Lens-Auxerre (4-1), la Lens académie livre ses notes

Coucou lecteur,

Tu l’auras remarqué : on n’est que le 21 août, et tu as déjà eu droit à 3 Lens Académies. Comme un symbole de début de saison en fanfare du Racing.

Il faut dire que ton serviteur (car oui, je te tutoie, je suis fou) n’a pas été particulièrement gâté depuis la création de cette Académie. 1e saison, on descend et Lille fait le doublé… Bon… Depuis, le solde est largement négatif, malgré une remontée, une saison à peu près correcte en L1 puis une nouvelle relégation dans une L2 où on reste empêtré. Bizarrement, le rythme des Académies s’en est ressenti, d’autant que je pensais avoir tout dit sur une équipe désespérante de prévisibilité : toujours les mêmes faiblesses et les trous d’air succédant irrémédiablement aux quelques bons matches.

Mais là, le moral est revenu. Surtout… je suis en vacances, donc je n’ai (quasi) que ça à faire et oui, je te sollicite.

Tu n’es pas sans savoir, si tu es lensois, que ce club a une faculté à susciter les espoirs les plus fous dès qu’on aligne 2 matches potables, conjugués à une capacité extraordinaire à toujours décevoir ses supporters et à se prendre les pieds dans le tapis misérablement. (Genre le match contre le dernier la semaine prochaine, à Laval) Mais tu n’es pas non plus sans avoir remarqué que le Racing a repris le slogan de notre Président François « Le Changement, c’est maintenant ». Certes, on fait du vieux avec du neuf, Martel, Blanchard, Yahia etc… mais aussi avec du neuf et du solide : Kombouaré, Ljuboja, Aréola, Chavarria… Mine de rien, il semble vraiment qu’un vent nouveau souffle sur ce club et sur le groupe pro.

C’est donc après avoir débuté tranquillou contre un Bastia très faiblard, battu ces grosses chèvres angevines en coupe et accordé, car on est bon-prince, à Dijon de ne pas être cloué à 0 point après 3 journées, que se présentait Auxerre à Bollaert. Auxerre, un club au lourd passé en L1 dont on se demand comment il a pu en arriver là, mais qui nous laisse d’avantage de bons que de mauvais souvenirs. (Le titre, tout ça…).

Comme tu as lu la dernière académie tu sais pourquoi on joue une nouvelle fois un samedi à 14h. Ce que tu ne sais peut-être pas, c’est que Bollaert a été malgré cet horaire de merde, la 4e affluence de France ce WE, L1 compris (derrière Marseille, Lyon et Paris). Encore 2 matches et on aura attiré plus de spectateurs au stade que Monaco (même population que Lens) sur cette saison où ils sont censés jouer les 1e rôles… en L1.

Pour accueillir les Yonnais, AK devait composer sans Ducasse (qui vient de reprendre en CFA), Fradj et Valdivia. Salli et Coulibaly restent pour l’instant sur le banc, payant le bon début de saison de nos attaquants, Nomenjanahary s’y assoit également pour la 1e fois de la saison. Coups de bluff, NDiaye est titularisé à droite, Cyprien en 6 et GBamin, tout sauf un arrière latéral, hérite de la joie de se faire péter les reins par Ntep sur le côté droit. Un peu comme si ta sœur de 13 ans sortait pour sa 1e boom accompagnée d’un Rocco ayant tapé 4 ecsta. (Je précise pour les plus jeunes lecteurs de cette académie, qu’à l’époque où j’allais au collège, 99,99% des filles de 13 ans étaient vierges. Epoque de merde, je sais).

Devant, Ljuboja et Touzghar sont à nouveau associés en pointe, Lemoigne jouera les sentinelles et la paire de poètes Yahia – Kantari enchaînent dans l’axe. AK reste fidèle à son 442, avec 2 milieux déf’ à plat (on suppute que Cyprien jouera plus bas que Valdivia, donc en 6) et 2 mecs plus ou moins ailiers chargés d’animer le jeu offensif ET de boucher les trous sur les côtés.

