Montpellier-Nice (3-2) : La Paillade Académie ivre ses notes

Les demies pou Loulou.

J’avais déjà commencé à asperger d’essence la voiture de monsieur Fautrel, mais finalement Tinhan a redonné l’avantage aux Pailladins dans les dix dernières minutes du match. Il y avait un dieu hier après-midi, et il aimait les Fiat Panda !

Les notes :

Pionnier (3/5) : A appelé Bedimo « Arthur » et le Camerounais n’a pas compris ; « Henwi, Henwi, tu dois faiwe eweuweuh », aurait-il répondu dans la langue de Molièweuh – pendant que Cabella, hilare, recrachait son pschitt-fraise par les naseaux. Laurent ne pouvait en revanche s’en prendre qu’à lui-même, quand il concédait un penalty suite à une sortie – un peu tardive ? – dans les pieds de Maupay. Qu’à cela ne tienne, le natif de Bagnols-sur-Cèze (pas de séquelles) a bien terminé le match avec deux interventions décisives, devant Civelli et je ne sais plus qui ; appelons-le Jean Mouloud.

Deplagne (3/5) : Est retourné à ses premières amours : Super Picsou Géant et Mickey Parade. Difficile toutefois, de retrouver le rythme des matches en bois ; les Rapetous avaient-ils enlevé le trésor de l’oncle Balthazar ? Avaient-ils utilisé l’argent pour aller aux putes ? Fallait-il préférer cet instrument servile de l’impérialisme américain, à Tintin la bédé des crypto-fascistes ? Pas de doute, la lecture de Kant – en allemand dans le texte – avait embrouillé le fil de ses pensées. Mais après un début de match moyen, Mathieu a gagné en assurance et défendu plus intelligemment, comprenant bien que les philosophes – parmi lesquels Michel Onfray et Alain Finkiel-crotte – sont des cons.

Congré (3/5) : C’est terminé les Congré payés, connerie de gauchistes branleurs des années 1930. C’est Daladier, « le taureau du Vaucluse », qui avait raison : il faut remettre la France au travail ! Et la Guadeloupe ! Dany le flan la ramène moins maintenant, c’est pas vrai ?! En tout cas il a gagné de nombreux duels à la tête contre Nice, et, exception faite de cette air-intervention après la boulette de Bedimo, a été assez irréprochable (en même temps il faut comprendre : pour une fois que quelqu’un d’autre que lui était l’auteur d’une boulette, il fallait que les conséquences en soient maximales).

Yanga-Mbiwa (3/5) : Faisait tapisserie dans cette soirée programmée l’après-midi – allez comprendre – et puis de temps à autres « je te présente Bosetti », « Pied, Mapou, Mapou, Pied » : la connasse de service venait l’interrompre en pleine consommation de petits fours à l’œil. Tu la connais cette connasse ; elle ressemble à Patrick Juvet avec les fesses en forme de poire, elle a une grande gueule de baudroie, personne veut la troncher, même pour de l’argent. Et dans ces moments Mapou faisait plutôt bonne figure, même si on peut toujours lui reprocher quelques prises de risques inutiles dans la relance, et un duel perdu avec Civelli en fin de match, qui aurait pu coûter cher.

Bedimo (2/5) : « Oui Henwi c’est moi, non je n’ai pas changé, je suis toujouwww celui qui t’a aimé, qui t’embwwwwwassait et te faisait pleuweeeeeeeeeeeeeeer ». Ce sont de belles paroles Henri, mais où sont les feeeeeeeemmes (MA CHE CAZZATA D’INVITER PATRICK JUVET !), où sont les actes ? Cette saison il confond tout : il n’est pas assez appliqué dans son camp – en témoigne cette relance manquée, à l’origine du premier but niçois – et pas assez insouciant dans le camp adverse. Les escrocs du RC Lens n’avaient pas mentionné cette histoire de péremption à l’été 2012 !

Stambouli (3/5) : J’ai été troublé d’apprendre pour la mononucléose de Benjamin, sachant que selon doctissimo.fr (ceux-là mêmes qui avaient la réponse pour mon pustule sur le gland) : « Irrégularité des cycles, irritabilité, prise de poids, bouffées de chaleur… la ménopause survient entre 45 et 55 ans. Mais ce tournant majeur dans la vie d’une femme n’arrive pas brutalement. Elle est précédée d’une période plus ou moins longue appelée périménopause. Sachez l’identifier. ». Mais alors, comment Victor Zvunka parvient-il à composer un effectif chaque vendredi ??? C’est probablement le plus grand mystère du XXIe siècle. En attendant pour une bonne femme de cinquante ans, Benjamin a été assez performant dans la récupération, et a distribué de bons ballons pour les attaquants.

Pitau (4/5) : Une des pièces maîtresses du directeur ; ah la salope, va laver ton cul malpropre, sucer comme ça pour des BN ! Toujours impliqué dans la construction, Romain a aussi récupéré un nombre considérable de ballons – surtout en première période – et offert un nouveau but à Rémy Cabella, après la passe décisive dimanche dernier contre Bordeaux. Nous avons Ribouldingue, manquent désormais Croquignol et Filochard.

