Manchester United – West Ham (1-0) : La Raide et Vile Academy fait du coaching pour livrer ses notes

Brochette satanique

Avant-match :

Pas de break. C’est pour les lopettes. Alors que la France profite de quelques jours de « football » pour un trophée en plastique, la Premier League poursuit son rythme effréné. C’est un Manchester United à nouveau leader qui revient à Old Trafford pour affronter l’un des promus : West Ham. Un match qui ne devrait pas poser de problème au premier abord, si ce n’est que :

1/ Manchester en a passablement bavé pour venir à bout de la lanterne rouge le weekend dernier.
2/ West Ham semble parti pour jouer le rôle du promu casse-c***** de la saison, les hommes de Sam Allardyce s’étant installés à la huitième place sans faire de bruit.

West Ham, ses supporters nazis, son effectif d’abrutis : Modibo « je vais au clash » Maïga, Frédéric « esclave »Piquionne, Alou « statistiques » Diarra. Bref, le genre de club que l’on va volontiers détester parce qu’il faut pas déconner non plus. Bon ok, il n’y a bien que quelques anglais amateurs de bière, Andy Carrol en tête pour offrir un minimum de sympathie aux hammers.

Mais on a beau aimer ce diabolique breuvage houblonné, on attend avant tout un désossage en règle des jambons de l’Ouest.

 

La Composition Infernale :

Match de milieu de semaine oblige, Sir Alex fait quelque peu tourner ses titulaires indéboulonnables qui nous enchantent un peu plus chaque weekend. Non je déconne. L’Ecossais continue de chercher la combinaison qui pourrait enfin donner un peu de confiance à ses joueurs et un peu de joies au spectateur. Purée, ça rime, c’est beau et je l’ai pas fait exprès.

Bref, le 11 de départ est largement remanié par rapport au match face à Queens Park Rangers :
La charnière centrale est composée d’Evans et Smalling. Oui madame.
Au milieu, Carrick fait son retour, en soutien de Cleverley et d’Anderson qui devra confirmer son statut de mec un peu en forme.
Enfin devant, le trio que le monde entier devrait nous envier : Rooney, Hernandez et van Persie. On se dirige donc tout droit vers un 4-3-3 affiné 4-3-1-2. Ou 4-1-2-1-2. Enfin vous m’avez compris. Non ?

Alors voilà un dessin :

Le banc : De Gea / Jones / Ferdinand / Buttner /  Fletcher /  Young / Welbeck

 

Le match en live différé qu’il fallait mieux pas être en retard.

1′ : Ah ben d’accord, à peine le temps de mettre l’image que l’on voit van Persie imiter le fameux but de Bergkamp face à Newcastle. Tac contrôle qui se transforme en mi-grand pont mi-sombrero pour son vis à vis et frappe enchainée intérieur du pied. Malheureusement un connard de défenseur vient détourner la balle pour lui donner une trajectoire pourrie de lob, qui finit au fond néanmoins. C’est donc pas aussi beau que l’original, loin de là mais ça fait but quand même. 1-0

4′ : Offensive de West Ham pour un festival de frappes contrées. Carrol met tout le monde d’accord en tirant largement à côté.

27′ : Il s’est sûrement passé des choses, notamment une frappe puissante de Chicharito qui est pas passée loin de la lulu,  mais mon matériel informatique de basse précision m’empêche d’en profiter. Je retrouve finalement le match sur une longue balle en avant côté West Ham. Carrick et Evans jouent au flipper de la tête. Carrol en profite, dans la surfac,e pour armer une reprise et tirer au dessus.

29′ : Corner mal renvoyé côté West Ham. Robin en profite pour lancer Rafael côté droit dont le centre est repoussé dans les pieds d’Anderson qui tente sa chance aux 16 mètres. C’est capté par Jaaskelainen

30′ : Profitant d’une bonne passe de Cleverley, Hernandez s’enfonce au milieu de quatre hammers et enroule une frappe à l’entrée de la surface. C’est dans les bras du portier adverse.

33′ : Anderson se déchire aux 30 mètres et envoie sa frappe en tribune. Y avait pas le feu pourtant.

36′ : Taylor imite Anderson pour les Hammers avec une frappe lointaine qui a probablement pété un projo.

C’est alors que l’ordinateur de votre serviteur se remet à faire des siennes. Et va-y que ça freeze, que le son déconne… L’infernal Wayne Boulet par s’échauffer.

Mi-temps : 1-0 pour United et c’est déjà pas mal. On a ouvert le score, c’est pas si souvent cette saison. Néanmoins pour assurer en seconde période, le staff de la Raide et Vile Academy fait un choix logique. Luke Seafer est remplacé poste pour poste par l’Infernal Wayne Boulet qui vous compte donc la suite de l’histoire et note les joueurs.

50’ : Cleverley déborde côté gauche et centre au deuxième poteau pour la déviation d’Hernandez à destination de Rooney. La frappe de l’Anglais est contrée, la gonfle revient sur Van Persie qui ne peut que l’envoyer au-dessus.