En face, on retrouve notre vieil ami Adama « Police » Coulibaly, Ntep, qui avait dépiauté Démont l’an dernier, et 2 ou 3 mecs dont le nom nous dit vaguement quelques choses (Sorin, Kitambala, Aït Ben Idir,…). Vaguement.

AJA


Le match :

29500 spectateurs qui sortent de l’apéro, je ne te cache pas que ça fout un sacré bordel. La Marek est blindée, et les tribunes Delacourt et Trannin (derrière les buts) sont copieusement garnies. On peut féliciter Gervais d’avoir œuvré en ce sens en déclarant des abonnements à 60€ pour les niveaux bas et de renouer avec une base « populaire » (comprendre étudiants, lycéens, gosses, familles…), prompte à encourager ses joueurs et à accompagner le Kop. Rappelons que la ligue n’est pas fan des stades pleins, colorés et bruyants, le « classement des tribunes » étant dominés par … Niort. Sérieusement, la ligue…

Pour les feignasses, le résumé grand format, sur FB,  pour les autres, le détail d’un match tellement intense que même résumé, c’est long.
1e : 1e montée de Chavarria qui sert Touzghar. Il élimine un défenseur mais sa frappe est détournée.

2e : ça part fort côté droit, avec un 1e déhanchement de Gbamin, passé comme un plot par Ntep, qui tire, Yahia contre.

4e : Ntep 2 Gbamin 0. Sa frappe passe cette fois à ras du poteau d’Aréola. Pour la stat, le 1e rein de Gbamin à lâcher est le droit.

6e : On prend les mêmes et on recommence. GBamin tente de resserrer le marquage, mais s’emporte et fait une main débile aux 30m alors qu’il avait récupéré le ballon. Coup-franc.

7e : Ca puait depuis le début, Aït Ben Idir ouvre le score sur le coup-franc. Joli tir dans un angle assez improbable qui finit poteau rentrant opposé après avoir traversé la défense. Placé entre le poteau de corner et le stand Sensas, Aréola est complètement aux choux. 0-1

9: Ntep claque un petit pont sur Gbamin, lui met 5m sur une accélération, avant de centrer, Yahia dégage. On n’a pas fini le 1e quart d’heure que le kiné lensois diagnostique une fissure anale pour Gbamin.

11: La Marek donne de la voix, et le Racing se met (enfin) en route. Ljuboja porte le danger dans la surface bleue qui se dégage mal, NDiaye hérite du ballon aux 1Om, mais ne cadre pas une volée dont je ne suis même pas sûre qu’elle ne finisse pas en touche. NDiaye quoi.

13e : Kantari remonte un ballon dégagé par Coulibaly, Cyprien relaie aux 40m et sert Touzghar en profondeur. La défense d’Auxerre est placée n’importe comment, donc pas de horsjeu. Roulette, coup d’œil, sortie de Sorin, pichenette, 1-1. Explosion en tribunes.

18e : Ntep continue de se balader, Chavarria n’a toujours pas envie de défendre et laisse Gbamin se faire une nouvelle fois désosser. Il accélère et centre au point de pénalty pour Haller, seul, qui nous gratifie d’un magnifique hommage à Dagui Bakari en ne cadrant pas son plat du pied.

19e : NDiaye et Ljuboja mettent le feu au côté gauche auxerrois, sur un double une-deux. A l’angle de la surface, Ljuboja envoie un centre classieux au second poteau, Chavarria conclue. 2-1. A noter que sur cette action, Marester fait plus penser à un village du Finistère qu’à un défenseur pro.

24e : coup franc tiré sur la droite par NDiaye (oui oui, par NDiaye) cadré (oui oui cadré, par NDiaye), mais Sorin s’évite le ridicule en réalisant son 1e arrêt. L’a pas d’bol NDiaye quand même…

25e : Sur sa 5e tentative de découpage, Boly prend enfin son carton. Je tue le suspense : il finira le match. Un bien beau scandale vu sa débilité et l’accumulation de fautes flagrantes qu’il commettra.

