Manchester United-Southampton (2-2) : La Raide et Vile Academy livre ses notes

Salut à tous !

L’actualité du harem footballistique de qualité premium connu sous le nom de Manchester United football club est follement trépidante en ce moment et si cela tient à quelques facteurs exogènes comme l’inique décision du TAS de mettre fin au fair play financier en blanchissant Manchester City de ses entourloupes diverses avec le honteux pognon de l’exploitation des esclaves moyen-orientaux, notre excitation provient bien de la forme étincelante du moment : cette place en Ligue des Champions, on va aller la chercher par des moyens sportifs au bénéfice de nos petits bras musclés, et oui nous avons du pognon, mais au moins n’est-il pas mis à notre disposition à l’aide de diverses entorses au règlement.

C’est bien simple, on ne fait que gagner ou presque, et en collant des tinettes de préférence. Parties de très loin au classement, nos gagneuses semblent bien s’être remplumées et visent désormais le sommet. Cela doit bien évidemment à leur belle série mais aussi à la bataille rangée qui fait rage entre tous les candidats à l’Europe. Nos deux principaux concurrents, Leicester et Chelsea, ont trébuché de fort belle manière. Plus tôt dans la saison, chaque occasion de reprendre des points à ces bougres (aux Blues surtout) au point de quitter la 5e place s’est soldée par un échec. Si l’on parvenait cette fois-ci à prendre la place qui nous est due, on pouvait donc supposer que nos progrès étaient réels, quand bien même on n’aurait pour l’instant rien obtenu.


Le match

Inhabituelles, ces difficultés à se défaire du pressing de la part de nos gagneuses. Il faut dire que les Saints ne lésinent pas sur les efforts et tentent d’aller nous chercher très haut tout en assurant un repli défensif efficace qui prive notre jeu de sa fluidité habituelle. Aussi sûr qu’il nous est difficile de mettre le pied sur le ballon, notre défense tremblote au moment de sortir sous la pression. C’est Pogba qui est pris en défaut, pas vraiment aidé par une passe dangereuse de De Gea et des coéquipiers bien éloignés. Ings le dépossède du ballon et au bénéfice d’un bon centre, Stuart Amstrong ouvre le score. 0-1, 11e.

La réponse de nos hospitalières ne tarde heureusement pas à venir, signe que certaines choses ont tout de même changé dans les esprits. Un peu de gourmandise aussi de la part de Southampton qui continue à venir nous chercher haut alors que notre attaque se remet en sens de marche. Pogba trouve Martial au point de penalty. Ce dernier, bloqué par les centraux, ne peut frapper alors il décale Rashford qui arrive lancé. L’Anglais égalise d’une belle frappe croisée. 1-1, 20e.

On égalise vite ce qui est bon pour le moral, et on perçoit que le plan de jeu huilé de nos adversaires s’est subitement grippé. Rien de tel pour se ruer dans les espaces laissés dans le milieu. Nos gagneuses progressent, le pressing s’est relâché, Bruno transmet à Martial dans une position nous rappelant son passé d’ailier…un départ fulgurant et quelques petites touches dont il a le secret plus tard, Toto décoche un boulet gagnant. 2-1, 23e.

Le gros du travail est fait mais on sent bien que le scenario n’est pas aussi coulant que d’habitude. La seconde période l’illustre bien, car nos cocottes peinent à se défaire d’un pressing de plus en plus pressant. Dépossédés du ballon, pas à l’aise en défense, maladroits lors de nos rares incursions dans le camp adverse…on perd petit à petit le fil du match, sans céder pour autant. Les changements ne nous permettent pas d’éviter de reculer et le malheur arrive de la plus conne des manières sur un corner où l’outrecuidance se mêle à l’humour le plus railleur puisque c’est un attaquant d’environ 1m 45 qui se joue de l’attention de Victor Lindelöf pour nous planter un but égalisateur assassin à la dernière seconde de la dernière minute. 2-2, 96e (Obafemi).

Ce match nul est un gros coup d’arrêt même si footballistiquement, il n’y a rien à redire. Le contexte est bien plus problématique. Le calendrier a beau nous rester favorable, on pourrait regretter longtemps ce but encaissé une nouvelle fois sur un coup de pied arrêté, une nouvelle fois en fin de match, une nouvelle fois à domicile, dans un moment crucial.


Les notes

De Gea 2/5
Fusillé sur le premier but même si on dirait qu’il tarde un peu à sortir, il ne peut en revanche rien sur le dernier. Pas de trace d’incompétence ici, juste un match sans à l’image de celui de l’équipe.

Wan Bissaka 2/5
A taclé dans tous les sens et s’est rendu disponible au pressing, mais n’a pas pu s’exprimer offensivement, tout était bouché.

Maguire 3/5
Personnellement il n’a pas été pris en défaut. On aurait plutôt tendance à questionner son leadership dans ce genre de match où il faut clairement secouer des Pogba ou des Matic.

Lindelöf 2/5
Il avait pourtant fait un match excellent jusqu’à cette dernière minute. Tout ce qui en restera hélas sera ce moment où il s’est fait passer devant par un no name qui a égalisé sous son nez. Pourvu que ça ne lui porte pas préjudice.

Shaw 3/5
Sorti blessé après un nouveau bon match, on espère le revoir rapidement.

Matic 3/5
Toujours en contrôle mais il aurait dû resserrer les rangs autour de lui pour faire face au pressing adverse.

Pogba 2/5
Lui a été victime malheureuse de ce pressing en perdant le ballon qui mène au premier but des Saints. Conscient de sa connerie, il n’est jamais vraiment rentré dans son match ensuite.

Fernandes 3/5
Pas son meilleur match, loin de là, mais il s’en sort encore avec une passe décisive. Il n’y a semble-t-il toujours rien que quiconque puisse faire pour l’arrêter.

Rashford 3/5
Buteur de l’espoir et toujours impliqué dans le jeu collectif. Le plan était encore une fois de faire marquer Greenwood, mais le malheureux a été effacé par la défense adverse. Ah et entre-temps il est devenu docteur. À 22 ans.

Greenwood 2/5
Forcément surveillé d’un peu près que les autres par l’adversaire, il a été empêché de s’exprimer, même loin du but. Un coup pris en cours de match a achevé de le rendre inefficace. Ce n’est que partie remise jusqu’à ses prochains exploits.

Martial 4/5
Une charge de travail impressionnante pour un joueurs habituellement qualifié de nonchalant. Au four et au moulin, il est allé chercher les ballons assez bas, s’est démené pour aller presser à son tour et a pris ses responsabilités au moment de passer devant au score. Notre Toto prend une nouvelle dimension en cette fin de saison, pourvu que ça dure.

Bobby Carlton

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.