Troyes – PSG (0-1), La Porte de Saint-Cloud Académie livre ses notes

Le super-sub de PLF prend la parole.

Wesh les gens, pour ce déplacement à Troyes (je sais pas où c’est), c’est mon intérimaire qui s’y colle. J’étais trop occupé ailleurs. Sans plus tarder, voilà sa prose: 

Aujourd’hui, pas de P’tit Louis pour vous conter l’histoire du PSG. C’est donc moi qui m’y colle et non vous n’aurez pas d’adolescente en string, parce que pour moi la sanction ne sera pas un conseil de classe mais plutôt la garde à vue.

Bon la dernière fois c’était contre Reims,  et ce soir, c’est un autre club en danger qui accueille la bande à Nasser ; l’Espérance Sportive Troyes Aube Champagne.

Plus connue pour ses andouillettes AAAAA que pour ses caves à mousseux la ville de Troyes c’est aussi du foot et un club lanterne rouge. 6 points de retard sur le premier non reléguable, rien que ça, autant dire que ça sent le pâté du côté du stade de l’Aube. Pourtant, à Paris on se déplace avec quelques craintes.

On a peur, peur parce que traditionnellement, les matchs d’après Ligue des Champions sont souvent des purges, peur parce que l’ESTAC est réputée pour être une équipe qui développe du jeu et du beau. C’est simple à la fin de chaque match, les adversaires de la bande à Furlan ont tous la même réaction

« Troyes est une belle équipe, c’est surprenant qu’ils se trouvent dans cette situation, ils méritent de se sauver… blah blah…. Blah blah »

En fait Troyes, c’est la femme que tout le monde trouve jolie et dont personne ne comprend qu’elle n’arrive pas à trouver époux (ou épouse, je ne suis pas là pour juger).

On a aussi peur parce qu’à Paris, après Sochaux et Reims, on a quand même pris la fâcheuse habitude de perdre ces matchs joués contre les équipes à la rue. Bref on sort les bières du frigo, on allume Canal, et un cierge pour éviter d’assister à une purge.

LES COMPOS

Les joueurs de la ville lumière (j’ai besoin de toi) :

Zlatan est suspendu, Ménez est blessé, mais à part ça, tout le monde est là et c’est une équipe assez peu remaniée par rapport à celle qui a affronté Barcelone mercredi qui s’avance dans l’arène.  Le voyage retour et le déplacement à Troyes doivent tout de même peser dans les jambes de nos amis joueurs qui auront comme objectif principal d’éviter de jouer comme des saucisses, pour ainsi ne pas passer pour des jambons face aux andouillettes.

La compo : Sirigu, Van Der Wiel, Sakho, T.Silva (cap), Maxwell qualité filtre, Verratti, Matuidi, Lucas, Lavezzi, Pastore et Gameiro.

 

Les andouillettes :

Honnêtement, ça intéresse qui ?

 

LES TEMPS FORTS COMME SI VOUS LES VIVIEZ SUR LE LIVE DE RMC :

2’ : Passe par-dessus la défense de Marco qui sert Kévin qui se présente devant le gardien, et… pas but. Comme quoi, Gameiro titulaire, c’est moins efficace que joker.

8’ : Poteau pour Troyes, Darbion vend du rêve à son public qui naïvement se permet d’espérer à un exploit.

10’ : Verratti est un abruti, mais un abruti avec le cul bordé de nouilles, malgré son tacle de charcutier-tripier dans la surface qui attrape Nsakala les deux pieds décollés, l’arbitre ne signale pas le point de pénalty

14’ : Lucas tente sa chance, mais Thuram se détend. Presque 3 mois, et le petit brésilien n’a toujours pas eu l’honneur d’avoir son nom au tableau d’affichage.

20’ : début du Sirigu-show, arrêt suivi d’une engueulade sur son coéquipier, c’est que c’est nerveux un italien, même gardien.

22’ : Encore une parade de l’italien volant qui à ce moment du match a officiellement touché plus de ballon que Lavezzi et Pastore réunis.

28’ : putain mais quand ton meilleur joueur c’est le gardien, c’est jamais bon signe; en face Nivet qui a récemment fêté ses 104 ans se distingue par sa frappe de balle.

35’ : saleté de mi-temps qui n’en finit pas,  ça fait bien 30 minutes qu’on n’a pas eu le droit à un beau mouvement offensif. On remercie donc Dieu d’avoir créé l’alcool pour ce genre de moment.

41’ : visiblement tout le monde attend la pause, c’est le moment que choisit ma vessie pour me signaler son existence.