26e : nouveau coup-franc lensois, frappé au second poteau par Cyprien. Lemoigne se libère du marquage et smashe une tête puissante que Sorin détourne sur son poteau. Ljuboja se la joue comme Pippo, dégueulasse mais efficace. 3-1.

29e : Double une-deux Baal-Cyprien, frappe aux 18m de ce dernier, juste à côté. Casoni est dépité par le boulot de sa défense.

31: Après 20 minutes de saignement anal, Gbamin remet ça en se faisant re re re re re effacer par Ntep, qui cette fois la joue solo. Aréola détourne du pied la frappe en force.

32e : Dégagement d’Aréola, tête de Kantari, puis de Ljuboja qui lance en profondeur Touzghar. Il prend Coulibaly de vitesse mais pousse trop son dernier contact pour négocier efficacement son face à face. Sorin repousse, on n’était pas loin du KO.

41e : Coup-franc à 30m, plein axe. Ben Idir envoie un missile qui fracasse le poteau d’Aréola.

43e Cyprien tape un coup franc à 25m excentré (même endroit que sur le but auxerrois). Sa frappe vicelarde emmerde Sorin qui se couche comme il peut, Lemoigne reprend, mais est contré.

Mi-temps.

On a pris le dessus avec un réalisme total de nos 3 attaquants, Ljuboja + Touzghar + Chavarria = 4 frappes pour 3 buts. Ceci dit c’est cher payé pour Auxerre. Ntep est intenable et ni Chavarria, ni Yahia, ni Lemoigne n’aident vraiment un Gbamin qui rentre pleurer un peu dans le vestiaire, parce que ça fait mal merde!

Aucun changement à la reprise, Casoni ayant résisté à l’envie de rentrer en défense centrale tellement ça patauge côté bleu. C’est donc avec plaisir que nous retrouvons nos 2 loustics :

 

haineExclu HJ : JP Gbamin à la mi-temps, tout en sérénité.

47e : Ntep passe facilement GBamin, puis Lemoigne et Yahia, son centre en retrait est dégagé par Baal, qui place une inutile mais esthétique bicyclette.

49e : Ntep refait la même sur Gbamin, c’est-à-dire lui prend 3 m sur 2 foulées, et rentre dans la surface avant de servir Kitambala. Contrôle, frappe : poteau. Aréola semblait dessus mais on s’en sort bien.

Suggestion : on lui mettrait pas un gros taquet à Ntep ? Nan parce que ça devient relou à force…

53e : Lemoigne se dévoue, mais se trompe de joueur et descend Kitambala. Jaune.

Ça fait 10 minutes que ça a repris, on ne passe pas le milieu de terrain et chaque ballon sur le côté droit nous met au supplice. Faudrait pas en prendre un…. Enfin pas trop tôt…

54: Ça devient lassant, Ntep, Gbamin tout ça… C’est Aréola qui sauve en serrant bien son angle. Autant GBamin a perdu le fil psychologiquement parlant, autant Aréola commence prend l’ascendant, à suivre…

59e : Longue ouverture vers Kitambala qui profite du fait que Kantari ait décidé de ne pas jouer un duel du match pour la remettre dans l’axe. Monconduit, reprend de volée. C’est raté mais il avait déjà gagné le challenge « Horsjeu »du patronyme rigolo à consonance annale.

60e : Avec 3 vertèbres tassées, une rotule restée  dans la surface, 2 reins déclarés disparus, Gbamin est remplacé par Cavaré, 18 ans, qui jouera donc son 1e match en pro face à un mec qui marche sur l’eau depuis le début.

61e : 1e ballon en profondeur à négocier pour Ntep depuis l’entrée de son nouvel adversaire, centre en une touche pour Haller, alone dans les 6m, sa reprise en bien captée par Aréola.

Pendant ce temps, Boly continue son show en découpant NDiaye… Thual la joue sympa et le rappelle une nouvelle fois à l’ordre. Ca aurait été Yahia, il serait aux vestiaires depuis longtemps.

62 : Ntep, dribble, frappe à côté. C’est bien beau de se promener devant les arrières latéraux, mais si c’est pour tout rater derrière, ça n’a aucun intérêt.

