Nantes – Lyon (1-3): la Canaris Académie se fait marcher dessus en silence

0

Petit Toumaï est à l’image des Canaris, il fait ce qu’il peut.

Salut les P’tits Beurres,

Le match à vide: pourtant, Petit Toumaï y a cru. Une première heure de jeu maîtrisée. Un avantage au score logique vu la prestation engagée des joueurs nantais. Et puis paf. Un coup de coude du général Lacazette dans la gueule de Zézé non sanctionné. Ah bon, on pète une arcade volontairement et on peut rester sur le terrain, Petit Toumaï n’était pas au courant. Des Canaris qui ne se révoltent pas et on se retrouve à se faire marcher dessus pendant la dernière demi-heure, à prendre 3 buts et à subir une défaite logique qui va nous faire galérer sur les 5 derniers matchs avec les concurrents havrais et lorientais. Dommage. Mais il va aussi falloir faire preuve d’un peu de caractère les petits canaris hein, parce qu’à la fin du match, on n’entendait que le staff lyonnais donner de la voix dans l’enceinte vide de la Beaujoire, et ça ce n’est pas bien normal, foi de Petit Toumaï.

L’hypocrisie de la Ligue : Petit Toumaï ne fera pas une diatribe mesquine sur l’hypocrisie de la Ligue qui profite des belles images d’une Beaujoire pleine, colorée et bruyante pour réaliser la campagne de communication de son produit et ainsi gagner de la thune. Et qui sans sourciller colle un match à huis clos et en prime time sur Amazon et qui prive ainsi des milliers de supporters innocents d’une belle soirée à la Beaujoire. Quelle bande de nantis irresponsables, Petit Toumaï les hait.

La course à l’échalote du maintien: Petit Toumaï milite pour que l’on joue les Niçois toutes les semaines. Au-delà de la récente rivalité sportive entre les 2 équipes (coucou la Coupe de France 2022, toujours le seum les Niçois ?), le déplacement en terre azuréenne de la journée précédente a permis à Tonton de remettre la main sur le groupe, de redonner de la confiance aux tauliers nantais, Chirivella en tête, et même de relancer les décevants Abline et Mollet. Avec cette victoire importantissime, les Nantais se relancent et se donnent un peu d’air. En vrai, c’est la place de barragiste qu’il fait juste éviter, Clermont et Metz étant déjà condamnés au regard de Petit Toumaï.

Le groupe canari: Tonton a donc repositionné un 4-2-3-1, beaucoup plus compact dans l’axe. Un choix de sécurité voulu pour rassurer les Canaris, mais également dicté par la perte sur blessure de l’indispensable Simon, out pour au moins 3 mois. Contrairement à Gourvennec, Tonton décide de remettre les joueurs à leur poste, ce qui bizarrement à une influence positive sur le déroulement du match. En défense, Amian revient à droite, Zézé sort de la charnière au profit d’un Cömert fébrile et coupable sur chaque match mais qui doit avoir trouvé un sacré collier d’immunité. Retour à un double pivot Augusto – Chirivella au milieu, avec le retour à sa place préférentielle de notre capitaine. Mollet et Abline reviennent dans le XI  à droite et à gauche d’une ligne offensive où Sissoko fait le taf en faux numéro 10 en apportant une percussion physique intéressante. Mohamed est confirmé en pointe dans son rôle désormais officiel de casse – bonbon râleur mais qui finit de temps en temps par rentrer un penalty, un but de raccroc ou une volée de l’espace, ça dépend de la rotation de lune apparemment.

La composition nantaise: 

Lafont,

Amian , Castelletto, Cömert, Cozza

Chirivella, Douglas Augusto

Mollet, Sissoko, Abline

 Mohamed

Le match :

Après un début de match maitrisé par les Lyonnais où le boulet Cömert offre une première balle de but aux Lyonnais, c’est le pharaon Mohamed qui se procure la première vraie occasion nantaise, annonçant l’ouverture du score nantaise par une jolie tête d’Abline sur un bon centre de Mollet consécutif à une bon décalage de Sissoko (1-0, 48e). Ça fait beaucoup de choses positives étranges à écrire pour Petit Toumaï. Ça récompense en tout cas une première mi-temps engagée et courageuse des Nantais. Agressifs dans l’intensité, tout comme Lacazette qui a commencé son entreprise de démolition de la défense nantaise en prélevant le genou de Cömert.

