qu’il aurait pu décaler trois fois Vela sur sa gauche, Griezmann dribble latéralement 5 minutes. Le temps de boire une bière et de voir sa frappe passer à côté.

25’ : Lancé à la limite (ou pas) du hors-jeu par Xavi, Alves centre en retrait pour la reprise de Pedro. 0-2. Comme l’année dernière.

33’ : Carton jaune pour Pique pour avoir empêché la Real de frapper vite un CF. Je veux bien que ce soit sévère… Mais non je veux pas en fait.

39’ : Lancé dans la profondeur, Messi lobe Bravo sorti pêcher la truite. La balle roule, roule, roule… sur le poteau. En panique, Illara et Carlos Martinez se chient dessus et dégagent sur la ligne.

40’ : Sur la contre-attaque, Chory Castro est servi par Vela à gauche de la surface, frappe croisée petit-filet opposé. 1-2

42’ : Même action, même joueur Mais Valdes repousse comme il peut. On découvre pas aujourd’hui qu’il a toujours été limité toute façon.

44’ : Sur un centre de Fabregas, Messi reprend de volée au 1er poteau, Bravo boxe. Notez bien, c’est son seul arrêt du match.

Mi-temps : La Barça peut mener 4-0 à la mi-temps, au final ça fait 1-2. Le Barça domine en occasions, mais dans le jeu c’est pas net net. Je sais pas pourquoi, je sens une petite remontée de la Real…

56’ : Croche-patte de Pique sur Vela, deuxième carton jaune et le rouge. Je veux bien que ce soit sévère.. mais non je veux toujours pas en fait. Allez chialer la bonne mère ailleurs les catalans, mais pas de ça chez nous.

62’ : Au bout de 5 minutes dans la surface barcelonaise depuis l’expulsion de Pique, Castro hérite d’un ballon côté gauche après un nouveau corner. Feinte de centre, enroulé pied droit, contre de Mascherano la pipe tout juste entré en jeu, plongeon piscine de Valdes la pipe qui touche le ballon. But. 2-2.

Point remplacements : Alors que Vilanova se contente d’un petit nul en faisant sortir Pedro pour Adriano, Montanier fait entrer ses 2 attaquants de pointe qui n’ont encore jamais jouer ensemble cette saison. Pourquoi ?

90+2’ : Pour ça. Temps additionnel, Carlos Martinez centre dans la surface, Agirretxe, entré en jeu 5 minutes avant se jette et reprend. Moment d’hésitation dans la stade, moment d’hésitation pour lui. La balle est bien au fond. 3-2.

Fin du match : 68% de possession de balle pour le Barça. Et pourtant. 14 tirs pour la Real, 8 pour le Barça. C’est bien d’avoir le ballon les gars, mais dans le pied des défenseurs ça sert à rien. En attendant la Real gagne 3-2. Et que ceux qui crient contre l’arbitre mangent leur merde par leurs tuyaux nazaux. Pour information, Iniesta aussi aurait dû être expulsé.

Jokalari :

Bravo (1/5) : Des relances au pied catastrophiques, dont 1 qui coûte un but. Etrangement pas grand-chose d’autre à faire.

C.Martinez (4/5) : Un but refusé pour hors-jeu, une passe décisive pour le 3ème but et une activité énorme.

M.Gonzalez, I.Martinez (3/5) : Solides et appliqués, comme d’habitude.

De la Bella (2/5) : Heureusement pour lui qu’Alves a été dégueulasse.

Illarramendi (3/5) : Beaucoup de ballons récupérés, toujours impeccable à la relance, mais plus de fautes commises que d’ordinaire.

Markel (5/5) : Tout le monde s’est demandé qu’est-ce qu’il venait faire là. Tout le monde l’a remercié à la fin. Impressionnant à la récupération, sûr de lui à la relance et impressionnant face à Messi. L’homme du match, c’est lui.

Xabi Prieto (3/5) : Quand il a compris qu’il en mettrait pas 3 aujourd’hui, il a donné ses ballons. Toujours à la perfection.

Griezmann (3/5) : Mauvais balle au pied, le meilleur sans le ballon. Un pressing constant, une défense hargneuse. Il a trouvé comment compenser sa période galère.

Castro (4/5) : Il fait rien et marque 2 buts. Décisif.

Vela (3/5) : Ça se confirme, il est bien moins bon en pointe. Mais il provoque toujours autant de fautes. Comme à Madrid, il est à l’origine du rouge qui change tout. Avec une passe dé en prime.

Montanier (5/5) : Il a fait les gros titres de la presse française et s’est même retrouvé « Top » du week-end dans Marca. Une composition improbable qui fait mouche, des changements offensifs étonnants impressionnants d’efficacité et des consignes de pressing permanent et de bloc très haut parfaites. On pourra se foutre de sa gueule, le type avait tout compris. Reste plus qu’à bosser son espagnol. Parce que là c’est pas possible.

Ordezte :

Ifran (Chory Castro, 74’) : De la vitesse.

Rubén Pardo (Xabi Prieto, 79’) : La plus belle transversale de l’histoire est à mettre à son actif.

Agirretxe (Vela, 83’) : Le héros.

Barcelone :

Iniesta mirifique, Messi soporifique, Pique pathétique, Alves castastrophique.

Bonus « Les Barcelonais ont tout tenté » :

Les pédales avaient pourtant essayé en jouant hors du terrain :

Txuki1

Les pédales avaient pourtant essayé avec deux ballons :

Txuki2

La Real Sociedad l’a donc fait. Elle a bien infligé sa première défaite de l’année (en Liga) à Barcelone. Hors de question de se faire voler le record d’invincibilité en Liga et hors de question de se laisser gâcher la Saint-Sébastien. Et Montanier dans tout ça ? Une compo qu’a fait bondir le stade, mais le type avait tout juste. Attention, pas de quoi le faire grimper dans l’estime des supporters. Définitivement, on est condamnés à des nuls contre les derniers et à battre les meilleurs (Malaga, Valence, Séville et Barcelone). Et attendant, la situation était parfaite pour lancer la Saint-Sébastien à minuit sur une place pleine de drapeaux de la Real Sociedad. Une longue (très longue) nuit et une longue (très longue) journée. Putain que c’est bon. Oui, il fallait être à Saint-Sébastien ce week-end. Maintenant retour à la normale et un déplacement au Celta Vigo samedi à 16h. Si tout va bien on devrait faire 0-0.

CLIQUE ET JUTE

Muxus,

Patxi

6 thoughts on “Le Barça humilé ! Real Sociedad-Barcelone (3-2): La Txuri-Urdin académie note

  1. Dépensant souvent mon foie et mon argent de poche en week end là-bas, tu viens de me vendre mon rêve.

  2. Super acad’. Tu aurais pu rajouter « Bonus: les pédales essayent de rendre leurs adversaires épileptiques avec un maillot gerbant »…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.