Manchester United-Villareal (1-1, 10 tab à 11) : La Raide et Vile Academy livre ses notes

a perdu

Salut à tous,

une finale ça se gagne et Manchester aime ça, gagner. Reste que tomber contre le type à qui la compétition appartient de fait quasiment tous les ans n’est pas chose aisée et ne laisse potentiellement pas que des bons souvenirs.



Le match

On s’attendait à ce que les Espagnols possèdent le ballon et s’exposent en contre mais c’est tout le contraire qui se produit : la possession est rouge et les occasions…plutôt jaunes. Incapables de créer du jeu face au bloc très bas d’Emery, nos rouges cocottes se heurtent à un mur et se font quelques frayeurs.

Ceci dit, le sempiternel but sur coup de pied arrêté est encaissé rapidement histoire de montrer que nous nous reposons sur les mêmes fondamentaux que toute la saison dans ce match. Pas de raison de changer un plan qui a si bien fonctionné : Moreno profite d’un ballon bien tiré dans la profondeur pour tromper De Gea, 1-0, 29e.

Dès le début de la seconde période, on reprend espoir grâce à l’égalisation de Cavani (1-1, 55e) et on s’attend à ce que le coup de grâce suive rapidement tant les Espagnols ont la tête sous l’eau. Le ballon ne franchit plus la ligne médiane mais de manière fort contrariante, ne franchit pas plus la ligne de but adverse.

Viennent alors les prolongations, que l’on pourrait résumer en une vaste mascarade d’une demi-heure pour savoir laquelle des deux équipes attend le plus impatiemment les tirs aux buts. Quand ceux-ci arrivent enfin, le constat est assez évident : les deux équipes ont bossé ça comme des acharnés, à tel point qu’on se demande qui avait le plus envie d’y terminer. Les dix joueurs de champ assurent dans leur grande majorité des pralines imparables, des contre-pieds parfaits et des tirs de filous, les gardiens se laissant piéger allègrement. L’opération portes ouvertes se termine cruellement pour David De Gea quand vient son tour de tirer après avoir encaissé une mine de l’espace de la part de son concurrent. C’est cruel, c’est terrible, c’est la loi du sport, bravo à Villarreal pour leur victoire.

On en profitera juste pour s’appesantir rapidement sur cette saloperie de tirs aux buts qui est au football ce que le tir à la courte-paille est aux échecs et sur ces tactiques de lâches qui consistent à les attendre, mais ce sera pour mieux en venir à ce qui nous frustre réellement : le plan n’était pas le bon. Au-delà de la frustration de perdre pour notre dernier match de la saison l’occasion d’enfin prendre un trophée avec Ole, il se trouve que le responsable le plus direct de cet échec est le Norvégien lui-même, incapable de forcer la décision ni de par ses choix initiaux, ni par ses changements en jeu.

On pourra toujours chercher des excuses en disant que le calendrier de dernières semaines n’a pas aidé (ni celui de toute l’année, d’ailleurs) et que la blessure de Maguire est arrivée au pire moment. Ces évidences balayées, il nous reste le constat d’une nouvelle saison blanche et en dépit de notre beau parcours en PL et dans l’Europa League jusqu’à cette finale, beaucoup plus de regrets que de satisfactions.


Les notes

De Gea 2/5
Le blâmer ne sert à rien, même si la tentation est grande quand un match se décide aux tirs aux buts. Une responsabilité trop lourde à faire peser sur un gardien seul tant les tireurs ont été performants.

Wan-Bissaka 2/5
Il a apporté son soutien tant qu’il pouvait mais ses centres ont été souvent bloqués et il a manqué de réussite quand il parvenait enfin à en décocher un.

Shaw 2/5
Calme balle au pied et solide en défense, il n’a malheureusement pas eu plus de réussite que son compère de l’aile droite malgré des incursions fréquentes dans la surface adverse. Ça défendait trop bien en face.

Bailly 3/5
La toute grosse pression sur les épaules puisqu’il était désigné comme le remplaçant attitré de Maguire. Il n’a pas failli.

Lindelöf 2/5
Pris de vitesse sur le coup-franc sur lequel on encaisse, c’est tout ce qui nous restera malheureusement alors que le reste de son match est ok.

McTominay 4/5
Le guerrier dont on avait besoin en seconde période. Mort de faim sur tous les ballons, il a couvert une zone phénoménale et n’a pas hésité à se projeter vers l’avant une fois la balle récupérée.

Pogba 2/5
Mal à l’aise dans le double pivot, ne sachant pas s’il devait se projeter ou rester prudent, il illustre parfaitement à quel point la tactique d’Ole est tombée dans le piège d’Emery.

Fernandes 2/5
Non-match total pour Bruno qui n’a rien réussi les rares fois où il a pu être servi. Privé d’espace et de moyens d’expressions, la défense de fer de Villarreal l’a fait totalement déjouer.

Rashford 2/5
Pas inspiré, en manque de confiance, il n’a brillé que sporadiquement sur quelques dribbles et frappes qui sont restés sans conséquences. Soigne toi et reviens plus fort, Marcus.

Greenwood 3/5
L’énergie de la jeunesse l’a poussé à tout tenter, si bien qu’il a semblé en plusieurs occasions notre joueur le plus doué.

Cavani 3/5
Buteur et premier défenseur. Lui aurait mérité meilleur sort dans ce match.

Bobby Carlton

1 thought on “Manchester United-Villareal (1-1, 10 tab à 11) : La Raide et Vile Academy livre ses notes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.