64e : Sawadogo, à peine rentré, s’inspire de Ntep et déboule de l’autre côté. Baal, qui n’avait eu à faire depuis le début, et s’était assoupi dans la surface, la frappe passe au-dessus.

67e : 1e alerte pour Lens, avec Chavarria lancé plein axe, retenu par Monconduit qui nous donne une belle leçon de « faute intelligente » en le retenant pas le maillot 3 m avant la ligne médiane (il filait juste au but). Forcément, Thual ne met pas le rouge

69: Monconduit fixe Yahia et Cavaré avant de glisser à Sawadogo qui se présente seul face à Aréola. Le gardien lensois sauve une nouvelle fois son camp en restant sur ses appuis, obligeant le Burkinabé à tirer dans un angle trop fermé.

71e : Après avoir fait le dos rond pendant 25 minutes, 1E occasion lensoise avec une combinaison Touzghar-Chavarria qui finit par un centre à ras de terre que Démé NDiaye tente de reprendre « à la Madjer ». Devant son poste de télé, Rabah Madjer rit puis pleure.

failL’école des frappes Démé NDiaye, souvent copiée, jamais égalée.

74e : Cavaré monte sur son côté, Ntep ne suit pas, une-deux avec Chavarria, Aït Ben Idir est pris de vitesse. Le centre en retrait de Cavaré trouve Chavarria dans les 10m qui élimine avant de frapper. Coulibaly détourne la frappe… qui finit au fond. Cacedédi à Ntep : notre latéral est monté 2 fois pour un but. 4-1. Match plié. Dégueulassement, mais plié.

90e : Lens gère la fin de match sereinement, Aréola finit de dégoûter les auxerrois en sortant 2 nouvelles parades et on en met même un 5e par Coulibaly, superbement servi par Chavarria. Thual, fair-play, l’annule pour hors-jeu.

On finit sur un 4-1 très flatteur pour nous, tant Auxerre a été dangereux et a eu l’occasion de marquer. Problème, ils ont une défense en carton et ont fait preuve de maladresse devant nos buts.  A l’inverse, on a été particulièrement réaliste, tant devant que derrière, comme un symbole.
Pour les stats, ça faisait 2 ans qu’on n’en avait mis autant en un match et 9 ans qu’on n’avait pas débuté le championnat aussi fort : bref, champagne.
Les gars :

Aréola : 4.
Le but auxerrois est pour sa pomme et il s’en sort bien avec 2 frappes sur ses montants. Néanmoins, il nous sauve le match en multipliant les arrêts en seconde mi-temps. Sans se livrer, il a pris le dessus sur des mecs qui ne savaient plus quoi tenter pour marquer. Un très gros match conclu par une parade monstrueuse devant Monconduit.

Baal : 4.
Toutes les actions étant passées de l’autre côté, il n’ rien eu faire défensivement avant l’entrée de Sawadogo. Offensivement, il manquait son compère Lalaina pour mettre le feu, mais ses montées ont suffi à faire prendre 15 ans à Coulibaly et Marester. Pour le 2nd match consécutif, c’est lui qui a touché le plus de ballons côté lensois, avec peu de pertes de balles.

Kantari : 3.
Si Ntep a mis le feu sur le côté, on ne peut pas dire que notre charnière a fait ce qu’il fallait pour empêcher les centres. Systématiquement pris dans son placement (par des mecs comme Haller, ça fait chier) et sans réel apport dans la construction, il réalise un match moyen tant certains de ses coéquipiers ont été brillants. Du mieux néanmoins dans le jeu long.

Yahia : 2.
Perso, je ne lui en aurais pas voulu d’aller découper Ntep après 10 minutes de jeu, histoire de le calmer un peu. Problème, Kantari n’a jamais trop su gérer Haller ou Kitambala et Yahia a du rester en couverture pour limiter les dégâts. Alors oui, il a su contrer quelques ballons, limiter l’avancée de l’ailier auxerrois ou le forcer à se compliquer la tâche en la jouant perso, mais on n’aura pas toujours cette insolente réussite, et ce jour-là, on en prendra 5.

