Merscato d’été 2018 – La Forez Académie fait le bileuan

Notre Président n’est plus aux affaires, le merscato vu de l’intérieur a vécu. Malgré cela, la Forez Académie vous livre son avis sur cette période un peu agitée.

1         L’effectif :

 

Date

Arrivées

Départs Montant
02/09 Y. Salibur

(Guingamp)

Prêt
29/08   F. Honorat

(Clermont)

Prêt
29/08 F. Honorat

(Clermont)

  Env. 800 k€ ?
23/08   N. Djouahra 

(Real Sociedad)

Libre
16/08 R.Cabella

(Marseille)

  Env. 5 M€
12/08   O. Tannane 

(FC Utrecht)

Prêt
10/08   L. Lacroix 

(Hambourg)

Prêt avec O.A. de 2,5 M€
01/08 T. Kolodziejczak

(Club Tigres UANL )

  Prêt avec O.A. de 5 M€
27/07   A. Guendouz 

(Pau)

Prêt
17/07 W. Khazri

(Sunderland)

  Env. 7 M€
11/07 K. Monnet-Paquet   Prolongation après fin de contrat
10/07   R. Pierre-Gabriel

(Monaco)

Env. 6 M€
10/07   D. Maïga

(Metz)

Prêt
02/07   J. Bamba

(Lille)

Fin de contrat
25/06 M. Debuchy  

Libre


EDIT du 11/09 : la Forez Académie n’avait pas les yeux en face des trous, elle a en tout cas oublié pas mal de joueurs qui nous ont quitté. Nous sommes un peu honteux d’avoir zappé Théophile-Catherine (libre, Dinamo Zagreb), fidèle soldat qui a toujours répondu présent, ou dans une moindre mesure Pajot (env. 1M€, Angers), qui était au placard depuis l’arrivée de Gasset mais qui n’a jamais fait de vagues. Par contre, les départs de Janko (2,2 M€ !!, Porto), braquage de l’année sachant que Porto s’en est déjà débarrassé en l’envoyant à Nottingham Forrest, ou de Jorginho (prêt, CSKA Sofia), titulaire à Old Trafford ne l’oublions pas, on va dire qu’on préfère oublier que ces joueurs ont un jour porté le maillot vert.


Au final, pas mal de mouvement dans les deux sens chez les Verts, que ce soit dans les départs ou les arrivées.

1.1      Les départs :

Après l’opération « Vent du boulet » du dernier merscato qui a vu Pogba et Dabo nous quitter définitivement, Lacroix (merde…) et Diony (2e chance bébé, on compte sur toi) sont revenus de leurs prêts pas vraiment concluants. Heureusement, le grand badinguet suisso-brésilien est reparti aussi sec chez les Hambourgeois, bon courage pour remonter avec le Beckenbauer hard discount. Autre départ en prêt : le puto crack Tannane, l’homme qui ne savait pas que Las Palmas était sur une île, retourne au pays qui l’a vu « exploser ». Te casse pas à revenir, on t’en voudra pas si tu prolonges tes vacances là-bas. Toujours dans les prêts, Maïga se barre à Metz chez Antonetti : dommage qu’il soit arrivé blessé, mais il pourra sans doute progresser là-bas grâce à un entraîneur qui fait confiance aux jeunes. Plus anecdotique, le départ de Guendouz, 3e gardien, à Pau. Dans les départs qui font chier, évidemment en tête de liste, Bamba : le pillot a voulu gagner des pleins de paillats de pogneuon, tellement qu’il est allé retrouver l’entraîneur qui l’avait plus ou moins foutu au placard chez nous. Et comme il cartonne en ce moment chez les caniches, ben on l’a un peu mauvaise de l’avoir vu partir pour zéro. Autre départ libre, le jeune Djouahara qui a été récupéré par la Real Sociedad via Eric Olhats, le « découvreur » de Griezmann. Beuon, on en sait rien, mais on pourrait bien avoir l’babeau si jamais le matru se met à rendre fiols les défenseurs espingouins. Enfin, le seul garagna sorti d’chez nous, et qui nous rapporte quelques piécettes : Pierre-Gabriel. Gros potentiel, mais une hygiène de vie de galapiat qui le voit se blesser à la cuisse 1 mâche sur 3. Et devinez quoi ? Il s’est blessé pour sa 1e sortie, normal. Récupérer environ 6 M€ sur un joueur aussi peu fiable physiquement est peut-être une bonne opération.