45’+3 : c’est enfin le moment du repos,  je pars arroser les chiottes pendant que Carlo s’apprête à pourrir ses joueurs en italien. Devant le trône de porcelaine, je me prends à divaguer et à revivre le moment chaud où l’arbitre atteint de cécité passagère a oublié un pénalty troyen.

48’ : Lavezzi nous montre qu’il était bien sur la feuille de match en s’illustrant dans la lose, alors que Verratti avait sorti la louche à caviar.

53’ : ça joue mieux du côté de Paris, mais c’est triste de se dire que c’est Matuidi notre attaquant le plus dangereux.

62’ : après 10 minutes à se regarder dans le blanc des yeux, les deux équipes décident de faire décanter la situation, et c’est Lavezzi qui s’y colle avec une frappe au 2nd poteau. Ça ne rentre pas, mais ça a le mérite de faire sortir le stade de sa torpeur.

65’ : Gameiro remplacé par l’autre Tiago laisse ressortir sa colère. On distingue sur le ralenti Canal un « c’est toujours pareil… » suivi d’un coup de pied dans le bidon d’eau. Maxifoot comblera plus tard les trous dûs à mes incapacités à lire sur les lèvres

66’ : Viol collectif en réunion de la défense troyenne, ça combine à droite, VdW hérite du ballon et réalise son premier beau centre du match pour Matuidi qui pousse la balle au fond. Le geste n’est pas très difficile et ça rentre comme papa dans maman.

67’ : gros plan sur la tronche de Kévin qui aurait bien aimé recevoir ce genre de ballon.

74’ : ça y est, T.Silva et ses coéquipiers commencent leur phase de récupération en vue du match de coupe de France, ils n’y sont plus et laissent le ballon aux locaux; en même temps, on a l’impression que même les troyens attaquent sans trop y croire.

76’ : David entre en jeu, on entend de la télé les strings troyens craquer.

80’ : un jeune cancéreux réalise son rêve de jouer un match de L1 face à Troyes grâce à la fondation Make a Wish… Jallet entre à la place de Lucas.

88’ : Camus voit ses derniers espoirs de but et par la même de maintien écrasés par la parade de Sirigu qui leur aura tout fait.

90’ : c’est fini, on a 10 points d’avance sur le 2e, ça sent le titre, Nasser et Léo s’entraînent déjà à faire l’hélicoptère avec la bite; quant à moi, je me dis déjà que cette purge va être une horreur à académiser.

 

LES NOTES

SIRIGU (4/5) : si on peut vraisemblablement considérer que si les gardiens ne font pas gagner les matchs, force est de constater que Sirigu fait le taf pour pas qu’on les perde. Des détentes pour la photo, des crises contre sa défense, et la chevelure typique du rital un peu crasse, c’est ça le sauveur.

VdW (3/5) : les derniers matchs du hollandais commencent à ressembler à quelque chose, même si sans sa passe décisive, offensivement ça n’a pas toujours été très jojo.

SAKHO (2,5/5) : Oui putain, l’apparition des demi-points. D’abord parce que je fais ce que je veux, et puis parce que des relances un peu étranges par moment et des frappes troyennes qui se sont déclenchées trop souvent à mon goût justifient malgré un travail sérieux et assez engagé font que ça ne vaut pas 3, mais ça ne suffit pas non plus pour descendre à 2.

T.SILVA (3/5) : Un match à l’image de celui de son comparse de la défense centrale, la classe en plus.

MAXWELL (non noté): (ndPLF: merci à une lectrice d’avoir remarqué l’oubli de la note de Maxou par mon intérimaire! Grrr…)

VERRATTI (1/5) : note sanction ; parce que même si Marco a une technique supérieure à la moyenne, qu’il réalise de très belles ouvertures et qu’il ne compte pas ses efforts quand il s’agit de défendre. PUTAIN mais bordel, Dieu qu’il est bête, son tacle immonde aurait pu nous coûter un péno si le match n’avait pas été arbitré par Stevie Wonder et Gilbert Montagné. Calme-toi et ferme un peu ta gueule gamin.

MATUIDI (5/5) : Blaise est beau, Blaise est plus fort que Dieu, Blaise est au four, au moulin et à la boulangerie. Il récupère, il relance et il marque. Le bougre n’a vraiment pas intérêt à se blesser.

PASTORE (1/5) : Parait-il qu’il était titulaire sur ce match. Très visiblement moins motivé que contre Barcelone

LAVEZZI (1/5) : Les argentins ont vraisemblablement fait grève ce soir. Une course, une frappe, c’est le maigre apport de Ezequiel dans ce match.

