Manchester United – Arsenal (0-1) : La Raide et Vile Academy livre ses notes

Une semaine que je trépignais. Je ne pensais qu’à ça… Dimanche soir… Et voila…Une entame robuste, puis un développement délicat. Une explosion, un fourmillement. C’était magnifique, exactement ce que j’attendais… 

Quelle stout mes ami.e.s, quelle stout ! Des notes délicieusement fumés, des rappels d’armagnac et de whisky, la tête qui tourne et l’ivresse qui chatouille les sens au bout de trois gorgées. L’extase. Une fin de dimanche en extase. 

Le ? Match ? Parce que vous appelez ça un match ? Allez bien vous faire cuire le cul. 

Les Diables

De Gea (3/5) : On peut pas le blâmer de ne pas arrêter un penalty. Après, un de temps en temps David sans déconner ça ferait pas de mal, ça fait quand même quatre sais-

Shaw (3/5) : Très appliqué et motivé derrière, terriblement discret et emprunté quand il faut aller devant : Luke n’a pas de quoi devenir homme politique.

Maguire (3/5) : Le problème, c’est qu’il est parfois notre principal atout offensif, sur les coups de pieds arrêtés… Et que ça peut pas marcher tout le temps non plus.

Lindelöf (4/5) : Sorte de gardien qui n’avait le droit de se servir que de ses pieds. A repoussé l’inéluctable plusieurs fois.

Wan Bissaka (2/5) : Debordé en première quand Ole s’entêtait avec son 442 resseré. Plus à l’aise en seconde et le passage en 4-2-3-1 pour se contenter de faire le minimum, c’est à dire faire des tacles. 

McTominay (2/5) : En très bonne position pour devenir le nouveau Lingard de l’effectif. On l’aimait bien quand il était en état de grâce, maintenant qu’il montre qu’il est seulement moyen, on commence à se dire que… Formé au club ou pas… Il a le droit de signer avec Raiola… 

Fred (3/5) : From pitbull en semaine to teckel le week-end real quick. 

Pogba (1/5) : Évidemment que milieu de couloir c’est pas sa place. Bien sûr que ça peut arriver à tout le monde une faute bête dans la surface. Maintenant on parle d’un joueur qui 4 ans après son retour n’a toujours pas pris le jeu en main, égrenant des performances de haute voltige à un rythme (au mieux) trimestriel. A trop vouloir sauver les matches il s’enferme dans un jeu personnel et cliché qui ne fait plus peur à personne. L’ombre de ce qu’il peut-être.
Comment se porte la machine à fax du Real ? 

Bruno Fernandes (2/5) : Cramé. Les épaules lâchent à force de porter tout le monde.

Rashford (5/5) : Quel homme. Comment lui en vouloir pour cette prestation terne, alors qu’il œuvre pour sortir les enfants de la faim et de la misère ? Et puis cette passe pour Greenwood en première mi-temps. Poulala.

Greenwood (3/5) : Vif, malin, affûté. Mais sans réussite (et sans trop de ballons accessoirement). 

Les suppôts de Satan : 

Matic pour Fred, 62e (NN) : N’a rien changé.

Van de Beek pour Bruno Fernandes, 75e (NN) : Aurait pu changer les choses. Mais c’est le poteau qui s’est mis en travers de son centre dévié par Eleneny. 

Cavani pour Greenwood, 75e (NN) : il a dû toucher deux ballons. Parfois ça suffit. Mais pas aujourd’hui. Dommage Edi. 

La bise inferanale
Luke Seafer

Luke Seafer

Fils de Satan, fils du metal, fils de la haine, fils de Cobra.

6 commentaires

  1. La Hipster académie se demande si vous avez d’autres recommandations de bière. A presque 8€, elle doit être meilleure que celle que nous nous achetons pour les soirs de gala les soirs de match.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.