Les Nantais vont donc perdre le fil après le coup de coude Lacazette à l’heure de jeu. Un simple carton jaune pour un combo coup de coude / arcade pétée, il y a quoi de quoi se sentir un tantinet enflé par les décisions arbitrales, en toute objectivité. Derrière, on se fait marcher dessus. Le boucher Lacazette se permet un énième tacle appuyé pour égaliser malgré 2 arrêts consécutifs de Lafont (1-1, 75e). Avant que l’adolescent Fofana ne renverse le match sur une belle frappe que toute la défense laisse passer (1-2, 77e). Comme le match qui échappe aux Nantais qui ne peuvent que constater les dégâts sur la dernière contre-attaque lyonnaise conclue par un dénommé Orban, prénommé Cadeau donc (1-3, 90+7e). Voilà, huitième défaite de suite à la Beaujoire. Il va vite falloir se relever avant les matchs importantissime pour le maintien qui arrivent sur cette dernière ligne droite. Comme tous les ans, finalement, Petit Toumaï se répète un peu trop à son goût.

Les notes

Lafont (2/5) : un ancien capitaine à l’image de son équipe ce soir. Une bonne première heure, avec quelques sorties autoritaires, puis extinction des feux à l’heure de jeu. Plus rien. Cette frappe de poussin de Fofana, il faut la sortir..

Amian (2/5) : sérieux sur son côté droit, c’est encore un peu juste pour la Ligue 1, ce qui situe bien le niveau de la ligne défensive dans son ensemble.

Castelletto (3/5) : le seul au niveau et qui dépasse un peu ses fonctions.  Il ne faudra pas s’étonner s’il pète un caâble de frustration d’ici la fin de la saison.

Cömert (non noté) : on ne se réjouit pas qu’il soit blessé, mais sa sortie a permis d’enlever de la fébrilité dans l’assise défensive nantaise. Quelle lenteur, quelle manque de justesse technique nom d’un petit bonhomme. Remplacé par ZéZé à la 41e (1/5) qui a perdu encore un peu plus de confiance en même que son arcade.

Cozza (2/5) : Ouais, pas fou hein. Petit Toumaï a retenu de sa prestation que ça faisait un 2ème roux sur le terrain, c’est tout.

Chirivella (3/5) : des tacles dans les pieds, des orientations de jeu bien senties. Et puis il a coulé comme tous les autres.

Douglas Augusto (2/5) : les tatouages sont restés, la grinta a disparu par contre. Remplacé par Moutouassamy à la  87e.

Mollet (2/5) : le deuxième roux sur le terrain donc. En mode alternatif, 1 centre intéressant, 1 centre raté. +1 pour la passe dé.

Sissoko (2/5) : c’est déjà mieux en position plus offensive. Une grosse capacité physique anihilée par un déficit technique important. Serait à 2 doigts d’être rappelé par Deschamps pour l’Euro. La France a peur. Remplacé par B.Traoré à la  87e. Pas Bertrand, Bénie. Oui oui.

Abline (3/5) : marque le même joli but de la tête que  lors du dernier match. Ça doit être à cause de la coiffure peroxydée, au demeurant agressive pour nos yeux.

Mohamed (1/5) : deux grosses occasions ratées, un poteau, 46 roulades dans le frais gazon nantais.

Le point classement: 15eme. Ça va être chaud jusqu’au bout de toute façon.

Le prochain match : le voilà le match de la mort à 6 points, contre Le Havre qui nous attend ce dimanche à l’heure de l’apéro. on sera fixé vers 15h si notre saison sera pourrie ou cataclysmique donc.

 Bonne semaine, les P’tits Beurres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.