1.2      Les arrivées :

Tout a commencé avant le départ du merscato, avant les prolongations du sorcier et de son assistant magicien : Gasset et Printant. C’est la base du projet, ce qui  nous a permis de signer pour un bail de 3 ans le latéral préféré de ton latéral préféré, Debuchy. Dans la foulée, M’Vila prolonge lui aussi l’aventure alors qu’il avait un accord pour partir dès la fin de la saison dernière. On a notre b’naise, les tauliers sont restés, il ne restait plus muscler un peu plus cette équipe un peu moulachique deveuant. Et là, BAM ! Gros coup sur l’gandot des Rennais : Khazri préfère jouer la Ligain avec les Verts que l’Europe sous la pluie bretonne. La recrue phare de ce mercato, c’est lui. Joueur doué techniquement et généreux sur le terrain, il doit être le leader technique de la formation stéphanoise. Un leadership qu’il va devoir partager avec le revenant, Cabella. Séduit et épanoui la saison dernière sous la liquette verte, l’ex-Marseillais peut dire « Mercééééééé » à Gasset qui a bataillé pour le faire revenir, et cette fois en transfert définitif. Autre recrue d’importance : Kolodzj… Kodlozj… Cloclo… Bref, Kolo qui vient épauler un secteur défensif un peu juste : entre Perrin et ses cheveux blancs, Subotic et sa caravane, plus Silva et maintenant Debuchy qui s’abistrognent à intervalles réguliers, l’ex-quenelle ne sera pas de trop pour dépanner soit dans l’axe, soit à gauche. Et à mon avis, il sera le défenseur qui va jouer le plus de mâches cette saison. Enfin, les transferts tardifs : celui pour l’avenir avec Honorat, ailier de Clermont qui restera prêté à son club d’origine pour cette saison. Nous ne connaissons pas trop son niveau, on jugera plus tard. Et enfin Salibur, qui a réussi cette fois à boucler son transfert, malgré des rebondissement de dernière minute : un prêt avec O.A. obligatoire qui subitement devient un prêt sec. Bref, il est là pour cette saison au moins, et s’il retrouve son niveau, ça mettra Hamouma et KMP sur le banc, ce qui n’est pas une mauvaise chose.

1.3      Conclusion :

Gasset avait demandé 16 pros minimum + des jeunes pour épauler : il les a. Il voulait conserver Debuchy et M’Vila : ils sont toujours là. Il voulait Khazri et Cabella + un autre joueur de couloir (Salibur) + un défenseur polyvalent (Kolo) : il les a eu. En gros, on peut dire que c’est mission accomplie pour la Direction, sous la houlette de Paquet et de la cellule de recrutement. Cependant, j’ai peur que l’effectif soit un peu juste si une avalanche de blessures nous tombe sur le coin du nez. On a des jeunes très prometteurs (Saliba, Camara ou Gueye) qui devraient jouer quelques minutes cette saison, mais il ne faudrait pas qu’ils soient installés au poste trop tôt car ils sont encore un peu tendres. Maintenant, s’ils sont bons, il faut les faire jouer, et ne pas attendre qu’ils moisissent sur le banc ou qu’ils enchaînent les prêts sous peine de revivre l’épisode Bamba. Un mal pour un bien : les Verts ne jouent pas l’Europe, les temps de récupération entre les mâches doivent permettre à cet effectif de se régénérer sans trop de mal, et donc de se préserver des tuiles musculaires. La Forez Académie donne ainsi un bon 4/5 au mercato stéphanois, qui nous permet d’aligner sur le papier (et quand tout l’effectif est disponible) une des meilleures équipes de ces dix dernières années.

La dernière compo alignée par Jean-Louis. C’est beau.

 

2         Les coulisses

Depuis le départ de Galette, les coulisses sont plutôt agitées chez les Verts, et cette saison n’a pas fait exception à la règle avec le vrai-faux rachat de Peak6 en point d’orgue.

