Rennes-Nîmes (2-1) : La Breizhou Académie au forceps

Deux classements et deux dynamiques inverses entre les Rennais, 3e mais restant sur trois matchs sans victoire, et des Nîmois 18e, forts de quatre victoires d’affilée. Avec en sus une petite pression lilloise, les Nordistes étant passés 3e avec leur victoire face au paillasson toulousain. L’occasion pour nos joueurs de prouver qu’ils ne sont pas là par hasard.

La composition :

Stéphan ayant pris pour lui la défaite face à Reims, revient à un schéma plus classique. Soulagement sur le côté gauche avec le retour de Maouassa.

Mendy – Maouassa, Gnagnon, Da Silva, Traoré – Bourigeaud, Camavinga, N’Zonzi, Raphinha – Del Castillo, Niang.

Le match :

Première de la saison pour moi au Roazhon Park, à quelques minutes du coup d’envoi je contemple la pelouse et les tribunes avec un sourire béat. On s’échange des regards entendus entre voisins, sûrs de notre victoire, tandis qu’un pote m’envoie un texto à 17h03 : « on va prendre un but de Roux« . « Haha, le con », pensais-je.

17h06 :

-« Ah. »

-« Ah bah… »

Rennes 0-1 Nîmes (1e).

Au moins, la donne est claire : certes, c’est agréable si on localise la prostate, mais il va falloir se sortir les doigts et rentrer dans la tronche de ces foutus Nîmois. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que certains goûtent peu les touchers rectaux. 7e minute, Traoré centre, deux défenseurs adverses se loupent, mais pas Niang, qui trompe Bernardoni d’une frappe-tacle glissé. Rennes 1-1 Nîmes, ouf.

Par la suite, nous maitrisons le ballon, mais un savant mélange d’erreurs techniques, de précipitation et de gros pressing adverse nous empêche d’être dangereux. Les Crocos ne le sont guère plus, et c’est finalement Traoré (31e) puis Niang (40e) qui mettent Bernardoni à contribution, celui-ci se montrant malheureusement impeccable.

Après la pause, nos Rouge et Noir se font plus conquérants, bientôt aidés par le vibrant hommage de Briançon à mes samedis matins enfantins devant Canal + et la WWE. Son coup de la corde à linge que n’aurait pas renié Brett « The Hitman » Hart envoie Camavinga au tapis et son auteur au vestiaire (53e).

En supériorité numérique devant son public face au 18e de Ligue 1, logiquement, le Stade Rennais… peine. Les Nîmois, solidaires et aidés par un gardien en état de grâce, repoussent toutes les offensives bretonnes en choisissant de verrouiller l’axe pour nous laisser enchaîner les centres stériles. Ironie du sort, c’est sur un énième ballon de Traoré dans la surface que Niang délivre le Roazhon Park d’une belle tête croisée (89e). Rennes 2-1 Nîmes.

Comme si l’on en n’avait pas assez bavé, Hunou se permet de réaliser le plus beau loupé de la saison dans les arrêts de jeu.

A l’instar de celui ou celle qui t’a dépucelé à la soirée chez Brice au lycée, ce n’était pas très beau mais il fallait le faire : on a pris les 3 points et récupéré la 3e place fort logiquement. On s’évite la spirale négative et la gamberge, tout en se mettant en condition pour aller enfoncer Toulouse samedi prochain.

Les joueurs :

Mendy : 3-/5. Cueilli à froid, il a par la suite fait le boulot sans éclat et avec quelques fébrilités.

Maouassa : 2/5. Les alertes les plus chaudes sont venues de son côté. Il a quand même su apporter offensivement.

Gnagnon : 2+/5. A failli claquer un joli but. Discret sinon.

Da Silva : 3/5. C’est quand même mieux quand il ne nous coûte pas de but.

Traoré : 3/5. Il a retrouvé de l’allant, à l’image de cette belle frappe repoussée par Bernardoni et ce centre de la délivrance en fin de match.

Bourigeaud : 3/5. Positionné sur l’aile gauche puis replacé dans l’axe à l’entrée d’Hunou, il beaucoup tenté, parfois sans génie. Mais c’est mieux. Remplacé par Guitane (78e). Un peu timide, ce clapping.

Camavinga : 2+/5. Toujours un ton en-dessous de ce à quoi il nous avait habitués, on aurait eu besoin qu’il casse un peu plus les lignes face au bloc nîmois. D’un autre côté, il était venu pour jouer au foot quand ses adversaires faisaient du catch. Remplacé par Hunou (68e). Heureusement qu’il y avait déjà 2-1, Adrien…

N’Zonzi : 2+/5. Poursuit sa montée en puissance, on sent qu’il se ménage physiquement. C’est frustrant, car il aspire déjà les ballons et deviendra l’une des plaques tournantes du jeu rennais.

Raphinha : 3/5. Un groupuscule de guérilla sud-américain : moins en réussite en ce moment, mais toujours aussi combatif.

Del Castillo : 3+/5. Son retour en tant que titulaire est une bouffée d’air pour notre jeu.

Niang : 5/5. Malgré ses 9 et 10e buts en Ligue 1, son plus beau geste du match est incontestablement sa reconduite de Nolan Roux au vestiaire : l’arnaque durait depuis trop longtemps. Remplacé par Léa-Siliki (90e+5), parce que nous aussi on sait gagner du temps.

—————————————-

Tu as envie d’aider horsjeu.net ou d’y participer ? Clique sur les boutons en dessous. Tu te demandes ce que tu fous sur Twitter ? Moi aussi.

ALLEZ RENNES

Marco Grossi

Marco Grossi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.