Cabella (4/5) : Plus fort que Magath Felix (présent!), le chat continue de marcher sur l’eau, nager sur le bitume, et ça fait 3 minutes Jimmy Punchline, 7ème Magnitude. Toujours très disponible, il a cette capacité à accélérer le jeu et à créer des espaces, qui fait de lui le Monsieur Plus du milieu de terrain. Et il a encore marqué ! « Si je porte des chemises à fleurs, c’est que je suis en avance de deux ou trois longueurs ; ce n’est qu’une question de saison, les vôtres n’ont encore que des boutons ».

Mounier (3/5) : À force de dormir, Anthony a récupéré le sommeil enlevé par la mouche tsé-tsé ; auteur d’une bonne deuxième période, il a beaucoup provoqué et s’est montré dangereux à plusieurs reprises. Malheureusement, la parade de Pejcinovic sur sa ligne – pour rappel, Pejcinovic est un joueur de champ – le prive d’un but qui eût été largement mérité. Avec 10/10 à chaque œil, monsieur Fautrel est prêt à piloter des avions, direction les États-Unis d’Amérique.

Utaka (2/5) : Veut à tout prix dribbler les stadiers, le patron de la buvette et Robert, Gévaudan, travée P rang 5. C’est un peu prétentieux – Robert a longtemps joué en PHR !

Herrera (3/5) : À cours de rythme – des crampes à la 70e minute de jeu, sérieusement… – « El Tanque » a profité de la coupe moustache pour faire le plein de confiance, en inscrivant notamment un but. Après tout n’était pas parfait, et le précédent Kabze – rappelez-vous son doublé contre Lille en Coupe de la Ligue – invite à la prudence, mais j’ai apprécié son implication dans chacune des offensives montpelliéraines.

Sont entrés en jeu :

Estrada : Ben ouais. Petit ventre de la ménopause oblige.

Camara : Passeur décisif, le joker a décidé de tout faire péter à Gotham.

Tinhan : Deux fois qu’il nous offre la qualification en coupe moustache. Un bon petit.

Bonus « In radio c’è un tacchino, in radio c’è un tacchino… e il tacchino glu glu glu e il gallo corococo e la gallina co e il pulcino pio, e il pulcino pio, e il pulcino pio… » :


La bise méridionale ma couillasse !

Loulou

6 thoughts on “Montpellier-Nice (3-2) : La Paillade Académie ivre ses notes

  1. Salut.

    Alors c’est vous qu’on va niquer en demi ? Ben, nos excuses d’avance. En même temps, vous vous êtes pas gênés pour gagner chez nous l’an dernier, et puis même y’a deux ans aussi. Donc, en fait, je retire ce que j’ai dit et allez vous faire foutre cordialement.

    De toute façon, on est tous d’accord pour dire que c’est une compet’ de merde et que le seul enjeu c’est l’Europa league. Si c’est pour encore perdre contre des Hongrois ou des Grecs, autant que ce soit nous qui y allons parce qu’au bout d’un moment, ça va se voir que c’est tout le foot français qui est mauvais.

    Kenavo ar wec’h all. Et merci pour tout. Enfin sauf pour Cédric Barbosa. Et Toifilou Maoulida aussi. Même Delaye c’était cher payé. Puis Sorlin… Voilà quoi. Par contre merci pour Montano, c’est un super joueur. Vu que vous galérez devant, on vous le vend à prix d’amis, genre 8 ou 9 M€. Affaire à saisir.

  2. Salut Roazh.

    J’ai regardé Rennes-Troyes: les andouillettes ont frôlé l’exploit, alors pourquoi pas nous? Ensuite t’es mauvaise langue; le trophée en lui-même est beau, pratique pour contenir la salade de pâtes, et la compétition redonne la confiance à Emanuel Herrera. Avec le petit Charbonnier qui commence à donner satisfaction, Souleymane toujours proche du divin chaque fois qu’il rentre, on est parés.

    Non en fait je déconne j’en peux plus de nos attaquants de merde, marché conclu pour Victor Hugo. Demain dès l’aube, c’est bon?

    La bise

  3. Salut Loulou.

    Pas de problèmes. Je termine tranquille la 8.6 et je fais le café direct pour pas rater le RDV.

    8M€ + Cyril Jeunechamp, ça va ? Mon équipe manque de couilles. Elle arrive même pas à se faire expulser un joueur quand elle perd 1/0 contre des relégables à domicile. Pajot a clairement besoin d’un maître étalon.

    Pour l’exploit, n’exagérons rien. Nous sommes quand même la dernière équipe en compétition à n’avoir jamais participé à la ligue des champions.

    La bise aussi.

  4. En toute rigueur, Sainté n’a jamais participé à la Ligue des Champions non plus. La Coupe des Clubs champions oui. Autre époque.

    Rendez-vous avec l’un de vous deux en finale (j’espère).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.