Gbamin : 1.
Une heure de calvaire qui met sans doute fin définitivement à son avenir à ce poste. Pas la peine de tirer sur l’ambulance : ce n’est pas son poste, il est tombé contre l’un des plus gros clients du championnat face à lui, qui plus est dans un grand jour et il a payé l’absence de couverture de Chavarria et Cyprien. Un match à oublier, sous peine d’internement thérapeutique à prévoir.

Lemoigne : 4.
Encore un bon match de notre capitaine, qui a trouvé en Cyprien un bon complément. Si Ntep a été autant sollicité, c’est aussi parce qu’il constituait la seule solution auxerroise pour franchir un milieu de terrain très bien cadenassé par l’ancien sedannais. A noter une belle tête qui aurait pu se transformer en but, vengée par Ljuboja.

Cyprien : 4.
LA bonne surprise du match. Efficace dans ses transmissions, pas trop de déchet sur CPA et un bel apport offensif via une passe décisive qui nous remet dans le match. On regrettera néanmoins qu’il n’ait pas jugé bon de seconder Gbamin sur son flanc ou Lemoigne en position défensive, quelques centres ratés car précipités et un trop grand nombre de ballons perdus connement. On ne lui en voudra pas de ne pas prendre le melon, chose qui semble malheureusement bien partie, ceux qui le suivent sui twitter savent.

NDiaye : 2.
Hormis quelques éclairs, il a été transparent devant, tentant toujours le geste le plus compliqué avec peu de réussite. Il se sera heureusement trouvé un bon pote pour partir en vacances, Boly, qui aura passé son match à le découper.

Chavarria : 3.
Alors oui il claque un doublé, a été très bon offensivement en multipliant les bons centres, les décalages et les provocations balle au pied. Pour ça il mérite un 5 bien tassé. Mais comme il n’a RIEN branlé défensivement (1 seul ballon gagné sur tout le match) alors que Gbamin était au supplice derrière lui et a perdu trop de ballons (10), un 3 sera bien suffisant.

Touzghar : 4.
De plus en plus efficace, de plus en plus décisif et de plus en plus indispensable au Racing. 2 frappes, un but et un sauvetage in extremis de Sorin, avec un nombre limité de ballons joués mais une grosse capacité à emmerder la charnière bourguignonne. Sa couverture de balle efficace et sa complémentarité avec Ljuboja annoncent une saison prometteuse.

Ljuboja :4.
Une passe décisive pleine de classe, un but de raccroc plein de vice, une grande gueule toujours prompte à râler et un gros mental. Lui reste plus qu’à travailler le physique pour éviter d’être connement hors-jeu (.net).

 

Les remplaçants :
Cavaré : 3.

Il en un peu moins chié derrière que Gbamin mais sans avoir trouvé la solution face à Ntep. Offensivement sans complexe, il lui reste à confirmer ce qui se murmure à la Gaillette : la future pépite de Bollaert, c’est lui.

Coulibaly et Salli : 10 ballon joués à eux 2, dur dur d’arriver dans une équipe qui tourne.

 

Prochain match à Laval, le dernier, pour un vrai test : si le championnat se gagne contre les gros, il se perd contre les « petits ». Et l’histoire récente rappelle qu’on a toujours eu du mal contre les mal classés.

 

Vous aimez la Lens Académie ? Vous voulez qu’elle continue ? Alors soutenez horsjeu.net en vous abonnant ici. Il y en a pour toutes les bourses, de 2€ à 16€ par mois pour les riches. Et puis on vous promet de transformer le pognon en alcool, au moins, on ne ment pas nous.
N’oubliez pas d’aller faire des coucous aux copains, sur RCLensois.fr, alterfoot.com, teamfoot.fr et, si vous avez le temps, de venir polluer mon mur Facebook. En cherchant bien tu lme trouveras même sur Twitter. (@r_direktor)

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

Un commentaire

  1. J’ai pris plaisir à lire ce résumé du match.
    Continuez comme çà et vous aurez un nouveau lecteur acidu.
    Merci pour ce bon moment

    Un vieil abonné de la Marek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.