Troyes-Nancy (2-1) : La Chardon à Cran Académie désigne le coupable.

Ça faisait bien longtemps qu’un spectre malodorant portant guenilles et barbe broussailleuse n’était pas venu hanter cette colonne sordide. Répandre sa lèpre en d’autres lieux n’est plus suffisant pour satisfaire la morbide obsession du Picon. Et non, il ne va pas vous dire que c’est parce que d’autres planètes ont besoin de lui pour revenir à la fin du film avec une coupe de cheveux à la Marco Reus. L’ASaNaL a besoin de son écrivain attitré. Il manquait donc un match référence pour enregistrer le retour triomphal d’un enfant du pays, né dans la boue de Tomblaine à l’endroit même où s’érige désormais fièrement Marcel-Picot face aux vents de la plaine. Quoi de mieux donc qu’une défaite injuste, inattendue même, tant tout indiquait que l’équipe au chardon tenait le match, pour faire sortir la bête inhumaine de sa léthargie ? Maintenant écoutez le cri primal du malheureux faune aux dents marron. Tas de pelles à merde.

Ndy

Seka St Ruf El Kaoutari

Poha Abergel Ba Moimbé

Bassi

Marveaux Vagner


Les notes.

Ndy 0/5
Celle-là, elle est pour toi, mon gros salopard. J’ai invoqué tous les sains déchus et les démons de l’enfer pour les prier de faire roussir ton postérieur sempiternel. Même pas pour te voir souffrir, non, je laisse ça au faible. C’était seulement dans le dément espoir de te voir bondir un peu plus haut que ce que la circonférence exubérante de ton surpoids s’autorise contre la gravité, cette sombre catin des Ardennes. Mais il faut croire que mes prières sont restées vaines et les démons sourds à mes suppliques car tu n’as pas été foutu de faire autre chose que de battre des pinces comme une putain d’écrevisse prise dans les phares du 72 tonnes. Il nous a fait le théorème au carré, ce sombre onaniste. Arrêter un péno le match précédent, c’est bien, mais si tu donnes la victoire à la dernière seconde au suivant, que veux-tu que ça fasse : des calculs pas à ton avantage, bravo, bien deviné tête de bite.

Seka 2/5
Alors que pendant ce temps-là, même lui faisait un bon match. Mis à part sa vivacité de lampion sur le premier but troyen, il est reparti dans ses chevauchées sauvages balle au pied. Bon, ça il le fait même les jours de défaite mais QUAND MÊME.

Saint-Ruf 2/5
Lui aussi nous a paru fiable un temps, même si l’on ignore encore si son espèce est humain ou simplement marmotte.

El Kaoutari 1/5
Il sait faire des choses que nombre de ses coéquipiers ne croient même pas possibles : anticiper, intercepter, relancer proprement. Il est toutefois bien en retard sur le premier but, et provoque la faute qui amène le coup-franc fatal. Malheureusement, en dépit de toutes les choses dont il est capable, il ne peut empêcher certains handicapés moteurs d’officier par l’opération d’on ne sait quelle entourloupe au poste de gardien.

Poha 2/5
Pas toujours inspiré en dépit de la bonne marche collective de son équipe, on dit même parfois qu’il a tendance à se cacher.

Abergel 3/5
Rien ni personne ne pourrait porter le brassard mieux que lui. Au four et au moulin dans l’entrejeu, il a damé le pion à lui tout seul aux briscards aubiens, donnant encore et toujours de sa personne dans un monument éternel de masochisme.

Ba 3/5
On se demande bien pourquoi on ne l’a pas plus vu cette saison. Une régularité qui pose question, surtout vu la pauvreté de la concurrence à son poste. Est-ce que c’est parce qu’il est noir, Alain ?

Moimbé 2/5
Difficile de savoir s’il joue vraiment défenseur ou ailier. L’hégémonie d’El Kaouari sur son côté lui a permis de passer tout le match dans la moitié de terrain adverse, mais partant de là on aurait aimé le voir réussir à mettre le ballon dans leur surface plus souvent.

Bassi 3/5
Une seule question : pourquoi il ne frappe plus ?

Vagner 2/5
Une activité toujours bouillonnante qui confine à la drogue, mais non, on ne prend pas de drogue quand on joue au ballon-pied, voyons.

Marveaux 2/5
Buteur sur penalty, puis son implication a décru au fil du match. C’est dommage parce que vu son aisance technique, il pourrait complètement nous faire jouer la montée. Mais bon, il a l’air plutôt en ballade, quoi.


Note artistique de l’équipe : 1/5

Encore un match qui illustre les grandes largeurs de notre saison : correct sur le terrain pour un résultat globalement nul à chier. Bon, on a aussi eu des purges abominables, mais depuis l’hiver, le changement est là : on est plus consistants, certains joueurs qui sont arrivés en janvier savent manier le ballon correctement, une idée de la confiance se verrait presque sur le terrain.

Tout cela serait encourageant pour la fin de saison si des erreurs individuelles dignes de nos matchs de ligue loisir n’apparaissaient pas comme des putains d’œufs de Pâques à aller chercher au milieu de l’autoroute un jour de chassé-croisé.

Maintenant, espérons que la leçon sera retenue pour le derby qui s’avance comme le couperet sanglant de notre saison. Nique toi, GuiRo.

Marcel Picon.

Marcel Picon

Ras le cul de toutes ces conneries.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.