LUCAS (3/5) :  il a été le seul parmi les 4 de devant à avoir joué au football lors de la première mi-temps. Il a tenté quelques frappes bien senties, mais  son compteur but en L1 refuse inexorablement de se débloquer. Sa disparition déclenche l’alerte enlèvement à partir de la 50e.

GAMEIRO (2/5) : Match pas facile pour Kévin, il goinfre un face à face a priori facile en début de match. Il arrive tout de même à cadrer une frappe, celle contre la bouteille qui entre sans opposition sur le banc de touche.

Les subs :

T.MOTTA (non noté) : fait une entrée correcte dans un match sans grande pression. Il revient tranquillement et si pouvez éviter de se reblesser d’ici la fin de saison ce serait parfait.

JALLET (non noté) : il est rentré pour verrouiller le score, et il passe finalement 10 minutes tranquilles.

BECKHAM (non noté) : il n’a pas réussi grand-chose, si ce n’est le passage de la main dans les cheveux. A sa décharge, il n’a pas eu beaucoup le ballon.

Prochain match, Coupe de France au son des commentaires d’Emmanuel Petit, ce sera le P’tit Louis qui vous fera l’honneur de son retour. Quant à moi, je vous laisse sur un dernier petit cadeau pour les pervers.

BONUS JEUNE CHATTE ET FICELLE

 catstring

 

 

Si vous voulez faire de moi une reu-sta au bahut, si vous voulez faire grimper ma cote de notoriété populaire, bah faîtes pas vos crevards : likez mon acad’, googleplussoyez mon article, et followez-oim en cliquant ici ! Il en va de ma réput’! Et puis lâchez des commentaires aussi ! Bitch, please. Vous pouvez aussi me raconter votre vie ou m’insulter à cette adresse : petitlouis.fernandel@gmail.com (je répondrai à tout).

 

13 thoughts on “Troyes – PSG (0-1), La Porte de Saint-Cloud Académie livre ses notes

  1. « Zlatan est suspendu, Ménez est blessé, mais à part ça tout le monde est là » Le chouchou de PLF était pourtant absent, tu vas te faire tirer les oreilles

  2. Arf purée, y’a une fôte tous les 4 mots, fais un effort bordel !

    Sinon y’avait pas péno, c’est le troyen qui se sert de Verrati pour faire un saut périlleux, y s’est loupé, y s’est loupé ! Pas de quoi en faire un fromage.

  3. Matuidi ET beau? Il y’a un joueur qui s’appel beau?? ah tu voulais surement parler de Zlatan.

    A part ça Pti Louis, malgrés t

  4. A part ça Pti Louis, malgrés ta puberté en cours t’es CREDIBLE PUTAIN!! reviens nous vite

  5. bon, j’avais publié sans lire, faisant confiance à mon intérimaire.
    Merci à lui d’avoir académiser.
    Merci à vous pour vos remarques, je viens de corriger beaucoup de fautes, en effet. Pour l’ordre des mots dans la phrase, je lui en laisse la responsabilité.

    Vous inquiétez pas, je reviens mercredi.

  6. Rhoo, arrêtez, vous êtes durs comme ma bite avec l’intérimaire. Malgré les fautes qui me font certes plus saigner des yeux que pourrait le laisser supposer la photo chatte-ficelle, j’aime bien lire ses académies.
    Il est plus efficace que Gameiro dans son rôle de remplaçant.

    Sinon pour revenir au match, ça prouve une chose : même en « choisissant » leurs matchs, ils sont capables de ne pas perdre (encore heureux allez-vous dire, c’était « que » Troyes). Ça n’arrivait pas l’année dernière, serait-ce une preuve de maturité ?

  7. Moi je l’aime bien l’intérimaire.

    Nass : « Malgré » est invariable et ne prend jamais de « s ». Comme quoi ça arrive à tout le monde.

  8. moi j’ai trouvé ça drôle ! peut être parce que j’habite en dehors du périf…

  9. Moi j’aime bien, çà change de temps en temps de PLF. la chatte ficelle m’as fait rire et j’ai même pas vu les fautes (bon peut être étais ce déjà corrigé)

    par contre le match la purge j’ai pas pu regarder jusqu’au bout infâme !!!

  10. Quel branle petit cet intérimaire, c’est cohérent comme mon père après un barbecue, ça a des trous comme mon père après un barbecue, je me demande finalement si c’est pas mon père après le barbecue d’hier qui a pondu ce truc. Après si l’Estac est une jeune et jolie provinciale elle s’est faite violer dans les toilettes du bar par le gros milliardaire parisien ce samedi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.