55’ : United occupe clairement le camp des Hammers depuis une dizaine de minutes, on voit même Evans monter jusqu’au 25 derniers mètres adverses. A peu près tout le monde s’essaie à la frappe, dont Rooney. C’est bien au-dessus. Je pense qu’il y a un concours ou un règlement de comptes avec un type dans les tribunes.

56’ : Sur une nouvelle montée d’Evans, RvP obtient un coup-franc  à vingt mètres des bois, idéalement placé pour lui. Le Néerlandais place la balle mais c’est trop mou pour inquiéter Jääskeläinen. (vas-y l’autre il se la pète il met les trémas et tout ndLS)

57’ : Petite frayeur due au streaming instable. Je vois tout à coup Carroll au duel avec Lindegaard. Bon, évidemment, si j’avais été devant la télé, tranquille, j’aurais eu le temps de me rendre compte que « l’attaquant » anglais était hors-jeu.

60’ : Trouvé à l’angle de la surface côté gauche, Rooney tente la frappe enveloppée côté opposé, très bien détournée par Jääskeläinen en corner. Sur celui-ci Carrick et Hernandez sont tout près marquer mais la défense de West Ham est tout bonnement héroïque.

62’ : West Ham commence à devenir dangereux ! En effet, Carroll sort. Ah bah en fait, non, je retire ce que je viens de dire, c’est Carlton Cole qui rentre.

67’ Young rentre pour Cleverley.

68’ : Sur une contre-attaque, Rafael centre en demi-volée, pour la reprise d’Hernandez en aile de pigeon, malheureusement, c’est de peu à côté.

69’ : Bonne perforation de Young, servi par Anderson dans l’axe. Le « fluet ailier » préféré de Bernard Morlino trouve Rooney devant surface mais sa nouvelle frappe enveloppée au-dessus.

70’ : Wooooooh, c’est décidément la folie à West Ham ! Sam Allardyce, probablement la seule créature de l’univers capable de prendre Sir Alex Ferguson au concours de whisky (mais lui, c’est avec du Jack Daniels, faut pas déconner), éclabousse le monde de son talent dans cette discipline en envoyant Maïga remplacer Jarvis.

71’ : Bon jeu à trois, côté Hammers. Ça part d’une balle piquée de Nolan, pour la tête de Cole qui remet vers Taylor qui peut armer la demi-volée mais qui par là-même met fin à la vie d’une pauvre mouette.

72’ : Après avoir bien servi RvP dans la surface d’une talonnade, Anderson voit le ballon lui revenir dans l’axe aux abords de la surface. Sa frappe à ras de terre est repoussée tant bien que mal par Jääskeläinen

75’ : Rafael s’amuse et avale le terrain côté droit, sert Rooney dans l’axe, qui feinte la frappe, crochète, la donne  RvP mais le Néerlandais n’obtiendra qu’un corner.

77’ : Anderson arrache encore un ballon et lance van Persie. Ce dernier tente de trouver Hernandez dans la profondeur dans la surface. Le ballon n’est pas formidablement exploitable et le Petit Pois n’est pas assez prompt. Sa frappe écrasée pied gauche en glissant ne trouve que les bras du portier adverse.

78’ : Signe qu’on passe une soirée tranquille : Rooney sort pour Welbeck.

82’ : Anderson est tellement en confiance qu’il tente un grand pont en rentrant dans la surface. Le pire, c’est que j’y ai cru.

83’ : Long ballon sur coup franc, à partir de la ligne médiane, pour West Ham (action typiquement « Allardycienne »)  qui trouve Carlton Cole en pivot. Mais Lindegaard repousse. Avec assurance en plus.

84’ : Sortie du héros du jour, Anderson laisse sa place à Phil Jones (love love love love). Mais on remarque que Ferguson n’a pas fini de faire jouer notre beau Phil à tous les postes, puisque le Goldorak jouera milieu de terrain, donc.

86’ : Maïga est trouvé dans la surface, travaille devant Evans et frappe. C’est bien au-dessus.

89’ : Evra monte et joue en relais avec Young, il peut ainsi centrer retrait, frappe de Jones ! Alors que je suis en position pour faire l’hélicoptère, je me rends compte que ce ne sera finalement qu’un corner pour United, corner qui verra une tête de Carrick passer au-dessus.

92’ : Légère frayeur avec Nolan trouvé dans la surface dont la frappe du gauche est contrée par Jones et Carrick.

Fin du match : Ca faisait tellement longtemps qu’on n’avait pas vu un match aussi contrôlé de la part de United ! C’aurait pu faire 2,3,4 voire 5-0 s’il y avait eu plus d’efficacité. A partir de là, je crois que bon, tu peux voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Etonnamment, quand on connaît ma super sévérité légendaire de la mort qui tue, je choisis la deuxième option.

Les notes  :

C’est la fête, ce soir, l’impression donnée par les Rouges diables m’a tellement fait plaisir que j’ai envie de mettre 3 minimum à tout le monde. Les trois de devants ont été remuants, le milieu a bien travaillé, la défense a été globalement sérieuse. Et accroche-toi, Evans et Anderson ont fait un super match, en même temps.

