Napoli – Carpi (1-0) : c’est pas fini pour la Napoli académie

100 % de possession de balle, un penalty oublié, un but refusé pour hors-jeu mais pourtant valable, et la Juve qui ouvrait le score à Frosinone… Tous les ingrédients étaient réunis pour me casser les couilles, mais finalement Naples remporte logiquement le match, et fait tomber le record de victoires consécutives de la période Maradona. Rendez-vous pour le compte-rendu de Juventus – Napoli, un match qui s’annonce explosif et déterminant.

 

Les notes :

Reina (3/5) : zéro tir cadré côté carpistes, forcément ça aide. Vigilant, ses sorties n’étaient pas celles d’un pêcheur de carpes.

Hysaj (5/5) : son agent dit de lui qu’il est le meilleur arrière droit du championnat. Il a beau prêcher pour sa paroisse, je veux bien le croire : encore une fois intraitable défensivement, l’Albanais a mis à profit sa vitesse, sa technique, ainsi que sa bonne entente avec Callejon pour déborder de nombreuses fois, avec succès. Un sacré paquet accroché au cul, pour un minot sorti de l’oeuf en 1994.

Albiol (4/5) : un match quasiment parfait ; une seule fois battu, il a commis une bonne faute et écopé d’un carton jaune. Non moins lucide dans ses relances.

Koulibaly (5/5) : encore un match parfait à tous points de vue : Mancosu n’a pas existé dans le jeu aérien, les coups de reins de Kalidou ont annulé les crochets des carpistes, et il a obtenu un penalty qui en définitive vaut 3 points. Comment s’étonner, dès lors, que le San Paolo tout entier soit Charlie Koulibaly ?

Ghoulam (3/5) : il a touché un nombre incalculable de ballons et s’est signalé par deux interventions défensives décisives en seconde période, mais il a marché au moins deux fois sur les pieds d’Insigne, ce qui lui valut quelques invectives à base de couilles de la part de votre serviteur.

Valdifiori (3/5) : des passes un peu téléphonées. Il reste précieux dans la gestion du ballon.

Allan (4/5) : il a gagné ses duels ; David Lopette était son témoin.

Hamsik (4/5) : omniprésent, il a su s’extraire du marquage et créer des situations – comme d’habitude.

Callejon (5/5) : il a joué avec un koala accroché au dos, ce qui n’a pas troublé l’arbitre ; de marbre, M. Doveri lui a même refusé un but à cause d’un hors-jeu qui n’existait pas. On apprécie ses appels, ses remises, sa précision toujours plus grande devant les buts – et on dépose nos couilles sur les arbitres italiens.

Insigne (3/5) : trop individualiste devant les cages. C’est dommage, y avait moyen de soigner la différence de buts.

Higuain (5/5) : 24 buts / 24 matchs.

 

Les remplaçants :

Mertens : trop altruiste devant les cages.

Gabbiadini : peu et bon.

El Kaddouri : un coup sur la cheville et puis s’en va.

 

Baci les Nîmois,
2LF.

marcelin

Qui ne saute pas est un Nîmois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.