Stade Briochin – Orléans (1-1) : la Gropénix se rebiff(l)e

Panique celtique.

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

Aucun rapport, on n’a toujours pas gagné.

On voulait du changement, on a été servi : on se quitte bons amis avec Santini mais on se quitte quand même. Le club a un mois pour trouver un entraineur diplômé avant de se faire salement sucrer à chaque match. En attendant, c’est le pompier de service, à savoir le président, qui s’y colle, fort de son expérience avec la N3. Autant vous dire qu’on revient à ce football qu’on aime tant, celui qui fait des nœuds aux tripes plutôt qu’au cerveau.

Les joueurs :

Sur le terrain aussi y’a du changement : entre les suspensions, blessures et autres niveaux de jeu aléatoire, la composition bouge. Laiton, nouveau gardien venant de la réserve d’Auxerre remplace N’Diaye au but. Derrière on a Le Marer – Kerbrat – Boudin – Jean-Pierre, qui avaient tenu le coup l’an dernier. On retourne au basique au milieu avec deux récupérateurs que sont Illien et N’Diaye (pas Cheick, Abdourahmane), un petit nouveau dont la licence a eu du mal à être enregistrée. Et devant, on a Sow à droite, Gomis en pointe et Benhaïm plutôt à gauche et Remars plutôt en 10. Comme le dit un ami philosophe : « C’est pas clair. »

Le match :

Plus que le résultat, on va retenir un changement d’état d’esprit. Non, on n’a toujours pas gagné. Oui, on lutte encore à prendre des points dans un match que l’on domine globalement. Et oui, on se mange encore l’ouverture du score plutôt contre le cours du jeu. Mais ! On a su résister jusqu’au bout et se remettre d’une expulsion qui nous a quand même bien inquiétés.

On retiendra la communion sur le but et l’espoir renaissant de pouvoir défendre nos chances de rester dans cette division avec nos compétences habituelles, à savoir l’envie et l’implication (aka « grinta » ou « couilles » suivant la partie du Sud que l’on fréquente). Mais on ne va pas se mentir, ça tiendrait du miracle si ça arrive. Ça n’en sera que meilleur.

Les notes :

Laiton (3/5) : alliage de cuivre et de zinc très malléable #PointCulture

Le Marer (3/5) : ah. C’est mieux avec plus de présence offensive.

Kerbrat (2/5) : petit coup de moins bien, j’ai cru le voir rater des choses qu’il ne rate habituellement pas, même si ça reste correct dans l’ensemble.

Boudin (3/5) : probablement porté par la dynamique.

Jean-Pierre (4/5) : +1 pour le but superbe but égalisateur à la dernière minute alors qu’il a des crampes.

Illien (3/5) : une activité retrouvée et une frappe qui aurait dû finir dans le top but de la semaine.

N’Diaye (3/5) : beaucoup d’activité. Un peu de déchet, mais beaucoup d’activité.

Remars (1/5) : il est sur une pente glissante, c’est probablement l’explication à son carton rouge.

Sow (3/5) : lui aussi remue beaucoup et si ça manque de précision pour le moment, ça va bien finir par se débloquer pour de bon.

Benhaïm (2/5) : l’avantage d’être sur l’aile c’est que quand on joue à contresens de l’équipe ça se voit un peu moins qu’au cœur du jeu.

Gomis (2/5) : son match mérite mieux mais se faire expulser sur une célébration de but comme un innocent quand on est sur le banc, on peut crier au zèle arbitrale mais ça reste très con.

Les remplaçants :

Même au niveau des remplaçants y’a eu du changement avec l’entrée dans le groupe de Stan Janno en direct de la réserve.

La suite :

Pas d’acad’ pour le match de vendredi, y’a fest-noz. L’équipe se déplace à Dunkerque, c’est pas gagné cette histoire mais vu qu’on est bien au fond du classement on n’a plus grand chose à perdre. Kenavo.

2 thoughts on “Stade Briochin – Orléans (1-1) : la Gropénix se rebiff(l)e

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.