Lindegaard : 3/5 avec éventuellement +1 : N’a rien eu à faire de la période. Le + 1 serait pour sa parade sur le coup franc qui a vu la frappe en pivot de Cole. Mais comme c’est Cole, est-ce que c’est mérité ?

Rafael : Au moins 4/5 : S’est baladé sur tout le flanc droit sans que personne ne vienne l’emmerder. A manqué de précision sur ses centres mais a bien combiné, notamment avec Rooney, pour créer des décalages.

Smalling : 3/5 : Pas beaucoup de boulot, mais ça a été fait avec sérieux, a bien contenu la « menace » Andy Carroll.

Vidi Evans 4/5 : Jamais pris en défaut, il s’est même permis de remonter le ballon jusque loin dans le camp des Hammers, il a même rattrapé une petite cagade de Patrice en toute fin de match. Un match de bel homme s’il en est.

Evra : 3/5 : Une moins bonne note que son pendant côté droit parce qu’il est moins souvent monté aux avants-postes. Il n’y en avait pas forcément besoin, cependant.

Carrick : 3/5  sans favoritisme aucun : Très impliqué offensivement en début de match, il a ensuite cédé ce rôle à Anderson, mais s’est appliqué à bien relancer, se replacer correctement et diriger le milieu de terrain. Le repos pris lors du dernier match semble lui avoir fait un bien fou.

Anderson : 4/5 : A bouffé, vampirisé, absorbé le milieu de terrain. Il était carrément partout. Très peu de déchet dans son jeu, des transmissions réussies, de l’efficacité, de l’inspiration, de l’impact physique mesuré. Du Anderson comme ça, on en redemande ! Remplacé par Jones.

Cleverley 2 ou 3/5 : Le plus en retrait du milieu. N’a pas provoqué de grosse occase ni fait quelque chose de vraiment notable. A travaillé pour l’équipe en tenant bien son poste. A toi de voir. Remplacé par Young.

Rooney 3/5 (note réaliste 2/5) : 3 si tu considères que ça a combiné sans arrêt avec Chicharito et Van Persie, qu’il était dans tous les bons coups de l’équipe de Ferguson. 2 si tu penses qu’il aurait pu s’appliquer à cadrer davantage ses frappes et à moins se précipiter sur certains choix offensifs. Je privilégie néanmoins la première option. Remplacé par Welbeck.

Hernandez : 3/5 (note réaliste 2/5) : 3 si tu considères qu’il a vraiment bien participé au jeu de l’équipe, qu’il a créé des brèches pour les autres et qu’il n’a pas été forcément été le premier choix de passe de ses partenaires. 2 Si tu penses que son boulot, surtout au vu de son profil, c’est de la mettre au fond et que ça n’a pas été le cas.

Van Persie : 3/5 : Parce qu’il a été le plus dangereux des attaquants, qu’il a planté ce très beau but, et qu’il s’est bien fondu dans le collectif.

Je ne note pas les remplaçants : Young a fait une bonne entrée, mais l’équipe était en train de baisser de rythme, pas facile de mener de bonnes contre-attaques, du coup. Jones n’a pas pu montrer l’étendue de son immense talent mais a effectué un mini sauvetage avec l’aide de Carrick. Welbeck m’exaspère vraiment. J’ai eu le temps de gueuler trois fois « Mais lève la tête, putain ! » lors des dix grosses minutes qu’il a passées sur la pelouse.

 

Inferanal kisses,

L’infernal Wayne Boulet et Luke Seafer

Si tu veux que Horsjeu.net survive, que tes académicien préféré puissent être fournis régulièrement en jeunes vierges et en litres de Bloody Mary jusqu’à plus soif, par l’Editeur, ce bel homme, alors tu peux faire un geste en versant une maigre contribution financière mensuelle (Satan te le rendra) ou même un don unique qui n’engage à rien. Clique ici.

Sinon, Luke Seafer est aussi sur Facebook (mais pas Wayne) et il veut des amis, plein, parce qu’il était toujours tout seul dans la cour de récré et personne ne venait lui parler. Peut-être à cause de la chauve-souris sur son épaule, de ses briques de sang pour le goûter… On ne sait pas trop. Mais viens lui faire coucou, ça lui fera plaisir. Et si tu veux faire encore plus, tu peux aussi devenir fan de la Raide et Vile Academy. 

Et tiens, il est aussi sur Twitter (mais toujours pas Wayne) et il trouve que c’est une invention de Satan un truc aussi addictif, donc n’hésite pas à lui faire coucou.

 

3 thoughts on “Manchester United – West Ham (1-0) : La Raide et Vile Academy fait du coaching pour livrer ses notes

  1. Le visage de l’infernal Wayne boulet me fait plus peur que celui de Gary Neville. C’est dire…

  2. Hernandez avait pas mal scoré ces derniers temps, forcément quand il marque pas ça fait moins bien dans le tableau.

  3. @JustWide : C’est le pré-requis pour pouvoir effrayer Anderson et lui dire de se bouger le cul. Apparemment, ça marche.

    @Franck : Je suis d’accord. Mais j’aime toujours autant ce joueur et je pense qu’on peut dire que les changements (même mineurs) qu’il tente d’apporter à son jeu témoignent de son implication.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.