2.1      Le staff

Mais avant ça, il y avait une question primordiale : Jean-Louis Gasset, sa casquette, son pull sur les épaules et son Ghislain Printant allaient-ils rempiler pour une saison supplémentaire, ou nous abandonner à notre triste sort ? Bon, j’en ai déjà parlé plus haut : Djizus Gasset reste avec nous ! C’est évidemment la meilleure nouvelle qui pouvait nous tomber dans la boge : on ne voulait certainement pas revivre un épisode « à la Garcia », et conserver le mentor qui a plus que sauvé le club en 2e partie de saison était une priorité. Surtout que Gasset s’affirme comme le véritable patron du sportif, et qu’il n’hésite pas à défendre sa cellule de recrutement avec qui il semble bosser de concert. Sa remise en place de l’ami Caïazzo était tout simplement savoureuse. Si on a pu avoir des doutes sur les compétences de Wantier (directeur de la cellule de recrutement) et sa clique, Jean-Louis met les glaçons dans le Ricard, et balaie tout ça d’un revers de la main habile, plongeant en même temps dans le bol de cahouètes pour s’en envoyer une petite poignée bien à-propos. En conclusion, rien ne bouge, tant mieux. Ah si, on notera le départ d’Eric Blondel, Team Manager de son état, et dont la fonction obscure n’a jamais vraiment été définie pendant les deux ans qu’il a passé au club. On s’autorise à penser dans les milieux autorisés que ce proche de Caïazzo était justement là pour porter la voix de son maître, et notamment alimenter les journalistes au fort accent du sud, bossant dans un quotidien sportif, en polémiques débiles visant surtout l’autre tête de la Direction…

2.2      La Direction

La Direction justement. On pensait qu’on allait enfin se débarrasser de Laurel et Hardy (nous vous laissons deviner qui est le gros et qui est le petit), au final ils sont toujours là. Même si Roro a pris du recul, laissant le domaine sportif aux mains de Frédéric  Paquet depuis janvier. Zozo, lui, rode toujours dans les couloirs de la Ligue, errant tel un gentil fantôme, pas celui qui fait peur, non. Voilà, en fait, Caïazzo c’est Casper. L’affaire qui a agité Sainté et ses environs, c’est donc l’annonce de négociations avec le fonds américain Peak6 pour céder une grosse partie des parts de l’ASSE, mais pas la totalité, puisque l’association ASSE en aurait conservé 12%. Après un mois de poker menteur, et alors qu’on pensait la vente imminente, la situation s’est inversée en quelques jours et le 24 mai, la décision tombait : pas de vente vers Peak6 ! Officiellement, la raison est que les Ricains auraient tenté de négocier à la baisse les investissements qu’ils auraient engagés dans le club au dernier moment. Officieusement, Peak6 aurait aussi décidé de ne pas garder Gasset pour mettre Ricardo à sa place. Si on peut louer la décision des dirigeants actuels de ne pas céder sur des promesses non tenues (et notamment vis-à-vis de Gasset), l’échec des négociations et la décision de ne plus vendre l’ASSE me laisse un goût amer. Evidemment, il n’était plus envisageable de reprendre des négociations avec un repreneur, le mercato démarrant quelques jours plus tard. Sauf qu’on repart sur un nouveau cycle avec notre hydre à deux têtes, et le retour au premier plan de Zozo dans les medias me laisse à penser que ça n’a pas rendu tout le monde malheureux. Ce même Zozo qui désertait les couloirs de Geoffroy Guichard quand l’équipe enchaînait les défaites en fin d’année 2017, et qu’on retrouve à parader sur tous les supports médiatiques possibles, prêchant d’abord pour sa paroisse et de celle de ses amis de la Ligue. Nous avons toute confiance en Gasset et son équipe pour mener l’équipe vers les objectifs qu’ils se sont fixés. Nous n’avons aucune confiance en Caïazzo, comme depuis de nombreuses années, et nous espérons sincèrement que Romeyer va laisser Paquet bosser comme il l’entend. Avec la manne des droits tv qui devrait tomber dans les prochaines saisons, la perspective a changé et, à notre avis, une vente n’est plus du tout à l’ordre du jour, ni pour la saison prochaine, ni pour la suivante (sauf accident ou offre exceptionnelle). Seulement voilà : Roro a déjà atteint la limite d’âge pour diriger les Verts, ses jours sont comptés, mais quid de Caïazzo ? Laisser le club à quelqu’un qui ne possède la fibre verte que parce qu’elle lui offre une surface médiatique à la hauteur de son ego est un danger que nous redoutons. La saison à venir nous dira si le sportif est sur les bons rails, pour l’administratif, il faudra encore attendre un peu.

 

Roland / Gruger / Robert

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

6 Comments

  1. Beau blian. Merci.

    On connaît le montant du prêt payant de Salibur ?

    ALV
    B.A.

    • Aucune idée. Je suis pas sûr que les montants vont filtrer mais on peut penser que les Verts prennent en charge intégralement son salaire (j’ai lu quelque chose comme 40 k€ bruts par mois).

  2. Pourriez vous à l’occasion noter le Merscato de l’Olympique de Marseille ?
    (cheville de Mitroglou comprise).

    On vous attends, vous et vos Kazrien et Rémy Cabello. ça promet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.